Big Dada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Big Dada Recordings)
Aller à : navigation, rechercher
Big Dada
Filiale Ninja Tune Records
Fondation 1997
Fondateur Will Ashon
Statut En activité
Genre Hip-hop, dub, grime, musique électronique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Siège Londres

Big Dada est un label indépendant britannique, spécialisé dans le hip-hop et la musique électronique, situé à Londres. Il est fondé par Will Ashon en 1997, dans le but de fournir une plate-forme au hip-hop anticonformiste et inclassable, peu suivi des médias généralistes ou du grand public. Big Dada est la subdivision du label Ninja Tune Records. Le label présentera des groupes et artistes tels que New Flesh (For Old), Lotek Hi-Fi, TTC ou Gamma, les poètes américains Mike Ladd ou Saul Williams, les monstres sacrés tels que MF Doom (et son King Geedorah), Abstract Rude et Busdriver (du collectif Project Blowed), les iconoclastes de cLOUDDEAD du collectif anticon., ou les innovations des très arty Infinite Livez vs. Stade.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première publication de Big Dada est le single Misanthropic d'Alpha Prhyme, une collaboration entre Luke Vibert et Juice Aleem en 1997[1]. Les années suivantes, le label compte 150 publications[2] et est particulièrement acclamé par la presse spécialisée, décrit par l'Observer Music Monthly comme « l'ultime label de hip-hop underground[3]. »

En 2007, Big Dada publie la compilation Well Deep pour célébrer son dixième anniversaire. Le New Musical Express explique que le label « n'est pas seulement une plateforme pour l'urban underground britannique [...] Big Dada a toujours une longueur d'avance[4]. » Comme le suggère cette critique, Big Dada n'est pas exclusivement destiné aux artistes britanniques. Il collabore également avec des artistes américains comme Bigg Jus, Busdriver, Mike Ladd et le groupe français TTC. Le label s'est également occupé de publier les premiers albums de Diplo et Spank Rock, ainsi que l'album comeback de la légende de grime Wiley[5].

Le 8 septembre 2009, le membre de Big Dada Speech Debelle remporte le Barclaycard Mercury Prize pour son premier album Speech Therapy produite par Wayne Lotek. Il s'agit de la troisième nomination du label, après Run Come Same Me de Roots Manuva en 2002, et Upwards du rappeur Ty en 2003[6]. Moins de deux mois plus tard, Speech Debelle annonce son départ du label, à cause des faibles ventes de Speech Therapy[7]. Roots Manuva, signe un nouveau contrat avec le label en 2011.

Membres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Swash, Rosie (8 juin 2009). Label of love: Big Dada - Music - The Guardian. The Guardian, (consulté le 12 mars 2012).
  2. (en) « Big Dada », Big Dada (consulté le 19 août 2014).
  3. (en) Mulholland, Garry (13 février 2004). 'Dead Dogs Two' by cLOUDDEAD - OMM - The Observer. The Observer, (consulté le 19 mars 2013).
  4. (en) « NME Reviews - Various Artists: 'Well Deep: Ten Years Of Big Dada Recordings' », NME,‎ (consulté le 19 août 2014).
  5. (en) Chick, Stevie (26 octobre 2007). Stevie Chick on Big Dada Records - Music - The Guardian. The Guardian, (consulté le 19 mars 2013).
  6. (en) « starinterviews » (version du 5 mars 2010 sur l'Internet Archive).
  7. (en) Rodrigo Davies, « Mercury winner Debelle quits label over poor sales », BBC News,‎ (consulté le 19 août 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]