Bateau de Hjortspring

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravure rupestre représentant des navires du type de celui d'Hjortspring

Le bateau de Hjortspring est le plus ancien vestige archéologique concernant la construction navale en Scandinavie [1]. L'embarcation présente une longueur hors-tout de vingt et un mètres, pour une longueur intérieure utile de treize mètres sur deux mètres de large et un poids à vide d'environ 500 kg. Équipé de dix bancs de nage et propulsé à l'aide de pagaies, il pouvait emmener un équipage d'une vingtaine d'hommes (vingt deux à vingt trois) pour un poids avec équipement d'environ 2 500 kg. L'époque de sa construction est estimée à l'an 350 av. J.-C. environ ; le bateau fut peut-être construit sur les rives de la Baltique, et bien que le lieu exact de sa construction ne soit pas connue, elle est probablement différente du lieu de découverte. Le bateau fait partie d'une offrande placée dans ce qui est aujourd'hui une tourbière, mais qui dans l'Antiquité était un lac.

Découverte[modifier | modifier le code]

La première découverte par hasard, datant des années 1880[2], d'un morceau de bois semblant être d'un navire, et d'une pointe de lance lors d'extraction de tourbes à la tourbière d'Hjortspring dans l'île d'Als, est connue durant la Première Guerre mondiale par le responsable du musée local de Sønderborg, Jens Rabenle. En 1920 après la fin de la guerre, et le rattachement du Sønderjylland au Danemark, il écrit alors au Musée national du Danemark pour faire part de sa découverte. Des fouilles sont entreprises en 1921 par l'archéologue Gustav Rosenberg, cette excavation difficile est terminée en 1922. Grâce à sa compétence, et malgré le mauvais état du bateau à la suite de l'exploitation de tourbe, son travail permit à Fr. Johannsen de réaliser une reconstitution fidèle. La barque est de nouveau visible au Musée national du Danemark à Copenhague depuis 1986, après un retrait dans les années 1960 pour une re-conservation.

Techniques de construction[modifier | modifier le code]

Coupe détaillée de la coque

Le bateau est constitué de l'assemblage de cinq planches[3], une planche centrale plus étroite et courbée faisant office du fond et deux planches de chaque côté faisant office de bordés. Les planches sont assemblées entre elles à l'aide de cordages passant dans des trous prévus à cet effet, et elles se recouvrent légèrement, de sorte qu'on peut considérer cet agencement comme le premier exemple de bordage à clin[4]. L'intérieur est rigidifié par des planches fixées au bordé par des cordes passant dans des ridoirs intégrés à la planche, la planche étant creusée autour d'eux, ce qui demande énormément de travail. Aux extrémités se trouvent des pièces de bois prolongées par deux branches courbées, cette structure bifide devait vraisemblablement servir de taille-mer en protégeant la coque des vagues trop fortes mais aussi de stabilisateur.

Vue de profil, on voit bien les extrémités bifides

La construction est caractérisée par une très grande légèreté, en effet les planches de bordé ne font pas plus de trois centimètres d'épaisseur et les couples ne sont guère que des branches de noisetier, mais aussi par une grande souplesse, les couples n'étant pas fixés de manière trop rigide. Ces spécificités permettent d'avoir un bateau souple, qui tend à épouser la vague plutôt qu'à la combattre et donc à offrir une plus grande robustesse. Ces caractéristiques se retrouveront dans les bateaux vikings des siècles plus tard. D'autre part, l'absence de quille et l'étroitesse de la coque rendent ce bateau rouleur et le destinent donc plutôt au cabotage.

La propulsion se fait à l'aide de pagaies, tandis que la direction est assurée par une rame, faisant office de gouvernail, installée à chaque extrémité. Cette barque, tout comme les futurs bateaux vikings, est symétrique et amphidrome et peut inverser sa proue sans virer, ce qui est un avantage décisif lors de combats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les seules traces de bateaux antérieurs sont en effet des pirogues monoxyles, le bateau de Hjortspring étant quant à lui un assemblage de plusieurs planches.
  2. The history of the Hjortspring Boat http://www.hjortspring.dk/wold/history.htm.
  3. Early Scandinavian Boats & Hjortspring http://nautarch.tamu.edu/class/316/hjortspring/
  4. The Hjortspring Boat (anglais) http://www2.rgzm.de/navis/home/..%5Cships%5Cship006%5CShip006Engl.htm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]