Germaine Acogny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Germaine Acogny
Naissance
Bénin
Activité principale Danseuse et pédagogue
Style Danse africaine et contemporaine
Lieux d'activité Paris et Toubab Dialo
Années d'activité Depuis 1968

Germaine Acogny, née au Bénin en 1944, est une danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise, figure historique de la danse en Afrique depuis la fondation de son premier studio de danse africaine en 1968, à Dakar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Germaine Acogny est la fille de Togoun Servais Acogny, fonctionnaire colonial et auteur de "Les récits d'Aloopho", auquel elle rend hommage dans son spectacle "À un endroit au début"[1].

En 1968, elle crée à Dakar un studio de danse[2]. Entre 1977 et 1982, elle dirige Mudra Afrique, créé par Maurice Béjart et le président Léopold Sédar Senghor à Dakar. En 1980, elle publie son livre La Danse africaine, édité en trois langues[2],[3]. Après la fermeture de Mudra Afrique, elle enseigne à L'Isle-Jourdain, à 35 km de Toulouse[3], puis elle s'installe à Bruxelles avec la compagnie de Maurice Béjart et organise des stages internationaux de danse africaine qui remportent un franc succès auprès du public européen. En 1985, elle fonde avec son mari Helmut Vogt le « studio-école ballet-théâtre du 3e monde » à Toulouse.

En 1995, elle décide de retourner au Sénégal et, en 1998, crée l’association Jant-Bi / l'École des Sables. En 1997, elle est nommée directrice artistique de la section danse d'Afrique en Création à Paris et des Rencontres chorégraphiques de danse africaine contemporaine, fonction qu'elle assume jusqu'en septembre 2000. Elle inaugure au Sénégal en 2004 un centre international de danses traditionnelles et contemporaines d'Afrique nommé « École des sables »[2].

Germaine Acogny est chevalier de l'ordre du Mérite et officier de l'ordre des Arts et des Lettres de la République française et chevalier de l'ordre national du Lion du Sénégal.

En 2014, elle est classée parmi les « 50 personnalités africaines les plus influentes dans le monde » selon le magazine Jeune Afrique[4].

Principales chorégraphies[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Sahel, solo qu'elle crée et interprète[2]
  • 1994 : Yewa, Eau sublime[3]
  • 2004 : Fagaala, spectacle chorégraphié avec Kota Yamasaki, consacré au génocide du Rwanda[2]
  • 2007 : Les Écailles de la mémoire avec Jawole Willa Jo Zollar
  • 2007 : Waxtaan, regard critique sur le pouvoir[2],
  • 2016 : À un endroit au début mis en scène avec Mikaël Serre[5]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germaine Acogny, Danse africaine - Afrikanischer Tanz - African dance, Francfort-sur-le-Main, Fricke ; Abidjan ; Dakar, Les Nouvelles Éditions Africaines, 1980, 112 p. (ISBN 3-88184-038-9).
  • « Les 100 personnalités qui font l'Afrique », Jeune Afrique, no 2450-2451, du 23 décembre au 5 janvier 2008, p. 58
  • Fabrice Hervieu-Wane, « Germaine Acogny. La danse africaine est universelle », dans Dakar l'insoumise, Éditions Autrement, Paris, 2008, p. 54-61

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « À un endroit du début - La Ferme du Buisson », sur www.lafermedubuisson.com (consulté le 17 mars 2016)
  2. a, b, c, d, e et f Virginie Garandeau, « Acogny, Germaine [Béninn 1944] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 38.
  3. a, b et c « Danse. Cinquante-six compagnies à la Biennale de Lyon Le grand écart des Africains de France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Les 50 Africains les plus influents dans le monde », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  5. Mikaël Serre, « A un endroit du debut - Germaine Acogny - Mikaël Serre - YouTube »,‎ (consulté le 17 mars 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]