Bataille de Glen Shiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Glen Shiel
Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de Glenshiel (Peter Tillemans).
Informations générales
Date
Lieu Glen Shiel (en), Écosse
Issue Victoire britannique
Belligérants
Jacobites
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Commandants
George Murray
Guillaume de MacKenzie
George Monro
colonel Clayton
Joseph Wingtman
Forces en présence
1 000 hommes850 fantassins
120 dragons
4 mortiers coehorn[1]
Pertes
100 morts et de nombreux blessés
274 soldats espagnols capturés
21 morts
100 blessés

Guerre de la Quadruple-Alliance
Rébellion jacobite

Batailles

Coordonnées 57° 09′ 59″ nord, 5° 19′ 02″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Écosse
(Voir situation sur carte : Écosse)
Bataille de Glen Shiel

La bataille de Glen Shiel est une victoire de l'armée britannique sur les jacobites écossais et l'armée espagnole pendant le soulèvement jacobite de 1715, qui constitue un conflit annexe de la guerre de la Quadruple-Alliance.

Contexte[modifier | modifier le code]

La France ayant signé la paix avec les Anglais, les jacobites trouvent un nouvel allié avec le cardinal Giulio Alberoni, ministre du roi d'Espagne. Le cardinal Dubois avait en effet orienté la politique extérieure de la Régence de Philippe d'Orléans vers une entente pacifique avec la Grande-Bretagne.

Une armée d'invasion embarque en 1719 à bord de deux frégates pour débarquer en Écosse et 27 navires transportent 5 000 soldats en vers l'Angleterre, mais ils sont dispersés par des tempêtes avant d'avoir pu débarquer. Les deux frégates espagnoles aménent une force jacobite commandée par Lord Tullibardine et le comte de Marischal avec 300 soldats espagnols à Loch Duich; elle s'empare du château d'Eilean Donan, mais elle rencontre un tiède soutien parmi de petits clans des Highlands. Les soldats espagnols sont contraints de se rendre aux forces gouvernementales.

Le prétendant Stuart Jacques-Edouard, conseillé par le duc d'Ormond abandonna la partie et repartit sur le continent. Il y vécut à Rome jusqu'à son décès et ne tenta plus d'expédition en vue de sa restauration.Jacques-Edouard ne parvient pas à obtenir les soutiens des puissances continentales à la hauteur des enjeux. Il nomma par la suite son fils aîné, Charles-Edouard, régent d'Écosse. Celui-ci organisera la dernière "rébellion "jacobite en 1745 qui se terminera par la défaite de Culloden, malgré une assistance militaire de la France.

La bataille[modifier | modifier le code]

L'armée jacobite venant d'Eilean Donan Castle se regroupe avec quelques renforts à Glen Shiel. L'armée anglaise composée d’Écossais et de Britanniques est commandé par le général Wightman et arrive d'Inversness. Les premiers combats eurent lieu contre l'aile droite: les forces de Geoge Murray qui se sont avancées au sud de la rivière durent se retirer. Puis l'attaque sur l'aile gauche où Seaforth fut blessé dut aussi battre en retraite. Le centre tenu par les Espagnols céda sous la pression; le brouillard permit aux armées jacobites de disparaître; la révolte n'allait plus avoir de suite.Georges Monro commandait les troupes de son clan restées fidèles au pouvoir hanovrien.

Actuellement[modifier | modifier le code]

La montagne où s'est déroulé le combat s'appelle Sgurr na Ciste Duibhe, le pic où se battirent les Espagnols : Sgurr nan Spainteach (le pic des espagnols).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chris Brown, Scottish battlefields, page 136

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Guide vert, Écosse, Michelin, (lire en ligne), p. 448.
  • (en) Chris Brown, Scottish battlefields : 500 battlefields that shaped Scottish history, Stroud, Tempus, , 308 p. (ISBN 978-0-752-43685-2).
  • Gérard Valin, Les Jacobites, la papauté et la Provence

Liens externes[modifier | modifier le code]