Château de Barbentane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Barbentane
Image illustrative de l’article Château de Barbentane
Le château de Barbentane en 2016.
Architecte Louis-François de Royers de La Valfenière

Pierre Mignard

Début construction XVIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1949)[1]
Coordonnées 43° 54′ 02″ nord, 4° 44′ 51″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Commune Barbentane
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Barbentane

Le château de Barbentane, surnommé le « Petit Trianon de la Provence » ou « le plus italien des châteaux provençaux », est une demeure de plaisance, du XVIIe siècle, qui se dresse sur la commune française de Barbentane dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le château fait l'objet d'un classement partiel au titre des monuments historiques par arrêté du [2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de Barbentane, séparé d'Avignon par la Durance, est situé sur la commune de Barbentane, dans le département français des Bouches-du-Rhône.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de Barbentane fut bâti à partir de 1674 par l’architecte avignonnais Louis-François de Royers de la Valfenière que Paul-François Ier de Puget[note 1], co-seigneur de Barbentane, fit venir auprès de lui[3]. Le château est remodelé par son fils, Paul-François II, en 1741 (voûtes plates et surbaissées qui font sa gloire). L’intérieur est embelli au XVIIIe siècle par Balthazar de Puget de Barbentane, fils de Paul-François II, ambassadeur de Louis XV en Toscane, à l’âge de 20 ans. Il est chambellan de Son Altesse sérénissime Monseigneur le Duc d'Orléans, ministre plénipotentiaire du Roy auprès du Grand-Duc de Toscane, à Florence (1768-1788).

Il fut sauvegardé pendant la Révolution du fait qu'Hilarion Paul de Puget, marquis de Barbentane, ancien officier du roi, accepta de devenir général. De par sa construction, il est à l’origine des premiers faubourgs du village. Du perron de sa façade sud, il offre une vue remarquable sur la tour de Barbentane, le village et la Montagnette.

Il est la propriété de Pierre Terray de 1876 à 1907, année où le château revient dans la famille de Puget[4], laquelle réside encore en ces lieux.

Description[modifier | modifier le code]

Le château de style baroque commencé en 1674 ne fut achevé qu'à la fin du XVIIIe siècle. Il a conservé ses stucs, ses marbres et ses terrasses à l'italienne[5].

Protection[modifier | modifier le code]

Sont protégés par arrêté du [2] :

  • le château et son parc, y compris les plantations et les éléments d'architecture et de sculpture qui le décorent et les bâtiments composant la basse-cour.

Le parc du château est recensé, en 2003, à l'Inventaire général du patrimoine culturel[6].

Visite[modifier | modifier le code]

Le château fut ouvert à la visite entre 1972 et 2014, date à partir de laquelle il n'est plus possible de le visiter.

Lieu de Tournage[modifier | modifier le code]

Le château a servi de décor pour de nombreux tournages de films. Le plus connu étant sans doute le feuilleton télévisé Les Gens de Mogador[7] dans les années 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ses ancêtres occupaient au bourg la « maison des chevaliers ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00081200, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b « Château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. L'architecte louis-François de Royers de la Valfrenière.
  4. Denis Martin, « La vie intense du Comte Pierre Terray (1851-1925) », Barbentane,‎ (lire en ligne).
  5. Josyane et Alain Cassaigne, 500 châteaux de France : Un patrimoine d'exception, Éditions de La Martinière, , 395 p. (ISBN 978-2-7324-4549-6), p. 47.
  6. « Parc du château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Cassaigne, 2012, p. 47.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch et Anne-Marie Durupt, Nouvel Atlas Châteaux et fortifications des Bouches-du-Rhône (13), Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe, , 156 p. (ISSN 1253-6008)
    N°46/47/48, 2008 Barbentane, pp. 24 à 26
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991 (ISBN 978-2-86535-070-4)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 103 Barbentane

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]