Carl Ahues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Herbert Ahues.
Carl Ahues
Naissance
Brême
Décès (à 85 ans)
Hambourg
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemagne
Profession
Joueur d'échecs
Distinctions

Carl Oscar Ahues est un joueur d'échecs allemand né le 26 décembre 1883 à Brême et mort le 31 décembre 1968 à Hambourg[1]. Champion d'Allemagne en 1929 et maître international en 1950, il a participé à trois olympiades (médaille de bronze par équipe en 1930 (1er échiquier) et en 1936 (2e échiquier)).

Carrière aux échecs[modifier | modifier le code]

En 1929, Ahues remporta le championnat d'Allemagne à Duisbourg[2] (devant Paul Saladin Leonhardt, Friedrich Sämisch et Kurt Richter) et le championnat de Berlin (ex æquo avec Kurt Richter). Après la Seconde Guerre mondiale, il gagna le tournoi de Celle en 1948[3] et le championnat de Hambourg de parties rapides à plus de quatre-vingt ans[4]. Il était commentateur d'échecs à la radio et publia en 1948 à Hambourg le livre Die Schachtheorie Offene Spiele[4].

Ahues termina 6e du très fort tournoi de San Remo en 1930 (victoire de Alekhine) et reçut un prix de beauté pour sa partie avec Monticelli. Il finit 3e à Berlin en 1926, 3e du tournoi préliminaire B à Kecskemet 1927 (cinquième-septième ex æquo de la finale A), 4e à Scoreborough en 1930, 3e à Liège 1930, 3e à Bad Nauheim 1936 derrière Kérès et Alekhine[1] et deuxième-troisième du tournoi de Stutgart 1947 remporté par Bogoljubov.

Il reçut le titre de maître international lors de sa création en 1950 et participa à trois olympiades. Il jouait au premier échiquier de l'Allemagne lors de l'Olympiade d'échecs de 1930 à Hambourg (l'Allemagne termina troisième) et au deuxième échiquier de l'équipe allemande lors de l'olympiade d'échecs de 1931 de l'olympiade d'échecs officieuse de 1936 à Munich[5].

Son fils, Herbert Ahues, né en 1922, est juge international pour la composition échiquéenne et grand maître international pour la composition échiquéenne[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981, p. 10.
  2. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967, p. 4
  3. (en) Gino Di Felice, Chess Results, 1947 – 1950 : a comprehensive record with 980 tournaments crosstables and 155 match scores, McFarland & Company, , 486 p. (ISBN 978-0-7864-3820-4), p. 127
  4. a et b Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 788
  5. (en) Anne Sunnucks, The encyclopedia of chess, London, Hale, , 2e éd. (ISBN 9780709110309)
  6. (en) David Hooper et Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, , 2e éd. (ISBN 0-19-866164-9)