Carine Bahanag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carine Bahanag
Image dans Infobox.
Naissance

Yaoundé, Cameroun
Nationalité
Camerounaise
Activités
Artiste danseuse, scénariste, autrice
Autres activités
chercheuse en anthropologie de la danse (travaillant sur les danses traditionnelles camerounaises)
Formation
Communication des Organisations (ESSTIC), Arts du Spectacle (Université de Yaoundé I), Danses traditionnelles et contemporaines d'Afrique (Ecole des Sables, Sénégal)
Œuvres principales
Mulatako - Scénario du tome 2 (les tomes 3 et 4 en cours de création)

Carine Bahanag est une artiste danseuse, chorégraphe, scénariste, autrice et cofondatrice du Studio graphique et maison d'édition AFIRI Studio[1]. Elle est également une chercheuse en anthropologie de la danse travaillant sur les danses traditionnelles camerounaises[2]. Née en 1990 à Yaoundé au Cameroun, elle est issue d'une famille nombreuse et recomposée[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2010, elle entame une licence en communication des organisations à l’École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication de Yaoundé. Elle apprend en parallèle les danses sportives au Ballet Universitaire de Yaoundé I[3]. En compagnie de son partenaire de danse Jean Frédérick Ombga, elle participe à des compétitions régionales, puis nationales organisées par la ligue régionale du centre de la fédération de danses sportives et assimilées[4].

En 2018, elle soutient à l’Université de Yaoundé I, un Master II en Arts du Spectacle option production théâtrale sur le thème « Le langage des danses traditionnelles camerounaises en situation de spectacle vivant : cas des danses Mengan, Ozila et Adouyayé »[5].

La même année, elle entame une formation de neuf mois répartis en trois ans à l’Ecole des Sables au Sénégal créée par Germaine Acogny, en vue d'obtenir le diplôme en danses traditionnelles et contemporaines d’Afrique[6],[7]. Elle reçoit sa formation[8] de professeurs comme Sacky Tchebe, Alesandra Seutin[9], Nora Chipaumire (en) (Zimbabwe), Raouf Tchakondo[10] (Togo), Dayna Martinez Morales[11] (Bolivie), Vincent Virburg (Hollande) et Patrick Acogny[12] (France-Sénégal), sous la direction artistique de ce dernier[13].

Dans le dernier trimestre de 2018, elle s’inscrit à l’École pratique des hautes études[pertinence contestée][14], en codirection avec l’UMR 7206 écoanthropologie[15] du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, une thèse en anthropologie de la danse sur les danses de femmes Fang - Beti - Bulu du Sud Cameroun[16].

Au début de 2021, elle rejoint le catalogue d’auteurs et autrices jeunesse de l’Agence Ariane Geffard[pertinence contestée][17].

Réalisations[modifier | modifier le code]

En 2014, elle crée et met en place avec l'aides de bénévoles le projet « Vacances en cadence »[18], un stage artistique d'un mois, mettant gratuitement à la disposition des enfants de Nkolnondo, un quartier de la ville de Yaoundé, des cours de danse, musique et théâtre et clôturés par des spectacles de restitution. Trois éditions ont eu lieu en 2014, 2015 et 2016[19].

Au début de 2020, pendant la première vague de la crise sanitaire Covid-19 en Europe, Carine Bahanag met en ligne une série de 6 cours de danse traditionnelles de six pays africains différents, accessible gratuitement aux personnes confinées[20].

En fin 2020, elle cofonde le studio graphique et maison d’édition AFIRI Studio avec Reine Dibussi, artiste illustratrice 2D[21].

En , Carine Bahanag publie son premier album de bande dessinée, le tome 2 de la série Mulatako en tant que scénariste avec Reine Dibussi au dessin[22].

En , elle participe[23] au Lyon BD festival en tant qu’autrice[24][pertinence contestée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Afiri Studio, « Notre équipe », sur afiristudio.com (consulté le )
  2. Gael de Souza, « Carine Bahanag, Femme orchestre », Quotidien "CAMEROON TRIBUNE",‎ , p. 22 (lire en ligne)
  3. Carine Bahanag, « 1/6 - Cours de danse en ligne avec Carine Bahanag - Technique de base de la danse Njang du Cameroun », sur youtube.fr, (consulté le )
  4. Fecadansa, « 12éme COUPE DE LA LIGUE REGIONALE DU CENTRE - fecadansa », sur yumpu.com, (consulté le )
  5. Carine Bahanag, Le langage des danses traditionnelles camerounaises en situation de spectacle vivant : cas des danses Mengan, Ozila et Adouyayé, Yaoundé, Université de Yaoundé 1, , 302 p., Dir. Emelda Samba Ngufor
  6. Iris Afrika, « La lionne Carine Bahanag (CK Magazine) », Mensuel,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  7. Cameroon web, « Une danseuse camerounaise rejoint la prestigieuse école des Sables », Non,‎ (lire en ligne)
  8. Hanosculture, « Carine Bahanag à l'Ecole des Sables », hebdonamdaire,‎ (lire en ligne)
  9. Ecole des Sables, « Alesandra Seutin », sur ecoledessables.org (consulté le )
  10. Africultures, « Raouf Tchakondo », sur africultures.com (consulté le )
  11. (nl) Framer Framed, « Dayna Martinez Morales », sur framerframed.nl (consulté le )
  12. Patrick Acogny de Souza, Les techniques des danses africaines et leur expansion en France : transmission et genèse de corporéités interculturelles, Paris, Université de Paris 8, , 346 p. (lire en ligne), Thèse de doctoral, sous la direction de Jean Marie Pradier
  13. Culture Ebene, « La danseuse et chorégraphe camerounaise Carine Bahanag rejoint la prestigieuse école des sables », Quotidien en ligne,‎ (lire en ligne)
  14. Iremus, « JOURNÉES DOCTORALES D’ETHNOMUSICOLOGIE 2020 », sur iremus.cnrs.fr (consulté le )
  15. MNHN, « Carine Bahang », sur ecoanthropologie.fr (consulté le )
  16. Carine Bahanag, « Initiatives féminines et ingérences masculines dans le processus de patrimonialisation des danses du Sud Cameroun », sur theses.fr, (consulté le )
  17. Pauline Gabinari, « L’agence d’Ariane Geffard s'ouvre à un nouveau genre », Non,‎ (lire en ligne)
  18. Inès P., « CARINE BAHANAG, L'ART COMME PASSION ET MÉTIER », Non,‎ (lire en ligne)
  19. Agence Ariane Geffard, « Carine Bahanag », Non,‎ (lire en ligne)
  20. Fabrice Beloko, « Cameroun - Covid-19 : Carine Bahanag permet aux confinés de garder le moral », Trihebdomadaire, "Repères",‎ (lire en ligne)
  21. Nguefack, « Interview de Reine Dibussi: pourquoi les graphistes designer et créatifs sont-ils de plus en plus sollicités ? », Hebdomadaire,‎ (lire en ligne)
  22. Elsa Kane, « Le tome 2 de « Mulatako disponible. Bande dessinée. Editée par Afiri studio, la série d’afro science-fiction est le fruit d’une collaboration féminine entre Reine Dibussi (dessin) et Carine Bahanag (scénario) », Quotidien Le Jour,‎ , p. 2
  23. Fabrice Beloko, « La série Mulatako à Lyon BD Festival 2021 : Deux femmes aux commandes », trihebdomadaire, "Repères",‎ , p. 11
  24. Lyon BD, « Parcours librairies », sur lyonbd.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]