Bas-Vully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vully.
Bas-Vully
Blason de Bas-Vully
Héraldique
Le village de Praz
Le village de Praz
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Lac[1]
NPA 1786 (Nant et Sugiez), 1788 (Praz)
N° OFS 2280
Démographie
Gentilé (Bas-)Vuillerains
Population 2 023 hab. (31 décembre 2012)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 43″ N 7° 06′ 45″ E / 46.961942, 7.112507 ()46° 57′ 43″ Nord 7° 06′ 45″ Est / 46.961942, 7.112507 ()  
Altitude Min. 429 m – Max. 653 m
Superficie 995 ha = 9,95 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Bas-Vully

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bas-Vully

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bas-Vully
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Le Bas-Vully est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district du Lac. La commune s'appelait officiellement Vully-le-Bas jusqu'en 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune francophone du Bas-Vully se situe à 3,5 km au nord de Morat et est composée des trois villages de Sugiez (433 m), sur le canal de la Broye, Nant (433 m) et Praz (434 m), qui par leur proximité ne forment de nos jours plus qu'une seule localité. Cette localité s'étend sur la rive nord du lac de Morat, au pied du mont Vully. La commune possède une rive sur le lac de Morat de près de 2 km, de Môtier jusqu'au canal de la Broye. Le territoire de la commune s'étend à l'ouest sur le Vully, jusqu'à atteindre le sommet à 653 m d'altitude, puis redescend sur l'autre versant jusqu'au canal de Broye. La commune s'étend dans le Grand-Marais dans le Seeland. Les communes voisines du Bas-Vully sont le Haut-Vully (ouest), Ins (nord), Müntschemier (nord-est), Morat (sud) et Galmiz (sud-est).

Selon l'Office fédéral de la statistique, le Bas-Vully mesure 995 ha[3]. 13,8 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 70,2 % à des surfaces agricoles, 12,6 % à des surfaces boisées et 3,5 % à des surfaces improductives[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, le Bas-Vully possède 2 023 habitants en 2012[2]. Sa densité de population atteint 203,3 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population du Bas-Vully entre 1850 et 2008[4] :

Économie[modifier | modifier le code]

Des 981 ha de la superficie totale de la commune, 50 sont plantés en vigne. La récolte de ce vignoble est vinifiée par sept encaveurs. Le cépage dominant est le chasselas avec 80 % de la surface plantée, le cépage rouge est présent avec 15 % de pinot noir et le solde de 5 % représente plusieurs spécialités. L'agriculture représente une vingtaine d'exploitation dont seulement cinq ont encore du bétail. La grande culture avec céréales, betteraves, pommes de terre, colza et maïs est leur principale occupation, tandis que la culture maraîchère est en régression. Les différents commerces, grands et petits occupent une petite partie de la population et la majorité des résidents de la commune sont des travailleurs pendulaires à Morat, Berne, Neuchâtel ou Fribourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune du Bas-Vully s'est constituée le 25 janvier 1850 par la fusion des trois communes de la riviera, soit Sugiez, Nant et Praz-Chaumont. Le village de Chaumont se trouvait sur le versant nord du Mont-Vully et a disparu à la fin du siècle passé à la suite d'un incendie ; ses quelques habitants se sont répartis entre Joressens et Sugiez. L'existence de ces trois communes se retrouve dans les armoiries communales actuelles : les peupliers appartiennent à Sugiez, les ceps de vigne à Nant et la faucille à Praz-Chaumont.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 15 décembre 2008)
  2. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2012 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 16 décembre 2013).
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. [xls] « Evolution de la population des communes 1850-2000: Canton de Fribourg », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20 décembre 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :