Château de Sigournais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Sigournais
Image illustrative de l’article Château de Sigournais
Type médiéval
Début construction XVe siècle
Propriétaire actuel propriétaire privé
Protection Logo monument historique Classé MH (1946, 1992)
Logo monument historique Inscrit MH (1987)
Coordonnées 46° 42′ 14″ nord, 0° 59′ 07″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Pays de la Loire
Département Vendée
Localité Sigournais
Géolocalisation sur la carte : Vendée
(Voir situation sur carte : Vendée)
Château de Sigournais
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Sigournais

Le château de Sigournais est un château médiéval situé à Sigournais en Vendée, dans les alentours de Chantonnay.

Il est classé monument historique depuis 1992 (partiellement depuis 1946)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Sigournais existe depuis au moins 1050, sous le nom de « Seguracium ». Elle était alors la propriété de Zacharie de Pouzauges, vassal des vicomtes de Thouars. Au XIIe siècle, un prieuré dédié à Saint-Saturnin est construit dans l'enceinte du castellum. Des problèmes de cohabitation avec les gens du château sont apparus. D'ailleurs, le château actuel, construit par Guyard de Sainte-Flayve, a vu le jour grâce au transfert du prieuré hors de l'enceinte. [2]

Description[modifier | modifier le code]

Le château fort de Sigournais, fin du XVe siècle.
Plan du château de Sigournais.

Il ne reste plus rien de visible de l'ancienne forteresse du XIIe siècle, des fondations dans le sol se trouvent un peu plus vers le Nord, le château actuel en recouvrant une partie.

Le château actuel, bâti sous Guyard de Sainte-Flayve, date de la fin du XVe siècle et a une forme presque pentagonale. Cette enceinte est constituée de courtines flanquées de huit tours rondes et d'un gros donjon-porche. Un fossé sec creusé dans le calcaire entoure le tout. Le donjon-porche fait office à la fois de porte fortifiée(châtelet d’entrée) et de tour maîtresse(donjon). Il consiste en une grosse tour rectangulaire flanquée de deux tours rondes de chaque côté, le tout couronné d'un chemin de ronde sur mâchicoulis. Le couloir d'entrée est séparé en deux entrées, une charretière et une piétonnière. A l'extérieur, un pont dormant était prolongé d'un pont-levis charretier et d'un pont-levis piétonnier, côte à côte. A l'intérieur du donjon-porche, il y avait deux niveaux. Au premier, il y avait une salle de garde et un vestibule. Des ouvertures canonnières étaient aménagées dans l'épaisseur du mur. Au deuxième niveau, accessible par l'escalier à vis dans la tour de flanquement Sud, se trouvait une pièce servant à la fois de salle de réception et de logis seigneurial, et séparé par un mur il y avait une chambre[3].

Une grande cour pentagonale était protégée par les murailles et les tours, coiffées de parapets crénelés sur mâchicoulis, et servait probablement de bayle(basse-cour). Quelques bâtiments étaient adossés aux remparts, comme des écuries, cuisines, boulangerie, forge...

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00110272, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Gilles Bresson, Châteaux forts de Vendée, Éditions d'Orbestier, , 111 p., p. 75
  3. Gilles Bresson, Châteaux forts de Vendée, Editions d'Orbestier, , 111 p., p. 77-78

Articles connexes[modifier | modifier le code]