Batterie d'Azeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Batterie d'Azeville
Image dans Infobox.
Vue de deux casemates
Informations générales
Type
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Manche
voir sur la carte de la Manche
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La batterie d’Azeville est un ancien site défensif allemand de la Seconde Guerre mondiale, aujourd'hui en ruine, dont les vestiges se dressent sur la commune française d'Azeville dans le département de la Manche, en région Normandie.

Localisation[modifier | modifier le code]

La batterie d’Azeville est située au nord de Sainte-Mère-Église sur la commune d'Azeville, à 10 kilomètres d'Utah Beach, dans le département français de la Manche. La batterie côtière allemande et l’une des premières constructions du mur de l’Atlantique en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La batterie allemande d'Azeville est édifiée à partir de 1942. Son implantation marque le début de la présence des Allemands sur le littoral manchois. Elle est construite très près du village d'Azeville et utilise un camouflage de pierres peintes pour se confondre avec des maisons en ruines. Elle comprend quatre casemates de type H650 abritant chacune un canon français Schneider de 105 mm datant de la Première Guerre mondiale. Ces canons étaient puissants mais de portée moindre que ceux de la batterie voisine de Crisbecq.

Plus de 700 mètres de galeries bétonnées dont la moitié en souterrain relient les casemates à différents abris, soutes, poste de défense de la batterie et bloc de production électrique. Situé assez à l'intérieur des terres et n'ayant pas une vue directe sur la mer, le poste de direction de tir se trouve à proximité de la batterie de Crisbecq.

Une garnison de 170 hommes sert et défend cette batterie commandée par le commandant Treiber et le Leutnant Kattnig. Les hommes sont logés chez l'habitant, dans les maisons et les fermes du village.

Azeville, Crisbecq (Saint-Marcouf) et Varreville constituent les batteries allemandes chargées de défendre tout le secteur.

Dès la nuit du au , la batterie d’Azeville est prise à partie par un groupe de parachutistes des troupes alliées tombés là par erreur. Puis, très tôt le matin, elle entre en action contre le débarquement américain d'Utah Beach. Elle retarde alors considérablement les forces alliées qui finissent par la contourner.

Finalement, la position tombe le après d'intenses combats et de nombreux rebondissements : tirs sur la batterie voisine de Crisbecq afin d'en dégager les soldats américains prêts à en prendre le contrôle, trois assauts et de nombreuses escarmouches, bombardement par le cuirassé USS Nevada dont un des obus de 356 mm traverse une casemate de part en part sans exploser, mais tuant une quinzaine de soldats allemands et laissant pour toujours les empreintes de sa trajectoire.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Propriété du conseil départemental de la Manche, qui en assure la conservation, la gestion et l’animation dans le cadre du réseau départemental des sites et musées de la Manche, la batterie d’Azeville est ouverte au public depuis 1994.

Cette forteresse est aujourd’hui un site qui permet de pénétrer dans 350 mètres de souterrains à la découverte de l’architecture des blockhaus. Un film exclusif retrace la construction du mur de l'Atlantique et présente les relations entre les troupes d'occupation allemandes et les habitants, à travers des témoignages d’Azevillais.

Casemate peinte
Vue arrière de la casemate peinte.

La visite guidée tente de donner une vision concrète de ce que pouvait être la vie quotidienne de 170 hommes dans cet environnement de béton armé[1] :

  • l’emplacement de la baraque où les soldats pouvaient s’amuser le soir et boire un verre autour de deux pianos ;
  • les 350 mètres de souterrains qui reliaient les différentes casemates ;
  • les soutes à munitions protégées par deux mètres de béton et des mesures de sécurité très strictes ;
  • les réserves d’eau potable ;
  • les abris pouvant accueillir 10 à 12 lits repliables, un périscope et des téléphones. La ventilation et les douches toutes proches devaient limiter les effets d’une attaque au gaz ;
  • la première plate-forme de tir antiaérien, déplacée au début de 1944 sur l’une des casemates achevée quelques mois avant le débarquement ;
  • la casemate no 1, avec son poste de commandement, son compartiment à munitions et une pièce où nourriture et autres nécessaires de survie permettaient de résister à un siège.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Direction des sites et musées – Conseil général de la Manche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Helmut Konrad Von Keusgen, Les canons de Saint-Marcouf : les batteries d'Azeville et Crisbecq face à Utah beach, Bayeux (Calvados), Heimdal, (ISBN 978-2-840-48208-6, OCLC 946919581)
  • (en) Valentin Schneider et Alain Talon (trad. du français), Une garnison en Normandie : La batterie allemande d'Azeville (1942-1944), Saint-Lô/Bayeux, OREP, , 80 p. (ISBN 978-2-8151-0204-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]