Caïman de Douala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Caïman de Douala
Logo du Caïman de Douala
Généralités
Nom complet Caïman Akwa Club Douala
Surnoms les « Bana Ba Ngando »
Fondation 1927
Statut professionnel Amateur
Couleurs Rouge et blanc
Stade Stade de la Réunification
(30 000 places)
Siège Douala
Championnat actuel Championnat du Cameroun
Président Drapeau : Cameroun David Edoube Kotto
Entraîneur Drapeau : Cameroun Maurice Mpondo
Palmarès principal
National[1] Championnat du Cameroun (3)
Coupe du Cameroun (1)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Le Caïman de Douala est un club camerounais de football basé à Douala.

Historique[modifier | modifier le code]

Aucune information n’étant consignée sur un support papier, il n’est pas possible de déterminer avec exactitude, l’année de naissance de l’équipe de Caïman Akwa Club de Douala. Toutefois, le fait que certains anciens joueurs de l'époque, soient aujourd'hui âgés d'environ 80 ans, amène à situer la période de naissance du club dans les années 1920. Mais, d'après la chefferie supérieure des "Akwa", le club a été fondé en 1927 sous le nom de Caïman Akwa Club de Douala.

Au départ, Caïman de Douala s’appelait Lune de Douala. Le nom du club changea après une défaite en finale du Championnat du Cameroun face à leur adversaire de toujours : Léopard de Douala. En effet, à cette époque, les clubs appartenaient aux cantons. Ce qui suppose que les matches commençaient à se disputer dans les quartiers avant le jour j, et se poursuivaient après la fin de ceux-ci. C'étaient les matchs d'honneur et de « gueule ». Cette défaite de plus ne fut jamais digérée par les dirigeants de Lune.

Par la suite, en raison des résultats en demi-teinte du club, les responsables commencèrent à recruter les joueurs à Yaoundé et dans les villages de la région du littoral Ndjigui Richard, capitaine de haute stature, qui portera les couleurs du caiman à 6 h, sera recruté en provenance d'une équipe de la ville de Kribi. Dans le même ordre d'idées, puisque le club appartient à une communauté qui voue un véritable culte à l'eau, il fallait créer un effet psychologique dont le but était d'influencer les adversaires, en leurs faisant croire que l'équipe puisait une force des esprits mystiques. C'est ainsi que l'on amenait les joueurs se baigner de nuit au bord du fleuve Wouri, tout en prenant soin de véhiculer un caractère mystique de cette pratique aux autres équipes. Ceci poussa plus tard les patriarches du canton "Akwa" à faire adopter le nom d'un saurien : le caïman ou "Ngando" en langue douala. D'où le surnom "Bana Ba Ngando", les enfants du caïman. Naissait alors le nom Caïman Akwa Club de Douala, avec pour base, le mythique Stade Akwa, rebaptisé Stade Mbappè Leppé.

Le club d’Akwa, n’est jamais parvenu à se départir du poids de la tradition ni du mythe qui va l'accompagner : « Caïman à 6 h ». Qui ne connait pas la légende ? Feu patriarche André Ngangue, par ailleurs journaliste à Radio Cameroun, aimait apporter un éclairage sur cette mythologie : "Le bastion de Caïman, c’est le Stade Mbappè Leppé. En face de celui-ci, se trouve la cathédrale catholique St Pierre et Paul. Cette église sonnait les cloches trois fois par jour : Le matin à 6 h, le midi à 12 h et le soir à 18 h, donc 6 h du soir ", rappelait à qui voulait l'entendre le journaliste. Pour expliquer, la relation entre la Cathédrale et Caïman Akwa Club, l'ancêtre disait : "Pendant un match, lorsque Caïman était mené au score, tout le monde tendait l’oreille vers l’église et avait les yeux rivés sur leurs montres. Dès que les six coups de cloches de 6 h du soir retentissaient à l’église qui jouxtait le stade, les supporters hurlaient dans les gradins. Galvanisés, les joueurs se surpassaient pour inverser la tendance. À l’approche de cette heure fatidique, les équipes adverses, comme tétanisées, voyaient les "Bana Ba Ngando" remonter le score et les battre à plate couture", jubilait André Ngangue. C’était la glorieuse époque de Caïman à 6 h. La belle époque en somme.

Et pourtant, sans vouloir fâcher la mémoire du patriarche, le palmarès du club n’était pas si fameux. Vainqueur du Championnat du Cameroun en 1962, 1968 et 1975, le club d’Akwa n’a plus rien remporté depuis cette date. Vainqueur de la Coupe du Cameroun en 1959, ils furent 3 fois finalistes malheureux en 1971, 1972, 1977.

Quatre décennies plus tard, après les années fastes de la légende du Caïman à 6 h, le mythique Caïman Akwa Club continue de susciter les passions.

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Saison MTN E1 MTN E2 Points Journée V N D B.P. B.C. Diff.
2011-2012 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2010-2011 13e ... 25 pts 26 6 7 13 24 35 -11
2009-2010 ... 2e 50 pts 26 14 9 3 28 9 +19
2008-2009 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2007-2008 13e 36 pts 30 9 9 12 30 29 +1
2007 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2006 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2005 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2004 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
2003 15e 28 pts 30 8 4 18 31 48 -17

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours africain[modifier | modifier le code]

Date Tour Adversaire Score aller Score retour Compétition
1978 Qualifications Drapeau : Guinée Horoya AC 1-4 3-3 Coupe de la CAF
Qualifications Drapeau : Gabon FC 105 Libreville 2-0 1-3
1976 1er tour Drapeau : Ouganda Express FC 0-1 1-0 (3-4 pen) Ligue des Champions
1969 Qualifications Drapeau : Zaïre FC Saint Éloi Lupopo 0-0 1-3 Ligue des Champions

[modifier | modifier le code]

ancien logo

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.