Breton (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breton.
Breton
Description de cette image, également commentée ci-après
Breton en 2015.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock expérimental, rock électronique, art rock
Années actives Depuis 2007
Labels Fat Cat Records, Believe Recordings, Cut Tooth, Strange Torpedo, Hemlock Recordings
Composition du groupe
Membres Roman Rappak
Adam Ainger
Ian Patterson
Daniel McIlvenny
Ryan McClarnon
Anciens membres Alex Wadey

Breton est un groupe de rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Son style musical est rageux, urbain et rock, et fait entrer en collision électro et art rock, beats et cordes, chant et slogans. Le groupe signe chez Fat Cat Records en 2011, et sort son premier album, Other People's Problems, en 2012. Breton est aussi un collectif multimédia, qui s’occupe aussi bien de films que de musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe n'a aucun lien avec la Bretagne ou la Grande-Bretagne, mais a été inspiré d’André Breton, surréaliste français du début du XXe siècle[1].

Roman Rappak et Adam Ainger commencent à jouer ensemble autour de 2007, mais l'ensemble du groupe ne se forme que plusieurs années plus tard, travaillant dans un studio au sud de Londres qu'ils appelent Labs Breton. Le groupe sort trois EP et fait des remixes pour des artistes comme Tricky, The Temper Trap et Local Natives.

Le groupe signe chez Fat Cat Records en 2011, et sort son premier album, Other People's Problems, au début de l'année suivante. Il est installé dans l'ancien immeuble d'une banque, dans le sud-est de Londres, à quelques minutes de Brixton[2], où il s'adonne aussi bien à la réalisation de films qu'à la musique[3],[4]. Il annonce en mai 2013 que, à la suite de la destruction du squat abritant le Lab, il se transfèrera à Berlin[5]. Le 3 février 2014, Breton sort son deuxième album War Room Stories[6]. Le single Envy est diffusé en télévision dans le générique de fin du Petit Journal sur Canal+.

Leur single Got Well Soon est inclus dans l'épisode 4de Life Is Strange, réalisé par Dontnod Entertainment en 2015 ; il sera popularisé grâce à cette apparition[7].

Influences[modifier | modifier le code]

Tout en leur reconnaissant une grande inventivité, la presse musicale cite à leur propos des réminiscences de These New Puritans, Foals[8], ou encore the Maccabees[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Counter Balance (EP ; Hemlock Recordings)
  • 2010 : Practical (EP ; Strange Torpedo)
  • 2011 : Sharing Notes (EP ; BretonLabs)
  • 2012 : Blanket Rule (EEP)
  • 2012 : Other People's Problems (Fat Cat)
  • 2014 : War Room Stories (Believe Recording)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Edward the Confessor (Fat Cat)
  • 2012 : 'Interference (Fat Cat)
  • 2012 : Jostle (Fat Cat)
  • 2013 : Envy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lévy-Frébault 2012
  2. a et b Snapes 2012
  3. Benetier 2012
  4. Burgel 2012
  5. Sound of Violence 2013
  6. Article dédié à l'écoute de l'album War Room Stories sur “War Room Stories”, le nouveau départ de Breton, Ondine Benetier et Maxime de Abreu, Les Inrockuptibles, 12 février 2014.
  7. (en) « rise in popularity noticeable in August 2015 », sur Google Trends.
  8. Brailey 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Burgel, « Breton : interview du phénomène anglais », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  • Thomas Burgel, « Trois bijoux de la couronne - Breton, le collectif frénétique », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  • (en) Louise Brailey, « Breton - 'Other People's Problems' - The future looks exciting if these guys are involved », NME,‎ (lire en ligne).
  • Tiphaine Lévy-Frébault, « Breton par Breton », Libération,‎ (lire en ligne).
  • (en) Laura Snapes, « Breton - Other People’s Problems », Pitchfork,‎ (lire en ligne).
  • Ondine Benetier, « Spécial Londres : Breton, le casse parfait », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  • Pierre Labrunie, « A la Gaîté Lyrique, Breton assure sans briller », Libération,‎ (lire en ligne).
  • « News : Breton au travail à Berlin », Sound of Violence,‎ (lire en ligne).