Camille Bulcke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Camille Bulcke (en néerlandais Kamiel Bulcke) (1er septembre 1909, Ramskapelle, Belgique - 17 août 1982, New-Delhi, Inde) était un missionnaire jésuite belge en Inde qui atteignit un très haut niveau de compétence en Sanscrit (langue classique) et en Hindi (la langue nationale).

Le père Camille Bulcke S.J.

Études et Formation[modifier | modifier le code]

Camille Bulcke était déjà ingénieur (de l’Université de Louvain) lorsqu’il entra chez les Jésuites en 1930. Il fit ses études de philosophie à Valkenburg, aux Pays-Bas (1932-34). Il partit alors pour l’Inde où il enseigna quelques années les mathématiques à Darjeeling et Gumla. Suivirent les études de théologie préparatoires au sacerdoce (1939-42) à Kurseong, une petite ville dans l’Himalaya où se trouvait le théologat des jésuites de l’Inde. C’est également là qu’il fut ordonné prêtre en 1941. Intellectuellement curieux et intéressé par la civilisation indienne il fit une licence en sanscrit à l’Université de Calcutta (1942-44) et un doctorat en littérature Hindi à l’université d’Allahabad (1945-49).

Enseignement et Recherches[modifier | modifier le code]

En 1949 Bulcke fut nommé directeur du département de Hindi et Sanscrit des Facultés Saint Xavier de Ranchi. De sérieux problèmes d’ouïe cependant le firent se tourner vers un travail de chercheur plutôt que de professeur. Séduit par Tulsidas, le grand poète Hindi du XVIIe siècle, il le choisit comme sujet de sa thèse de doctorat. Sa passion était communicative et il était souvent invité à donner des conférences sur le poète Tulsidas et ses chants dévotionnels (Rama-katha). Sa compétence - et surtout son enthousiasme - étonnaient ceux qui l’écoutaient. Il faisait ainsi découvrir à beaucoup les valeurs profondes de la tradition spirituelle de l’Inde, ce qui, pour lui, était également une excellente introduction aux valeurs de l’Évangile. Il obtint la nationalité indienne en 1951, et fut fait membre de la commission gouvernementale pour la promotion de l’Hindi comme langue nationale de l’Inde.

Dictionnaire Anglais-Hindi[modifier | modifier le code]

Une vie entière de recherche sur la langue Hindi, de même que ses nombreux travaux de traduction fit qu’il rassembla un matériel considérable pour un dictionnaire Anglais-Hindi (40 000 mots) qui est encore aujourd’hui le plus populaire en Inde du Nord. Jusqu’à la fin de sa vie il continua à l’enrichir et le mettre à jour. Il prépara une vie du Christ, se basant sur les quatre évangiles : Muktidata ('le Sauveur') et traduisit la Bible en Hindi, sans compter d’autres livres liturgiques et de prière. Son amour pour la langue hindie, alliée à une stature imposante et une grande disposition à recevoir tous ceux qui venaient le consulter, étudiants et chercheurs aussi bien que le peuple simple ou en difficulté, lui donnèrent une réputation de Gourou. Nombreux étaient ceux qui venaient le consulter et souvent également pour des problèmes qui n’avaient rien à voir avec la littérature.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • (Hindi) Muktidata (The Saviour), Ranchi, 1942.
  • The Theism of Nyaya Vaisheshika, Calcutta, 1947.
  • (Hindi) Râmakathâ, Utpatti aur Vikâsa, Allahabad, 1950.
  • English-Hindi Disctionary, Ranchi, 1981 (3d ed.).
  • (Hindi) Naya Vidhana (New Testament), Ranchi, 1977.

Honneurs[modifier | modifier le code]

En 1974 le gouvernement de l’Inde lui décerna une des décorations civiles les plus importantes, la Padma Bhushan, pour sa « remarquable contribution au développement de la littérature hindie ».