Baileux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Baileux
Baileux
Le village au printemps
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Chimay
Code postal 6464
Zone téléphonique 060
Démographie
Gentilé Baileusien(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 01′ nord, 4° 22′ est
Superficie 2 417 ha = 24,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Baileux

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Baileux

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Baileux

Baileux (en wallon Baileu) est une section de la ville belge de Chimay située en Région wallonne dans la province de Hainaut. Le village se trouve à cinq kilomètres à l'est de Chimay, sur la route qui relie la cité princière à Couvin. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Histoire[modifier | modifier le code]

Baileux aurait été donné par le comte de Hainaut vers 1180 à Gilles, seigneur de Chimay, son vassal. Le village comprenait trois seigneuries dans l’Ancien Régime : celle du prince de Chimay, qui faisait partie des neuf villes; le hameau de Boutonville, propriété en 1580 de Jean du Joncquoy, conseiller du duc d’Aerschot, puis de la famille Jacquier, maîtres de forges, et enfin, la seigneurie qui dépendait du chapitre Sainte-Monégonde de Chimay.

Quatre forges anciennes, établies sur l’Eau Noire, ont longtemps prospéré jusqu’au déclin de la sidérurgie vers 1750 : les forges Jean-Petit, du Pré Brûlart, du Pont Saint-Nicolas et de Nimelette (celle-ci à l’Escaillière)[1].

En 1406, le village comptait 76 feux soit 342 habitants, chiffre exceptionnel à cette époque pour un village; dix-huit ans plus tard, il ne restait que 16 feux et 72 habitants suite à une épidémie de peste. Par la suite, les attaques incessantes des Liégeois et des Français réduisirent encore la population : 8 feux ou 36 habitants en 1531… Dix ans plus tard, la population état remontée à 121 habitants. (A titre de comparaison, la commune comptait 388 habitants en 1946)[2]

La population vivait en outre de la forêt et de l’agriculture. En 1943, 82 % des terres agricoles étaient consacrées à l’élevage.

Depuis le milieu des années 1960 existe un parc industriel de 30 ha, qui a vu sa superficie doublée en 2016.

Une scène inhabituelle — En 1574 se déroule dans l’église une cérémonie rare et inhabituelle : un habitant, qui a tué le marguillier dans une rixe, doit faire amende honorable devant les habitants assemblés dans l’église. Pieds nus, en marones blanches c-à-d en caleçons longs, notre homme doit baiser une épée nue tenue par le père de la victime, qui pour sa part accorde son pardon, après avoir été dédommagé.

Cet épisode nous rappelle deux éléments de la grande histoire : les bourgeois de Calais défilant en chemise, la corde au cou, devant le roi d‘Angleterre qui vient de conquérir la ville en 1347, ou encore les Gantois révoltés contre Charles-Quint en 1539, parcourant la ville en habits de pénitent et dans les mêmes conditions. (Source : cahier n° 390 du Musée de Cerfontaine)

Pierre Moreau a fait une étude approfondie des rues du village et de ses habitants (généalogie, etc) dans la revue En Fagne et Thiérache à partir de 1970.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin.
  • Une chapelle romane à Boutonville, hameau situé à l'est de Baileux.
  • Une pompe à eau communale, monument du XVIIIe siècle.
  • La « Pierre qui tourne » est une pierre dressée qui, selon la légende, tourne sur elle-même lors du réveillon de Noël. Située à Boutonville, elle marque la frontière entre le Hainaut et le Namurois.
  • Le zoning industriel de Baileux, sur la route de Chimay à Couvin, est le plus important de la région appelée « Botte du Hainaut ». C'est à cet endroit que sont mises en bouteilles les bières de Chimay, également appelées Trappistes de Chimay, après leur brassage en l'Abbaye de Scourmont, proche de quelques kilomètres.

Quelques-uns de ces édifices sont repris dans la liste du patrimoine immobilier classé.

L’église Saint-Martin

Vie associative[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu durant le quatrième week-end de juillet (du vendredi au lundi) avec comme activités : soirées, repas, tournoi de mini foot et jeu de boule en bois. Elle est organisée par la jeunesse de Baileux.

Lors du dernier w-e d'octobre, y a lieu une des plus grosses soirées de la région: Halloween party.

Elle regroupe plus de 3000 personnes. Elle est organisée par la jeunesse de Baileux depuis 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le Pays de Chimay (3) (pour chaque commune de l'entité), La situation en 1830 (Philippe Vander Maelen; survol historique) — Commerce et industrie en 1865 (TARLIER; liste des artisans et commerçants) — Listes des prisonniers de guerre (1940) (envoyées au roi Léopold III pour demander leur rapatriement), Cahier du Musée de Cerfontine n° 385, 25 pages A4, 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Dumont, Communes de Belgique, Crédit Communal de Belgique, 1980.
  2. Maurice Arnould, Les dénombrements de foyers dans le comté de Hainaut du 14e au 16e siècle,, Commission Royale d'Histoire, 1956.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :