Chibana Chōshin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chibana Shōshin)
Chōshin Chibana
Image dans Infobox.
Chibana Chōshin.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nom dans la langue maternelle
知花朝信Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Sport
Maître
Élève
Arakaki Ankichi, Katsuya Miyahira, Shūgorō Nakazato, Nakama Chozo, Yuchoku Higa, Eizo Shimabukuro, Tadashi Yamashita, Joki Uema

Chibana Chōshin (1885-1969) était un « Grand Maître » d'arts martiaux okinawaïen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'âge de 15 ans, il fut le disciple de Ankō Itosu jusqu'à la mort de celui-ci, en 1915.

En 1920 il ouvre un dojo à Shuri en tant que successeur officiel de Ankō Itosu, et nomme son école Kōbayashi-Ryū, ou plutôt Kōbayashi - Shōrin-Ryū.

Shorin est la transcription okinawaienne de Shaolin, et en conserve ses références à la Chine. Kōbayashi est la transcription japonisante de Shaolin, selon l'usage japonais de l'époque, où l'on gommait du langage toutes références à la Chine à cause de la montée du nationalisme japonais et aussi et surtout de la récente guerre sino-japonaise gagnée par le Japon.

Les deux transcriptions signifiant : « petite forêt », Maître Chibana a tenu à accoler les deux termes, malgré la redondance, par respect pour ses maîtres, et aussi pour marquer son opposition (de manière pacifiste) au Japon, colonisateur d'Okinawa depuis 1609.

C'est Chibana Chōshin qui désigne Gichin Funakoshi, qui fut l'un de ses condisciples, pour aller, en 1922 à Tokyo à la requête de Jigorō Kanō, le créateur du judo, faire une démonstration de Tō-de, (main de Chine, nom okinawaien, mais appelé Okinawa-te, main d'Okinawa, par les japonais, et qui plus tard allait devenir le karaté).

En 1956, il fut le premier président de l'Okinawa Karaté-Do Renmei, association qui regroupe l'ensemble des styles de l'île.

Enseignant de très grande réputation, il eut de très nombreux disciples, dont Yuchoku Higa, Shuguro Nakazato et Katsuya Miyahira, qui sont restés dans leur méthodes de transmission les plus fidèles possible à l'enseignement qu'ils ont reçu[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sur les traces d'Itosu, de Chibana et de Miyahira, le shurite moderne sans filtre, traduit et commenté par Jean-Charles Juster, CreateSpace Independent Publishing Platform (auto-édition), 2018 (ISBN 9781984974181)
  • Histoire du karaté-do de Kenji Tokitsu, Edition SEM, 1996 (ISBN 2907736108)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]