Katsuya Miyahira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Katsuya Miyahira
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
宮平勝哉 et 宮 平 勝 哉Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Sport
Maître
Élève
Iha Seikichia, Miyagi Takeshi, Katsauki Shinkai, Shimabukuro Kasei, Kenyu Chinen

Katsuya Miyahira, né en à Naha et décédé le , est un maître de karaté, du style Kobayashi-ryu[1].

Katsuya Miyahira fait ses débuts en karaté à l'âge de 15 ans (1933) au collège de Shuri où sont dispenser les cours d'Itosu Ankō. il eut comme premier professeur Tokuda Anbun puis rapidement suivi Chibana Shōshin, l'un des meilleurs disciples, et successeur officiel de Itosu Ankō . A 18 ans il aura aussi l'occasion de s'entraîner avec Motobu Chōki , expert en kumite.[2]

Il fut mobilisé sur le continent, lors de la guerre mondiale, puis regagna Okinawa en 1948 où il s'installa à Nishihara.[3] Il fondera son premier dojo (le Shidōkan karaté dōjō, 志道館空手道場) à Nishihara avec les encouragements de son Maitre Chibana.

En 1952 il déménage à Naha et y installe un dojo au quartier de Tsuboya.

En 1969, il devient président de l'"Okinawa shorin-ryu karaté-do association".

En 1981 il créa un dojo au rez-de-chaussée de sa nouvelle maison à Kokuba (quartier de Naha), du nom de Shidokan honbu dojo.

En 1989, il sera honoré par le l'association des arts martiaux japonais pour sa contribution à l'essor des arts martiaux. Le gouvernement d'Okinawa lui décerne le titre de Trésor Intangible Culturel d'Okinawa.

Il aura l'occasion de voyager et de promouvoir son style au Philippines, Amérique du Nord et du sud et (dont Brésil en 1977, Argentine en 1980)

Voici quelques-unes des pensées de Maître Katsuya MIYAHIRA :

  • sans makiwara, il n'y a pas de karaté d'Okinawa.
  • la distance de combat dont il faut approfondir la maîtrise, est celle de la longueur d'une phalange (ishun); "c'est assez pour développer un "Kime" dévastateur.
  • En Shorin-Ryu, le travail doit se faire de l'intérieur vers l'extérieur.
  • La main du démon et le cœur du Bouddha Shorin-Ryu, définit l'âme de l'Okinawa-te Shorin ryu.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabrielle et Roland Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux de l'extrême orient., Amphora, 818 p. (ISBN 2-85180-556-8), p. 436
  2. Karaté Bushido, , p. 60
  3. Jean-Charles Juster, Sur les traces d'Itosu, de Chibana et de Miyahira, auto édition, , 138 p. (ISBN 978-1984974181), p. 89-90