Chapelle des Pénitents blancs (Sarlat-la-Canéda)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle des Pénitents bleus.
Chapelle des Pénitents blancs
Chapelle du monastère des Récollets
Sarlat-la-Canéda - Chapelle des Pénitents Blancs 02.JPG
Portail de la chapelle des Pénitents blancs
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
chapelle
Style
Construction
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Dordogne
voir sur la carte de Dordogne
Red pog.svg

La chapelle des Pénitents blancs ou chapelle du monastère des Récollets est une chapelle catholique située à Sarlat-la-Canéda, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

La chapelle est située à Sarlat-la-Canéda, dans le département français de Dordogne.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1602, Louis II de Salignac de La Mothe-Fénelon est nommé évêque de Sarlat. Pour reprendre en main son diocèse, il favorise l'installation des confréries de pénitents blancs et bleus, en 1607 et 1608. En 1613, il a soutenu l'installation de l'ordre des Récollets. Ils commencés la construction de leur église en 1618 et ont implanté leur monastère entre l'église et les remparts après avoir acheté quelques maison. La construction du gros œuvre de l'église est terminée en 1626. Les travaux d'aménagement intérieure s'achèvent en 1651 avec la pose de la voûte lambrissée en planches de châtaignier. L'église a deux chapelles latérales à l'ouest, dédiées à Notre Dame et saint Bonaventure. il y avait à l'intérieur un immense retable posé en 1647 qui a disparu au XIXe siècle.

Les Salignac-Fénelon ont été enterrés dans l'église. Les seize derniers récollets sont expulsés en 1792. L'église est vendue comme bien national en 1796.

Les Pénitents blancs ont possédé leur propre chapelle à partir de 1643. Elle a aujourd'hui disparu.

La confrérie de pénitents blancs rachète l'église des Récollets en 1804. Ils ajoutent une tribune au nord. En 1808, la confrérie a reçu du chanoine de Notre-Dame de Paris un morceau de la Couronne d'épines. En 1816, le général-comte François Fournier-Sarlovèze a acheté les deux chapelles latérales pour y célébrer des cérémonies en l'honneur de la famille royale.

En 1875, les confréries de pénitents blancs et bleus s'unissent. Les Pénitents blancs transfèrent dans la chapelle des Pénitents bleus leur mobilier créé en 1705.

La chapelle des Pénitents blancs est alors désaffectée qui a été transformée en gymnase et entrepôt. En 1970, elle reçoit un musée d'art sacré créé par la Société des amis de Sarlat. Mais ce musée a été fermé. La chapelle devrait être réhabilitée pour en faire une salle de concert.

Description[modifier | modifier le code]

La chapelle est à nef unique. Elle a un plan très simple rectangulaire. L'église est éclairée à l'est par quatre baies en plein cintre. La façade sur la rue Jean-Jacques-Rousseau n'est décorée que par le portail baroque avec son fronton brisé composé de deux volutes rentrantes posées su quatre colonnes cannelées par l'intermédiaire de chapiteaux doriques.

Protection[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques le [1].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Mireille Benejeam, Sarlat ville d'art et d'histoire. Visites, monuments, promenades, Monum, Éditions du patrimoine, Paris, 2006, p. 28, 97-99 ; (ISBN 978-2-85822-899-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]