Calotes versicolor

Cliquez ici pour écouter une version audio de cet article.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Calotes versicolor
Description de l'image Garden Lizard kolkata 2009 05 07.JPG.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Agamidae
Sous-famille Draconinae
Genre Calotes

Espèce

Calotes versicolor
(Daudin, 1802)

Synonymes

  • Agama versicolor Daudin, 1802
  • Agama tiedemanni Kuhl, 1820
  • Agama vultuosa Harlan, 1825
  • Agama indica Gray, 1827
  • Calotes cristatus Jaquemont, 1844
  • Calotes viridis Gray, 1846
  • Calotes gigas Blyth, 1853
  • Calotes versicolor major Annandale, 1921
  • Calotes versicolor nigrigularis Auffenberg & Rehmann, 1993

L'agame versicolore (Calotes versicolor), également appelé galéote versicolore ou lézard arlequin ou agame arlequin, est une espèce de sauriens de la famille des Agamidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Iran, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde, au Népal, au Bhoutan, au Sri Lanka, au Bangladesh, en Birmanie, dans le sud de la République populaire de Chine, au Cambodge, au Viêt Nam, en Thaïlande, en Malaisie péninsulaire, à Singapour et en Indonésie à Sumatra[1].

Elle a été introduite en Oman, aux Maldives, aux Seychelles, à Sulawesi, aux Mascareignes et en Floride.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet agame s'observe très aisément car il vit certes dans les forêts tropicales impénétrables sans un guide mais aussi partout dans les jardins, les parcs et le long des routes ; dans les arbres, les rochers et les bâtiments.

Description[modifier | modifier le code]

Écouter cet article (info sur le fichier)

C'est un saurien ovipare[1] diurne.

Il mesure de 30 à 40 cm de long. Il a une crête épineuse sur le dos et la nuque, une très longue queue et de longues griffes pour grimper. Sa queue lui sert de balancier quand il grimpe dans les arbres et escalade[2].

Cet agame présente un dimorphisme sexuel. Il est appelé lézard suceur de sang car les mâles dominants ont le menton et la gorge de couleur rouge.

Comme le caméléon, l'agame change de couleur non en fonction de son environnement mais en fonction de son humeur. C'est un moyen de communication entre agames. Il manifeste une grande variété de colorations et de motifs.

Agame arlequin gris, parc national de Khao Yai, Thaïlande

Normalement il est gris, brun ou jaune mais il est capable de devenir vert, noir ou rouge[3]. L'apparence des mâles de certaines populations est particulièrement spectaculaire et colorée quand il rencontre un rival ou une femelle.

Male Calotes versicolor.jpg

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet animal est carnivore.

Il mange des insectes dont des criquets, des sauterelles et des fourmis et aussi de petits vertébrés dont des grenouilles, des oisillons et des lézards.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Pendant la saison des amours, la zone labiale des mâles devient rouge vif, laissant imaginer que ce lézard a sucé du sang. La compétition entre les mâles pour une femelle est parfois féroce. Elle peut provoquer des blessures voire la mort.

La femelle enfouit de 6 à 20 œufs dans le sol humide. Ils éclosent après 6 à 8 semaines. Les bébés agames grandissent vite et sont en âge de se reproduire dès l'année suivante.[4]

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (13 avril 2012)[5] :

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Auffenberg & Rehmann, 1993 : Studies on Pakistan reptiles. Pt. 3. Calotes versicolor. Asiatic Herpetological Research, vol. 5, p. 14-30 (texte intégral).
  • Auffenberg & Rehmann, 1995 : Calotes versicolor nigrigularis Auffenberg and Rehman 1993 a junior primary homonym. Asiatic Herpetological Research, no 6, p. 28 (texte intégral).
  • Daudin, 1802 : Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Reptiles; ouvrage faisant suit à l'Histoire naturelle générale et particulière, composée par Leclerc de Buffon; et rédigee par C.S. Sonnini, membre de plusieurs sociétés savantes, vol. 3, F. Dufart, Paris, p. 1-452 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Collectif (trad. de l'anglais par Michel Beauvais, Marcel Guedj, Salem Issad), Histoire naturelle : plus de 5000 entrées en couleurs [« The Natural History Book »], Paris, Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-08-137859-9), p. Lézard arlequin page 381
  3. Marie-Paul Zierski et Philipp Röhlich, La grande encyclopédie des animaux, Terres éditions, , 320 p. (ISBN 978-2-35530-295-4), Agame arlequin page 121
  4. Cris Mattison (trad. de l'anglais par Yvan Ineich et Annemarie Ohler), Serpents, autres reptiles et amphibiens : reconnaître plus de 430 espèces, Paris, Larousse, , 352 p. (ISBN 978-2-03-589883-8), p. Lézards- signaux visuels page 124 et Galéote versicolore page 128
  5. Reptarium Reptile Database, consulté le 13 avril 2012