Bévilard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bévilard
Blason de Bévilard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Jura bernois
Commune Valbirse
NPA 2735
N° OFS 0682
Démographie
Gentilé Les Bégueutz, Bégueuts[1]
Population
permanente
1 741 hab. (31 décembre 2017)
Densité 307 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 20″ nord, 7° 17′ 05″ est
Altitude 691 m
Superficie 5,68 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Bévilard

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bévilard

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bévilard
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Bévilard est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Berne, située dans la Vallée de Tavannes (l'Orval), dans l'arrondissement administratif du Jura bernois. Elle fait désormais partie de la commune fusionnée de Valbirse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Bévilard se trouve dans la Vallée de Tavannes, le long du cours de la Birse, à 8 km à vol d’oiseau de Moutier. Son territoire s’élève de chaque côté de la vallée, le point le plus haut se situant sur la chaîne de Montoz, à 1 327 mètres d’altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1182, sous le nom de Bevilard, dans un document du pape Lucius III. D'après un acte de 1463, Bévilard était d'abord une filiale de la paroisse de Minvilier (ou Mévilier), village aujourd'hui disparu, situé entre Court et Sorvilier.

Samuel d'Aubigné, cousin de Madame de Maintenon, y fut pasteur de 1695 à 1711.

De 1797 à 1815, Bévilard a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien évêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815.

Les plébiscites des années 1970 ont permis aux habitants de Bévilard d'exprimer clairement son appartenance au canton de Berne et de refuser de rejoindre le futur canton du Jura.

En novembre 2000, le corps électoral de Bévilard a refusé la fusion avec la commune voisine de Malleray. Le projet de fusion avait été approuvé par les citoyennes et citoyens de Malleray.

Le , le projet de fusion dans Valbirse avec les communes de Court, Malleray, Pontenet et Sorvilier est refusé à la suite du rejet de Court[4]. Un nouveau vote de fusion avec Malleray et Pontenet est accepté le [5]. La commune de Valbirse voit le jour le .

Les familles Annoni, Charpié, Charpilloz, Flotiront Sauvant et Girod sont originaires de Bévilard[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la deuxième moitié du XIXe siècle, Bévilard est demeuré un village rural, voué exclusivement aux professions paysannes et artisanales. L'industrie est apparue avec l'ouverture de la ligne de chemin-de-fer Bienne-Moutier, en 1876.

Depuis lors, la localité a connu un essor économique avec le développement d'entreprises mécaniques et horlogères. À la suite des récessions économiques de la fin du XXe siècle, elle a perdu de son importance comme place industrielle et horlogère. Plusieurs entreprises y sont toujours implantées, comme la fabrique de machines Schaüblin et la fabrique de composants mécaniques Helios.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Église réformée, reconstruite en 1715-16, possédant un clocher frontal incorporé en pierres de taille surmonté d'un bulbe.

Transports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. gentilé peu usité aujourd'hui. Source : Les Armoiries jurassiennes, Les fils de Paul Boéchat,
  2. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  4. La création de la commune de Valbirse refusée dans le Jura bernois, RTS info, consulté le 18 mai 2014
  5. La commune de Valbirse est née!, Radio Jura bernois, consulté le 18 mai 2014
  6. Pierre Henry, Les noms de famille jurassiens, Delémont, D+P S.A.,

Liens externes[modifier | modifier le code]