Carlos d'Eschevannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carlos d'Eschevannes
Eschevannes.jpg
Carlos d'Eschevannes en 1955.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Carlos d’Eschevannes, à l'état civil : Charles Marie Joseph Poncelain d’Eschevannes, né à Vitry-le-François (Marne) le 26 juin 1886 de Émile Célestin et de Anne Marie Valentine Lebrun, mort à Paris le 28 juin 1970, est un écrivain, poète, militaire, médecin. Évêque puis patriarche de l'Église parallèle dénommée « Église gallicane, tradition apostolique de Gazinet » de 1954 à 1970. Son nom ecclésiastique était :« Mgr Irénée Poncelain d'Eschevannes » .

Parcours[modifier | modifier le code]

Carlos d’Eschevannes fait d'assez longues études classiques et scientifiques dont on retrouve les traces dans la diversité de son œuvre littéraire. Il devint médecin militaire avec le grade de lieutenant durant la Première Guerre mondiale et ce n'est qu'assez tardivement qu'il vient au sacerdoce, tout en ayant auparavant au sein du tiers ordre franciscain mené une vie profondément mystique. Il s'en confie lui-même dans le journal Le Gallican de février 1968 :

« ... Il m’en est resté quelque chose... J’ai aimé l’Histoire, la Géographie, les Belles Lettres... J'ai même fait une incursion dans l’art médical et chirurgical pendant la guerre de 14-18..., après avoir étudié les sciences physiques, chimiques et naturelles. Ce n’est qu’il y a vingt ans que j'ai retrouvé ma vocation première, que j’ai aimé la théologie, la liturgie, bref ! que je suis devenu un prêcheur l’Évangile. »

Il est ordonné prêtre au sein de l’Église gallicane, tradition apostolique de Gazinet, le 23 mars 1952 par Monseigneur Gérard-Marie-Edmond Lescouzères. Élu évêque par l’association cultuelle d’Île-de-France, il est consacré par Mgr Bloom Van Assendelft assisté de NN SS Bonjer et Malvy, le 20 février 1955, comme évêque gallican sur le siège d'Arles. Il prend pour nom épiscopal Irénée.

Très tôt intéressé par la spiritualité du grand moine irlandais saint Colomban, il s’attelle à partir de 1955 à la traduction de toute son œuvre du latin au français. Il est aussi, avec Tugdual de Saint-Dolay, à l'origine de la restauration de l’ordre monastique de Saint-Colomban, devenu depuis Fraternité de Saint-Colomban.

Tentant de regrouper toutes les communautés gallicanes, il noue de nombreuses relations amicales et œcuméniques. En 1957, à la mort de Isidore Jalbert-Ville, il devient primat de l'Église et « patriarche » en 1967.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

1912 : Mgr Pierre Dadolle, évêque de Dijon, 1906-1911, sa vie, son œuvre, 1857-1911. Préface de NN SS les évêques de France.

1912 : Un explorateur français : Henri Moll d'après sa correspondance. Préface de Maurice Barres.

1914 : À propos de l'hygiène alimentaire du méhari, Contribution à l'étude de la flore saharienne. Préface du colonel Monteil

1922 : Contribution à l'histoire de Champagne. Préface de M. Léon Bourgeois, sénateur de la Marne, président du Sénat

1924 : La fille d'Ouessant, roman. Réédité en 2007 par les Éditions Découvrances

1924 : Laguerre et ses amis

1925 : Le Satyre de la rue Quincampoix, Roman

1925 : L'Évangile de Jean. Préface de Son Em. le cardinal Mercier, archevêque de Malines

1926 : La Ronde des fées,Roman. Préface de J. H. Bosny aîné, président de l'Académie Goncourt

1927 : La Dernière des Mayas, Roman

1927 : Mag, danseuse peu sage, Roman. Couverture de Marcel Thierry

1927 : Le Régent et ses maîtresses ou de l'Excuse atavique. Documents inédits et 4 gravures hors texte. Préface de Me Henri-Robert, de l'Académie française

1927 : Éloge de la luxure. Préface de Félicien Champsaur

1928 : La Sirène des ravageurs, Roman. Bois gravé par Gaston Auger-Stève

1929 : Les Rayons ultra-violets

1930 : Un mec du milieu, Roman

1930 : La Vie d'Ambroise Paré, Père de la chirurgie, 1510-1590, Préface du professeur J.-L. Faure

1934 : Un chrétien et un savant. Pasteur. Sa vie, sa foi, son œuvre. 1822-1895. (Documents inédits.) 2e édition

1935 : La Légende du carillon, Opérette en un acte

1935 : Le Merveilleux Corps humain. Anatomie et physiologie élémentaires, Suivies de quelques conseils pratiques pour soins d'urgence...

1937 : L'histoire merveilleuse de Merlin l'Enchanteur, Récit précédé de Stances et suivi d’un sonnet. Dessins originaux de Madame V. d'Eschevannes. Lettre-préface de Paul Valéry.

1937 : Le Festin chez Cesar,Drame en 2 actes et 1 tableau final. [Dijon, salons de la Comtesse V. d'Eschevannes.]

1947 : Rebâtissons notre maison,Pièce en 3 actes...

1947 : La Vie, l'œuvre et la mort de Mère Madeleine d'Eschevannes,Âme de souffrance, par son frère le Dr Carlos d'Eschevannes

1956 : Règle de saint Colomban. Première traduction française d’après le texte latin. Manuscrit.

1956 : Instructions et Poésies de saint Colomban. Première traduction française d’après le texte latin. Manuscrit.

1956 : Homélies de saint Colomban. Première traduction française d’après le texte latin. Manuscrit.

Entre 1955 et 1970 : Nombreux missels d’autel manuscrits.

Même période : Rédaction et direction du Gallican Autocéphale, journal de l’Église gallicane.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

{...}

Articles connexes[modifier | modifier le code]

{...}

Liens externes[modifier | modifier le code]