Monique Legrand-Larroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Legrand et Larroche.
Officier général francais 4 etoiles.svg Monique Legrand-Larroche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Grade militaire
Ingénieur général hors classe de l'armement (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Monique Legrand-Larroche est une ingénieure générale de l'armement française. Elle est la première femme à accéder au grade de générale 4 étoiles en France. Membre du corps de l'armement, l'appellation précise de son rang est : « Ingénieure générale hors classe ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un ingénieur également professeur à l'École polytechnique, elle intègre cette école en 1982[1], comme ses deux frères, son mari, son père, son grand-père et son arrière-grand-père avant elle[2], suivi d'un cursus à l'école nationale supérieure de techniques avancées et d'un DEA en mécanique à l'université Paris VI. Elle entre en 1985 à la direction générale de l'Armement et, passionnée d'hélicoptères, passe son brevet de pilote en 1987[1]. Pendant ses années à la direction générale de l'Armement, elle a sous sa responsabilité plusieurs programmes et directions. Tout d'abord chargée du financement et de l'orientation des projets de recherches dans les universités, les établissements du CNRS ou encore l'ONERA, elle devient directrice du programme HORIZON (hélicoptère équipé d'un système de surveillance radar du sol et des aéronefs lents) de 1993 à 2000. Par la même occasion, elle a sous sa responsabilité l'acquisition d'hélicoptères pour la Gendarmerie nationale et la Sécurité civile.

Après un congé parental pour son 4e enfant[réf. nécessaire], elle revient à la direction générale de l'Armement en 2002, chargée des finances au service des programmes nucléaires et missiles, puis supervise les négociations de marchés, tout en s'assurant de leur conformité.

De 2007 à 2011, elle dirige l'unité de management des opérations d'armement d'hélicoptères, au profit des trois armées (ainsi que pour la gendarmerie nationale et la sécurité civile)[1]. Elle représente à ce titre la France aux comités directeurs internationaux pour le programme Eurocopter EC665 Tigre et le programme NHIndustries NH90.

Après deux ans en tant que chef de service du maintien en condition opérationnelle, elle devient en 2013 adjointe à la direction des opérations de la DGA.

En 2014, elle est nommée en conseil des ministres directrice des opérations avec le rang d'ingénieur général hors-classe. À ce poste, elle a sous sa direction la conduite de tous les programmes et opérations d'armement de l'armée française (du sous-marin au satellite en passant par les véhicules terrestres et aériens), et donc la mise en place de la stratégie d'acquisition et du soutien des matériels nécessaires à la bonne conduite des opérations. À ce titre, elle devient officier général quatre étoiles, la première femme à accéder à ce rang dans l'armée française[3].

Après quatre ans en tant que directrice des opérations, elle quitte la direction générale de l'Armement, pour rejoindre l'État-Major des armées, à la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), nouvellement créée, dont elle prend la tête[4]. Cette direction s'occupe des avions A400M et Atlantique 2, et des hélicoptères Cougar, Caracal, Dauphin et Panther[5].

Le 8 juillet 2019, elle est élevée au grade de commandeur dans l'ordre national du Mérite et décorée par le président de la République Emmanuel Macron lors d'une cérémonie aux Invalides[réf. nécessaire][6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Officier ribbon.svg Ordre national du Merite Commandeur ribbon.svg Medaille de l'Aeronautique ribbon.svg

Intitulés

Références[modifier | modifier le code]