Caroline Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Caroline Laurent
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
VersaillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École polytechnique
École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Caroline Laurent, née Séchet le à Versailles, est une haute fonctionnaire française, ayant accédé au grade d’ingénieure générale de l'armement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Caroline Marie Eugénie[1] Séchet naît le à Versailles du mariage de Bernard Séchet et de Maria-Pilar Alonso-Lasheras. Le flûtiste Pierre Séchet est son oncle. En 1989, elle épouse Louis Laurent, également polytechnicien. De ce mariage naissent cinq enfants.[réf. nécessaire]

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École polytechnique (promotion 1982)[2],[3], elle est ensuite diplômée de l’École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace en 1987[3].

Le , elle est admise « comme auditeur de la 41e session nationale du Centre des hautes études de l'armement » ; elle est alors ingénieur en chef de l'armement, directrice d'opérations réseaux opératifs et tactiques, directrice de programmes Syracuse, service des programmes d'observation, de télécommunication et d'information, direction des systèmes d'armes[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un brevet de pilote, elle entre au sein de la direction générale de l'Armement (DGA) en 1987, à la direction des missiles et de l’espace[5], avec, notamment, les responsabilités suivantes :

  • en 1994 et 1995, elle collabore à l’élaboration de la politique spatiale française, et devient responsable des programmes de recherche dans le spatial[3],[5] ;
  • en 2001, elle devient directrice du programme de télécommunications militaires Syracuse[3],[5],[6] ;
  • le , elle est nommée directrice de l'unité de management « opérations d'armement aéronautiques » de la direction des opérations[7] ;
  • le , elle est nommée directrice de l'unité de management « espace et systèmes d'information opérationnels » de la direction des opérations[8],[3],[5] ;
  • le , elle est nommée directrice de la stratégie de la DGA[1],[5],[9].

Elle cesse ses fonctions à sa demande le [10] pour rejoindre le CNES où elle est nommée directrice des systèmes orbitaux (DSO) et membre du comité exécutif[5],[11],[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

En 2017, elle est promue grand-croix de l'ordre du Mérite militaire (Espagne). Elle est titulaire de la médaille de l'Aéronautique.[réf. nécessaire]

Grades[modifier | modifier le code]

Au sein du corps des ingénieurs de l'armement, elle est promue au grade d'ingénieur principal pour prendre rang du [17], au grade d'ingénieur en chef pour prendre rang du [18],[19] puis le , elle est promue au grade d'ingénieur général de 2e classe pour prendre rang du [20].

Le , elle est promue pour prendre rang du au grade d'ingénieur général de 1re classe[21].

Le , elle est élevée aux rang et appellation d'ingénieur général hors classe de l'armement[1], la deuxième femme en France à ce grade après Monique Legrand-Larroche[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Décret du 16 octobre 2014 portant affectation et élévation, promotions et nominations dans la 2e section, affectation d'officiers généraux.
  2. « Caroline LAURENT (X82) », sur La Jaune et la Rouge (consulté le 25 décembre 2018).
  3. a b c d e et f Michel Cabirol, « Armée : la DGA nomme Caroline Laurent général 4 étoiles », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  4. Arrêté du 30 août 2004 portant désignation des auditeurs de la 41e session nationale du Centre des hautes études de l'armement.
  5. a b c d e et f « Caroline Laurent nommée Directrice des Systèmes Orbitaux et Marie-Anne Clair nommée Directrice du Centre Spatial Guyanais », France-Science (Ambassade de la France aux États-Unis),‎ (lire en ligne)
  6. « Lancement réussi du satellite militaire Syracuse 3A pour Arianespace », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Décret du 31 décembre 2009 portant affectation d'officiers généraux.
  8. Décret du 15 avril 2011 portant affectation d'officiers généraux.
  9. « Armée : la DGA nomme Caroline Laurent général 4 étoiles », sur defense.gouv.fr
  10. Décret du 27 septembre 2019 portant cessation de fonctions de la directrice de la stratégie de la direction générale de l'armement - Mme LAURENT (Caroline).
  11. « Double nomination féminine au Cnes », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  12. Communiqué du CNES
  13. Décret du 2 juillet 2018 portant promotion et nomination en faveur des militaires appartenant à l'armée active.
  14. Décret du 6 juillet 2009 portant promotion et nomination.
  15. Décret du 31 octobre 2014 portant promotion et nomination.
  16. Décret du 2 mai 2003 portant promotion et nomination.
  17. Décret du 3 juillet 1992 portant nomination et promotion dans l'armée active.
  18. Décret du 20 mars 2001 portant nomination et promotion dans l'armée active.
  19. Décision du 7 janvier 2005 portant inscription au tableau d'avancement pour l'année 2001 (armée active).
  20. Décret du 30 janvier 2012 portant affectation et élévation aux rang et appellation d'ingénieur général hors classe de l'armement, élévations, promotions et nominations dans la 1re section et la 2e section d'officiers généraux.
  21. Décret du 21 janvier 2008 portant maintien dans la 1re section, réintégration et admission dans la 2e section par anticipation et sur demande, affectation et élévation aux rang et appellation d'amiral, promotion et nomination dans la 1re et la 2e section, affectation d'officiers généraux.