Bicaméralité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bicaméralité est une hypothèse controversée développée par le psychologue américain Julian Jaynes dans son ouvrage La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit [bicaméral] (1994, édition originale 1976). Elle stipule que l'esprit humain, avant d'être conscient, était divisé en deux parties, l'une qui « parlait » et l'autre qui écoutait et obéissait. Jaynes suggère que l'esprit bicaméral était encore le fonctionnement de l'esprit humain répandu un millénaire avant J.-C.

La conscience est-elle indispensable ?[modifier | modifier le code]

Pour montrer qu'il est possible d'imaginer un être humain sans conscience, Jaynes rappelle le « peu de conscience que nous avons de notre action quotidienne ». Il explique que la conscience n'est pas nécessaire aux concepts, à l'apprentissage, à la pensée ou encore à la raison. Il en conclut que « la conscience ne modifie pas tant que cela beaucoup de nos activités » et qu'« il est parfaitement possible qu'il y ait eu une race d'hommes qui parlaient, jugeaient, raisonnaient, résolvaient des problèmes, faisaient, en un mot, la plupart des choses que nous faisons, mais qui n'étaient pas conscients du tout »[1].

L'esprit bicaméral[modifier | modifier le code]

Se référant à L'Iliade, dont il situe l'écriture vers 900 ou 850 avant J.-C., soit quatre siècles après les événements relatés, Jaynes note que le texte ne comporte « en général, [...] pas de mots se rapportant à la conscience ou à des actes mentaux »[2]. Il remarque que dans toutes les situations critiques, les personnages sont influencés par l'intervention des dieux, qui s'adressent à eux et leur parlent. Interprétant ces faits littéralement, il suppose que des voix étaient réellement entendues par les humains, qui les considéraient comme des voix divines.

« L'homme de l'Iliade n'avait pas la subjectivité que nous avons. Il n'avait pas conscience de sa conscience du monde, pas d'espace mental intérieur pour pratiquer l'introspection[3]. »

Julian Jaynes décrit le fonctionnement de l'esprit bicaméral ainsi :

« La volition, l'élaboration, l'initiative s'organisent sans aucune aide de la conscience et sont ensuite « transmises » à la personne dans la langue qu'elle connaît, parfois accompagnées de l'apparition d'un ami intime, d'une figure d'autorité, d'un dieu ou parfois sous la forme de la seule voix. La personne obéissait à ses voix, entendues dans les hallucinations, parce qu'elle ne « voyait » pas ce qu'elle devait faire toute seule[3]. »

Jaynes attribue l'esprit des dieux à l'hémisphère non dominant du cerveau (l'hémisphère droit pour la plupart des gens), et l'esprit des hommes à l'hémisphère dominant.

La schizophrénie[modifier | modifier le code]

Le psychologue trouve des résurgences de cette organisation chez certains schizophrènes qui entendent des voix s'adresser à eux. Il tente ensuite de justifier sa théorie en explorant les connaissances en psychologie, neurosciences acquises grâce à l'étude de cas de lésions au cerveau, et se réfèrent à de nombreuses publications.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julian Jaynes, La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit, PUF, Paris, 1994, ISBN 2130450954, p. 62.
  2. Ibid., p. 87.
  3. a et b Ibid., p. 94.