Monique Legrand-Larroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Officier général francais 4 etoiles.svg Monique Legrand-Larroche
Image dans Infobox.
Fonctions
Inspectrice générale des armées – Armement
à partir du
Vincent Imbert (d)
Directrice de la maintenance aéronautique
depuis le
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grades militaires
Ingénieur général hors classe de l'armement (d) (-)
Ingénieur général de classe exceptionnelle de l'armement (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Monique Legrand-Larroche, née le à Neuilly-sur-Seine (Seine), est une militaire et ingénieure française. Ingénieur général hors classe de l'armement, elle est directrice de la maintenance aéronautique du ministère des Armées depuis le . Elle est la première femme à accéder aux rang et prérogative de général de corps d'armée en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Monique Legrand-Larroche est la fille d'un ingénieur également professeur à l'École polytechnique. Elle est l'une des 27 femmes à intégrer cette école en 1982, après avoir obtenu son bac scientifique et suivi une classe préparatoire[1]. À l'époque, il n'y avait que 10 % de femmes dans sa promotion et cela ne faisait que 10 ans que Polytechnique était ouverte aux femmes. Elle suit ainsi ses deux frères, son mari, son père, son grand-père et son arrière-grand-père avant elle[2]. Elle intègre le Corps des ingénieurs de l'armement à sa sortie de l'École polytechnique et suit ensuite un cursus à l'École nationale supérieure de techniques avancées et obtient un DEA en mécanique à l'université Paris VI.

Carrière[modifier | modifier le code]

Monique Legrand-Larroche entre en 1987 à la direction générale de l'Armement[3]. Pendant ces années, elle a sous sa responsabilité plusieurs programmes et directions. D'abord chargée du financement et de l'orientation des projets de recherches dans les universités, les établissements du CNRS ou encore l'ONERA, elle devient directrice du programme Horizon (hélicoptère équipé d'un système de surveillance radar du sol et des aéronefs lents) et responsable du programme capacités complémentaires Gazelle, tout cela de 1993 à 2000[3]. Par la même occasion, elle a sous sa responsabilité l'acquisition d'hélicoptères pour la Gendarmerie nationale et la Sécurité civile. Passionnée d'hélicoptères, elle passe son brevet de pilote en 1987[1].

Elle revient à la direction générale de l'Armement en 2002, chargée des finances au service des programmes nucléaires et missiles, puis supervise les négociations de marchés, tout en s'assurant de leur conformité.

De 2007 à 2011, elle dirige l'unité de management des opérations d'armement d'hélicoptères, au profit des trois armées (ainsi que pour la Gendarmerie nationale et la Sécurité civile)[1]. Elle représente à ce titre la France aux comités directeurs internationaux pour le programme Eurocopter EC665 Tigre et le programme NHIndustries NH90.

De 2011 à 2013, elle est directrice du service de maintien en condition opérationnelle de la DGA.

Elle est nommée en 2013 adjointe au directeur des Opérations de la DGA, avant d'en devenir la directrice un an plus tard. Élevée aux rang et appellation d'ingénieure générale hors-classe de l'armement à la même date, Monique Legrand-Larroche devient la première femme en France à accéder à ce rang, équivalent à celui de général de corps d'armée[4], avant Caroline Laurent (2014), Maryline Gygax Généro (2017) et Isabelle Guion de Méritens (2020). À ce poste, elle pilote les programmes et les opérations d'armement de l'armée française, ainsi que la mise en place de la stratégie d'acquisition et du soutien des matériels nécessaires à la bonne conduite des opérations[5].

En 2018, elle est nommée à la tête d'une nouvelle direction de l'État-Major des armées, la direction de la Maintenance aéronautique (DMAé)[6]. Cette direction s'occupe des avions A400M et Atlantique 2, et des hélicoptères Cougar, Caracal, Dauphin et Panther[7],[8].

Le , elle est nommée en Conseil des ministres inspectrice générale des armées et élevée aux rang et appellation d'ingénieure générale de classe exceptionnelle de l'armement[9]. Elle est la première femme à tenir tant cette fonction que ce rang en France[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Karen Lajon, « Ma générale d’armement », sur lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le )
  2. Emmanuelle Lucas, « Monique Legrand-Larroche, générale quatre étoiles », La Croix,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « IGHCA Monique Legrand-Larroche », sur défense.gouv.fr, (consulté le )
  4. « On peut réussir dans ces métiers en étant une femme et une maman », sur Gouvernement.fr (consulté le )
  5. Karen Lajon, « Ma générale d’armement », Le journal du dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Création de la direction de la Maintenance aéronautique (DMAé), sur le site du ministère des Armées, 2 mai 2018.
  7. Création de la DMAé : « une nouvelle ambition pour la maintenance aéronautique », sur le site du ministère des Armées, 27 mars 2019.
  8. « Quatre questions à Monique Legrand-Larroche, directrice de la DMAé », sur www.journal-aviation.com (consulté le )
  9. Décret du 29 juillet 2022 portant nomination d'une officière générale.
  10. « Emmanuel Chiva nommé à la tête de la Direction générale pour l'armement (DGA) », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Décret du 25 juin 2015 portant promotion et nomination.
  12. Décret du 1er juillet 2006 portant promotion et nomination.
  13. Décret du 30 octobre 2018 portant promotion et nomination en faveur des militaires appartenant à l'armée active.
  14. Décret du 6 novembre 2009 portant promotion et nomination.
  15. Décret du 30 octobre 1998 portant promotion et nomination.