Babouk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Heteropoda venatoria

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Babouk (homonymie) et araignée-banane.

La babouk (Heteropoda venatoria), parfois surnommée « araignée-banane », est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Sparassidae.

Description[modifier | modifier le code]

Le corps mesure de 22 à 28 mm et avec des pattes étendues de 7 à 12 cm. Les femelles ont un corps plus gros que les mâles, notamment au niveau de l'opisthosome[1]. Le corps mesure jusqu'à 30 mm chez la femelle et 22 mm chez le mâle[2].

Comportement[modifier | modifier le code]

Femelle portant son sac d'œufs.

La babouk est une espèce chasseuse qui ne construit pas de toile. La femelle porte son sac à œufs sous son abdomen. C'est une espèce commensale que l'on rencontre quasi-exclusivement dans les habitations.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce est cosmopolite avec une répartition pantropicale. Elle se rencontre aux États-Unis, en Floride, au Texas, en Californie et à Hawaii, en Amérique du Sud, au Japon, en Chine, à Taïwan et à Singapour, dans les îles de l'océan Indien. Elle est connue dans les départements français de La Réunion, de Guadeloupe, de Mayotte, de Guyane et de Martinique, ainsi qu'en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie.

Elle est parfois transportée avec des marchandises dans d'autres pays. Un cas de morsure est par exemple signalé au Royaume-Uni[2]. Une babouk est également trouvée dans un régime de bananes à Sallanches en janvier 2015, d'abord signalée comme appartenant à l'espèce Phoneutria nigriventer et comme « l'araignée la plus venimeuse du monde » par Le Dauphiné Libéré[3] puis identifiée correctement par Christine Rollard[4].

La babouk vit dans les bâtiments, dans les plantations de bananes, les forêts secondaires et parmi les cailloux[2].

L'animal et l'homme[modifier | modifier le code]

Cette araignée est souvent rencontrée en raison de sa grande taille, de son mode de vie à l'intérieur des bâtiments et de sa large répartition. Si sa grande taille peut effrayer, les locaux d'Asie et des Caraïbes l'apprécient, du fait qu'elle élimine les nuisibles comme les blattes. Cette araignée n'est pas considérée comme dangereuse, même si sa morsure peut être douloureuse[2].

Son nom en créole réunionnais est babouk, d'où le français régional de la Réunion babouc ou babouque. Elle est aussi désignée, comme d'autres espèces, sous le nom ambigu d'« araignée-banane » ou « araignées des bananes », comme aux Antilles ou au Québec[5].

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Aranea venatoria Linnaeus, 1767
  • Aranea regia Fabricius, 1793
  • Aranea pallens Fabricius, 1798
  • Thomisus leucosius Walckenaer, 1805
  • Micrommata setulosa Perty, 1833
  • Olios antillianus Walckenaer, 1837
  • Olios freycineti Walckenaer, 1837
  • Olios colombianus Walckenaer, 1837
  • Ocypete murina C. L. Koch, 1845
  • Ocypete draco C. L. Koch, 1845
  • Olios albifrons Lucas, 1852
  • Olios javensis Doleschall, 1857
  • Olios gabonensis Lucas, 1858
  • Olios zonatus Doleschall, 1859
  • Sparassus ammanita Dufour, 1863
  • Ocypete bruneiceps Giebel, 1863
  • Helicopis maderiana Thorell, 1875
  • Sarotes invictus L. Koch, 1878
  • Sarotes peditatus Karsch, 1881
  • Heteropoda ferina Simon, 1887
  • Heteropoda ocellata Pocock, 1903
  • Heteropoda venatoria pluridentata Hogg, 1914
  • Palystes ledleyi Hogg, 1922
  • Heteropoda shimen Yin, Peng, Yan & Bao, 2000

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Linnaeus, 1767 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus differentiis, synonymis, locis. Editio duodecima, reformata. Holmiae.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) G. B. Edwards, Jr., EENY-160 - Huntsman Spider, Heteropoda venatoria (Linnaeus) (Arachnida: Araneae: Sparassidae), Entomology and Nematology Department, Florida Cooperative Extension Service, Institute of Food and Agricultural Sciences, University of Florida, coll. « Featured Creatures »,‎ octobre 2000 (lire en ligne)
  2. a, b, c et d (en) « Huntsman spider, Heteropoda venatoria », Natural History Museum (consulté le 5 janvier 2015)
  3. (fr) Stéphane Bouchet, « Il trouve l'araignée la plus venimeuse du monde dans ses bananes », Le Dauphiné Libéré,‎ 3 janvier 2015 (lire en ligne)
  4. (fr) Lumière visible et invisible, émission La tête au carré du 5 janvier 2015, sur France Inter.
  5. (fr) Association des entomologistes amateurs du Québec, Fabreries, vol. 23 à 25,‎ 1998, p. 13