Breach 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Breach 2
Éditeur Impressions Games
Développeur Omnitrend Software
Concepteur Thomas Carbone

Date de sortie 1990
Genre Jeu de tactique au tour par tour
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme DOS, Atari ST, Amiga
Média Disquette
Langue Anglais
Contrôle Clavier, souris

Breach 2 est un jeu vidéo de tactique au tour par tour développé par Omnitrend Software et publié par Impressions Games en 1990 sur IBM PC, Amiga et Atari ST. Il fait suite à Breach (1987) et est suivi de Breach 3 (1995), tous deux également développé par Omnitrend Software. Le jeu se déroule dans un univers de science-fiction qui reprend en partie la trame de Universe (1983), des mêmes développeurs[1]. Le joueur y commande une escouade de soldat lors de missions qui les opposent à des extra-terrestres. Chaque mission débute dans le vaisseau du commando où le joueur peut notamment assigner de l’équipement à ses soldats. Une fois ses troupes débarquées, il commande ses soldats individuellement au tour par tour, chaque soldat disposant d’un certain nombre de point d’action qu’il peut dépenser pour se déplacer, tirer ou utiliser des objets[2] .

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Breach 2 est un jeu de tactique au tour par tour qui met le joueur aux commandes d’une escouade futuriste lors d’une variété de missions[3]. Il peut se jouer entièrement à la souris, ou avec le clavier. Le joueur doit d’abord configurer son chef d’escouade puis sélectionner une mission parmi la douzaine proposée dans le jeu. Ces missions impliquent généralement de remplir un objectif, comme par exemple secourir un officier, traverser un fleuve ou éliminer un assassin extraterrestre. Outre les missions prédéfinies, le jeu inclut un éditeur de scénario qui permet au joueur de créer ses propres missions puis de les essayer[4]. Chaque mission débute dans le vaisseau du joueur où il peut déplacer ses hommes individuellement et récupérer de l’équipement supplémentaire pour son leader. Le joueur peut ensuite ordonner à son escouade de sortir du vaisseau, si celui-ci a atterri, ou de se téléporter dans la zone d’intervention[3]. Le joueur contrôle ensuite ses soldats chacun à leur tour, en commençant par son leader. En dépensant des points d’actions, le joueur peut leur faire réaliser différentes actions comme se déplacer, ouvrir une porte, ramasser ou utiliser un objet ou se préparer à tirer. Lorsque tous les points d’action du personnage ont été utilisés, le joueur prend le contrôle d’un autre personnage[4].

De nombreux objets peuvent être trouvés lors des missions, incluant des grenades et des boucliers laser. Chacun d’eux offre des avantages lors des combats. Une grenade aveuglante peut par exemple faire perdre son tour à un ennemi, une grenade conventionnelle fait d’importants dégâts de zone et les équipements de détection permettent de repérer un ennemi caché. Ces objets doivent être utilisés à bon escient car ils ne sont disponibles qu’en quantité limitée. Comme les soldats du joueur, les ennemis peuvent utiliser des armes et des objets lors des combats[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Breach 2
Média Pays Notes
ACE RU 82.5 %[5]
Amiga Format RU 79 %[6]
Dragon Magazine US 4/5[7]
The Games Machine RU 86 %[8]
Your Amiga RU 95 %[4]
Zero RU 88 %[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neal Roger Tringham, Science Fiction Video Games, CRC Press, (ISBN 9781482203899), « Universe », p. 431-433.
  2. (en) Simon Corvinus, «  Deeper into the Breach », Strategy Plus, no 3,‎ , p. 10.
  3. a b et c (en) «  Breach 2  », Zero, no 10,‎ , p. 59.
  4. a b c et d (en) «  Breach 2  », Your Amiga,‎ , p. 38-39.
  5. (en) Laurence Scotford, «  Breach 2  », ACE, no 36,‎ , p. 52 (ISSN 0954-8076).
  6. (en) Trenton Webb, «  Breach 2 », Amiga Format, no 14,‎ , p. 56 (ISSN 0957-4867).
  7. (en) Hartley, Patricia et Kirk Lesser, « The Role of Computers », Dragon Magazine, no 158,‎ , p. 47-54 (ISSN 1062-2101).
  8. (en) « Breach 2  », The Games Machine, no 34,‎ , p. 80-81 (ISSN 0954-8092).