Christopher Bales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bales.

Christopher Bales (ou Bayles), né vers 1564 et mort le [1], est un prêtre catholique anglais, bienheureux martyr de l'Église catholique, fêté le 4 mars.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christopher Bales est né à Coniscliffe, près de Darlington dans le Durham en Angleterre. Il entre au Collège anglais de Rome, le 1er octobre 1583, mais à cause de sa mauvaise santé il est envoyé au Collège de Reims où il est ordonné prêtre le 28 mars 1587[2].

Le 2 novembre 1588, il passe en Angleterre, où, après deux ans d'apostolat, il est arrêté, puis torturé par Topcliffe en étant pendu plusieurs fois par les deux mains pendant vint-quatre heures, ce qu'il supporte « avec patience ». À l'issue de son procès, il est condamné pour haute trahison pour avoir été ordonné à l'étranger et avoir exercé son office en Angleterre. Il demande au juge Anderson si saint Augustin de Cantorbéry, apôtre de l' Angleterre venu de Rome, était aussi un traître[3]. Le juge répond par la négative, mais ajoute qu'aujourd'hui cet acte est considéré par la loi comme un acte de trahison[2]. Christopher Bales trouve le martyre le à Londres, dans Fleet Street, pour sa fidélité à l'Église catholique. Un écriteau est placé sur le gibet portant l'inscription « pour trahison et complot en vue d'une invasion étrangère ». En montant à l'échafaud, il s'adresse à la foule en déclarant que ce qui est considéré comme une trahison est le fait qu'il soit prêtre[4].

Le même jour, Nicholas Horner (béatifié en 1987) est pendu à Smithfield pour lui avoir confectionné un justaucorps, et Alexander Blake (béatifié en 1987) est exécuté à Gray's Inn Lane pour l'avoir logé.

Il est béatifié avec cent-sept autres martyrs le 15 décembre 1929 par Pie XI.

Dans ses Mémoires[5], le père jésuite John Gerard fait mention de Christopher Bales et d'un autre prêtre anglais, George Beesley (béatifié en 1987), venus de Reims pour traverser la Manche avec lui et Edward Oldcorne (béatifié en 1929) en Angleterre. Il y ont tous trouvé le martyre, sauf lui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bede Camm, « Bales, Christopher », in Catholic Encyclopedia, 1913
  2. a et b (en) Bede Camm, op. cit.
  3. (en) Philip Caraman s.j., The Other Face: Catholic Life under Elizabeth I, Londres, Greene, p. 230
  4. (en) Pollen, Acts of English Martyrs, Londres, 1891
  5. Écrits en latin, et traduits en anglais en 1951, sous le titre The Autobiography of an Hunted Priest

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Morris, Catholics of York under Elizabeth, Londres, 1891

Voir aussi[modifier | modifier le code]