Château de Charmes-sur-l'Herbasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Château de Charmes-sur-l'Herbasse
2008 07 16 ChateauCharmes.JPG
Présentation
Type
Statut patrimonial
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Charmes-sur-l'Herbasse est situé à Charmes-sur-l'Herbasse dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

L'édifice occupe une position typique des constructions féodales : il surplombe la vallée de l'Herbasse afin d'assurer surveillance et défense du territoire.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le château de Charmes-sur-l'Herbasse est situé dans la commune du même nom. Situé au nord du bourg qu'il domine et offre une belle vue sur la région naturelle de la Drôme des collines, à environ 25 kilomètres au nord de Valence.

Le site est accessible à pied ou en voiture par une petite route qui monte en lacet, dénommée route du château. Cette route permet également d'accéder aux hameaux du Devès, des Guerrènes et des Huchauds, selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château (à droite de la photo) et le village de Charmes au début du XXe siècle

Le château fut construit au XIe siècle sur l'emplacement supposé d'une tour en bois et d'une enceinte édifiée, au Xe siècle[2].

À l'époque de la Renaissance, des travaux furent entrepris pour transformer ce qui était un petit château fort en un agréable manoir Renaissance. Les vieilles ouvertures furent murées, de larges fenêtres à meneaux furent percées et des portes en rez-de-chaussée furent créées. Un aménagement intérieur fut entrepris, la répartition des niveaux de plancher fut modifiée.

Au XVIIe siècle, l'intérieur du château est aménagé, notamment des cheminées de marbre de style classique sont installées dans les pièces du premier et du deuxième étage. Dans la grande salle du premier étage, on peut voir une magnifique cheminée sculptée dans le goût maniériste. À la même époque, un décor de grisaille est peint dans le petit oratoire du deuxième étage.

Au XVIIIe siècle, des bassins sont creusés. Ils sont alimentés ainsi que la grotte de style romantique par tout un système de captation et d'acheminement des eaux provenant d'une source située à 1,6 kilomètre en amont en direction de Saint-Mury. Au XIXe siècle, le style néogothique va trouver son expression dans les murailles Nord ornées d'une gargouille. À la fin du XXe siècle, les toitures des tours et du donjon ont été restaurées et la plus grande partie intérieure du château a été réhabilitée. À l'extérieur, les bassins ont été remis en état et le parc a fait l'objet d'aménagements: plantations de buis et de rosiers anciens.

Aujourd'hui, domaine privé, il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1986[3].

Description[modifier | modifier le code]

Ce château se présente sous la forme d'un quadrilatère accompagné de deux tours et de deux poivrières, le donjon (dans lequel on ne peut accéder qu'au deuxième étage car le rez-de-chaussée et le premier ont été condamnés pour une raison inconnue,) est accolé à la façade nord. Des souterrains aujourd'hui en grande partie effondrés datent probablement du XIVe siècle. Avec des murs qui ont près de trois mètres d’épaisseur à la base et qui s’enfoncent à six mètres dans le sol, cet édifice se présente comme un construction solide défiant le temps [4].

Il a été relativement peu modifié quant à son aspect général. Les modifications les plus substantielles portent sur les ouvertures et les toitures. Les visiteurs peuvent voir sur la façade sud les traces d'une porte et d'une fenêtre à hauteur du premier étage au-dessous des armoiries des Nerpol sculptées en bas-relief. Les armoiries, encore bien conservées, sont très lisibles.

Le retable en bois qui avait été créé pour l'oratoire, se trouve désormais dans le musée d'Art Sacré de Mours-Saint-Eusèbe et le tableau représentant saint Sébastien, spécialement peint pour l'oratoire du château, est désormais exposé dans l'église de Charmes-sur-l'Herbasse, située en contrebas du château.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]