Carl Eggers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Eggers
Friedrich Overbeck - Portrait of Johann Carl Eggers.jpg
Portrait de Carl Eggers par Johann Friedrich Overbeck.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
NeustrelitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Carl (Adolf Johann) Eggers, né le à Neustrelitz, et mort le dans la même ville, est un peintre allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl Eggers naît le à Neustrelitz[1].

Il étudie à École supérieure des beaux-arts de Dresde de 1809 à 1812, où il est l'élève du peintre d'histoire Johann Friedrich Matthäi, puis il se rend en Italie au printemps 1813 pour poursuivre ses études. Il vit à Rome de 1816 à 1830. Pendant ce temps, il se consacre avec tant de succès à la fresque à travers des investigations mécaniques et chimiques de fresques plus anciennes que la réinvention de la technique de la fresque lui est attribuée.

Avec Philipp Veit, il travaille comme artiste au Museo Chiaramonti (Braccio Nuovo) du Vatican en tant que peintre de fresque, où il a peint les Roms personnalisés devant lesquels des pièces de monnaie ont été émises, une allusion à la collection de pièces qui, à l'époque, était incorporée dans les trésors du Vatican. Il appartient au cercle des Nazaréens autour de Friedrich Overbeck.

Après son retour en Allemagne, il peint pour le compte du chanoine Immanuel Christian Leberecht von Ampach (de) pour la cathédrale de Naumbourg le Fußwaschung Christi et participe de 1847 à 1848 avec Johann Wilhelm Schütze (de) à l'exécution des fresques dessinées par Schinkel dans la salle de l'Altes Museum. La fresque, l'ange de la résurrection, créée par lui dans la chapelle du cimetière de Neustrelitz, n'est pas conservée.

Eggers était marié à Elisabeth Seitz depuis 1819.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sainte Catherine d'Alexandrie, musée de Leipzig[2].
  • Portrat d'italienne[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thieme et Becker 1914, p. 377.
  2. a et b Bénézit 1924, p. 208.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]