Bidet (meuble)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bidet (cheval).
Un bidet.

Un bidet est un meuble d'eau destiné au lavage, dit intime, des parties génitales, de l'anus et des pieds

Historique[modifier | modifier le code]

Un bidet du XVIIIe siècle en Afrique du Sud, en porcelaine de Chine.
La Toilette intime ou la Rose effeuillée de Louis Léopold Boilly

Bidet découle étymologiquement de l'ancien français, dans lequel il désignait un petit cheval de poste, trapu et ramassé ; le verbe « bider » signifiant « trotter ». L'idée repose sur une analogie : on « monte » un bidet, appareil sanitaire dont la cuvette sert aux ablutions intimes, de la même façon que l'on « monte » un poney.

Apparu en France vers 1710, il en est question dans Dépenses de Madame de Pompadour (1751). Son bidet était en bois de hêtre entièrement sculpté sur toutes ses faces.

Diverses théories existent quant à l'inventeur du bidet. Les noms de Marc Jacoud mais aussi celui de Christophe des Rosiers sont parfois mentionnés. Monté originellement sur pied, il trouve très vite la forme en la demi-poire et se place dans des caisses à côté ouvert ou fermé (couvercle amovible à crochet ou charnière). Pour le confort, le fond pouvait être doublé de plaques d'étain ou le rebord supérieur garni d'un bourrelet de cuir. Certains étaient munis d'une petite serrure afin de conserver son usage de manière privative[1].

L'invention de la plomberie vers 1900 le chasse progressivement de la chambre pour le reléguer (avec le pot de chambre) dans la salle de bain.

Usage[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Bidet

Le bidet sert principalement à l'hygiène des parties génitales et de l'anus. Le bidet n'est généralement pas utilisé pour le nettoyage de l'anus après la défécation (ce qui est fait par le papier toilette), mais pour un lavage supplémentaire optionnel, ou pour une hygiène corporelle journalière. Le bidet est à l'origine essentiellement destiné à la toilette intime.

Il peut aussi servir à laver d'autres parties du corps humain, tels que les pieds et les cheveux ou pourquoi pas son chien ou tout autre animal de compagnie.
L'emploi d'un bidet peut être très diversifié, comme en Inde où il peut aussi servir à rincer le riz.

Le bidet est bien plus propre que des toilettes et plus économique en eau qu'une baignoire.

Il vaut mieux utiliser les toilettes avant d'utiliser le bidet, car sa raison d'être est de se laver. Le bidet s'utilise en s'asseyant dessus, dos au robinet ou lui faisant face.

Les plus anciens modèles de bidets étaient des meubles amovibles. Le plus souvent, le bidet était constitué d'une cuvette de porcelaine à l'intérieur d'un meuble en bois munis de quatre pieds, et couvert d'un couvercle de bois.

De nos jours, les modèles sont en porcelaine ou en émail et sont équipés d'un robinet mélangeur pour les remplir d'eau, et d'un drain pour les vider. Le robinet peut être orienté de manière à projeter un jet d'eau qui puisse atteindre directement les parties génitales.

Popularité[modifier | modifier le code]

Les bidets sont des équipements usuels pour les salles de bains de certains pays d'Europe (Grèce, Espagne, mais surtout Italie et Portugal), d'Amérique latine (au Brésil et surtout en Argentine, où ils équipent environ 90 % des foyers), du Moyen-Orient et d'Asie (particulièrement au Japon sous le nom de Washlet).

Ils peuvent être installés chez les particuliers comme dans les hôtels. Ils sont si communs au Japon qu'ils sont souvent présents dans les toilettes publiques.

Mais il disparaît presque complètement des installations dans les années 1970, par souci d'économie, et de place dans les salles de bain. Si, en France, ils ne sont que rarement installés dans les logements récents (de 95 % de salles de bains équipées, ce pourcentage est tombé en 1993 à 42 %)[2],[3],[4], de même qu'énormément de personnes suppriment les bidets existants. Par contre, en Italie, en Espagne et au Portugal, son installation est systématique dans toutes les salles de bains pour l'hygiène des parties intimes.

En 1980 au Japon, les premières toilettes sans papier ont été lancées, une combinaison de toilettes et de bidet qui sèche l'utilisateur après l'avoir lavé. Ces toilettes à bidet équipent 60 % des foyers et il n'est pas rare d'en trouver dans les hôtels.

Les résidents des pays où l'usage domestique du bidet est rare (États-Unis et Royaume-Uni par exemple) peuvent n'avoir aucune idée de la manière de s'en servir s'ils en rencontrent à l'étranger. Les Américains auraient rencontré les bidets pour la première fois dans les bordels français pendant la Seconde Guerre mondiale et auraient pensé qu'ils servaient aux prostituées pour se laver l'intérieur du vagin après un acte sexuel. Les préjugés sont donc répandus parmi les personnes n'ayant jamais utilisé de bidets, qui peuvent penser qu'il est un objet étrange et même sale : son usage fait partie des tabous liés à l'hygiène corporelle individuelle.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La chanson de Vincent Lagaf' Bo le lavabo sortie en 1989 fait référence sur un ton humoristique à la laideur du bidet comparé au lavabo.

Expression injurieuse : « raclure de bidet »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le bidet de la Pompadour. Chronique du 2 septembre 2010, sur Canal Académie.
  2. « God save le bidet. La France le boude. Il est du dernier cri outre-Manche. » (consulté le 16 août 1995). Libération.
  3. « L'historique du papier toilette et du bidet », sur cany1.fr (consulté le 22 janvier 2012).
  4. « Le confident des dames. Le bidet du XVIIIe au XXe siècle : histoire d’une intimité (paragraphe : « Entre déclin et musée ? ») », sur Les Clionautes — La Cliothèque (consulté le 28 juillet 2009).
  5. «...Il estimait n'avoir rien à se reprocher. Il n'était en tout cas pas à mettre dans le même panier que ces "lopes", ces "raclures de bidet"...» Jean-Claude Fontanet, La mascogne ou Le péché mignon du collégien (Neuchâtel, 1962).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger-Henri Guerrand, Le Confident des dames. Le bidet du XVIIIe au XXe siècle : histoire d'une intimité, en collaboration avec Fanny Beaupré, La Découverte, 1997
  • Katherine Ashenburg, The Dirt on Clean: An Unsanitized History, North Point Press, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]