Autoroute suisse A16

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 22′ 00″ N 7° 11′ 07″ E / 47.366692, 7.185168

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Autoroute A16.
Autoroute A16
image
carte

Historique
Ouverture 1998 - 2016
Caractéristiques
Longueur 85
Direction nord / sud
Extrémité nord Boncourt
Extrémité sud Bienne
Réseau Route nationale
Territoires traversés
Région Flag of Canton of Jura.svg Jura

Flag of Canton of Bern.svg Berne

autoroute A16 dite Transjurane, est une autoroute en construction en Suisse, qui permet de relier de Bienne à Belfort en France. L'autoroute part de Bienne, et traverse le massif du Jura jusqu'à la frontière franco-suisse ou elle rejoint la RN19 en direction de Belfort.

Cette autoroute de 85 km est en construction depuis 1987. Le premier tronçon a été ouvert à la circulation en 1998, et les travaux devraient être terminés d'ici 2016.

Cette autoroute a été ajoutée au réseau national en 1984 sur demande de la population du canton du Jura. L'objectif est d'encourager le développement économique du canton du Jura, dont les localités sont cloisonnées entre les montagnes et isolées par le fait que les voies de communications actuelles tendent à contourner le massif plutôt que le traverser.

Parcours[modifier | modifier le code]

Reliant Boncourt à Bienne, elle est le principal axe routier à travers le canton du Jura et le Jura bernois. À l'heure actuelle, elle n'est ouverte que partiellement et est donc encore en partie en construction.

La Transjurane débute à la frontière franco-suisse au niveau des localités de Boncourt (CH) et Delle (F) et se termine à Bienne. Elle est située sur le tracé de la route européenne E27. À son achèvement prévu en 2016, elle reliera le réseau routier français (RN19) près de Montbéliard et Belfort, au réseau autoroutier suisse (A5) à Bienne.

Sorties[modifier | modifier le code]

La Transjurane prolonge la route nationale française 19 à partir de la plate-forme douanière de Boncourt/Delle dans le secteur de la Queue-au-Loup.

En construction entre Delémont et Choindez

En construction entre Court et Loveresse

Futur itinéraire complet[modifier | modifier le code]

km Nom Directions
Poste de douane Frontière française, plate-forme douanière de Boncourt-Delle route nationale française 19 vers Belfort
Échangeur 1 Boncourt Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 2 Bure Bure
Sortie 3 Chevenez Chevenez, Courtedoux, Porrentruy
Sortie 4 Porrentruy-Ouest Porrentruy-Ouest
Sortie 5 Porrentruy-Est Porrentruy-Est, Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 6 Courgenay Courgenay, Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 7 Saint-Ursanne Saint-Ursanne
Sortie 8 Glovelier Glovelier, Hauptstrasse Nummer 18.svg
Échangeur 9 Bassecourt
Sortie 10 Delémont-Ouest Delémont-Ouest, Hauptstrasse Nummer 18.svg
Sortie 11 Delémont-Est Delémont-Est, Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 12 Choindez Choindez, Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 13 Moutier-Nord Moutier-Nord, Hauptstrasse Nummer 6.svg
Sortie 14 Moutier-Sud Moutier-Sud
Sortie 15 Court Court
Sortie 16 Loveresse Loveresse
Échangeur 17 Tavannes Hauptstrasse Nummer 6.svg, Hauptstrasse Nummer 30.svg
Sortie 18 Sonceboz Sonceboz, Hauptstrasse Nummer 6.svg, Hauptstrasse Nummer 30.svg
Échangeur 19 La Heutte Hauptstrasse Nummer 6.svg
Échangeur 20 Péry
Sortie 21 Zone Industrielle Rondchâtel Zone Industrielle Rondchâtel
Sortie 22 Frinvillier Frinvillier
Sortie 23 Bienne Bienne
Échangeur 24 Échangeur de Bözingenfeld A5 (Yverdon-les-Bains-Neuchâtel-Bienne-Soleure)

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1964 commencent les études des différentes variantes pour le tracé de la Transjurane, et ce n'est qu'en 1984 qu'elles sont finalisées avec l'inscription du tracé dans le réseau des routes nationales par les Chambres fédérales. Cette inscription fait suite au référendum organisé le 7 mars 1982 dans le canton du Jura, où la population accepte le projet à 71 %.

1958 - 1984 - Avant les travaux[modifier | modifier le code]

Depuis 1958 c'est le gouvernement fédéral de la Suisse qui a la compétence d'établir le réseau des routes nationales. En 1960 un arrêté national fixe un réseau de 1840 km d'autoroutes à travers tout le pays. L'autoroute A16 n'en fait pas partie[1].

En 1964, sous pression des autorités locales de la région du massif du Jura, le gouvernement fédéral de la Suisse charge l'ingénieur Jean Eckert de concevoir une route destinée à désenclaver le Jura. Le projet initial, prévoit une route à trois voies passant par les localités de Porrentruy, Delémont et Moutier[1].

Au début des années 1970, une commission nationale chargés de la planification des routes nationales conclut que la Transjurane n'est pas nécessaire. C'est à la suite d'une pétition que le projet de la Transjurane est relancé en 1973, en même temps qu'est déclarée l'autonomie régionale du canton du Jura[1].

Lors de la votation de 1982, 71 % de la population du canton du Jura accepte la construction de la Transjurane. Les localités directement touchées par le projet ont voté massivement en sa faveur. Deux ans plus tard le projet est intégré au réseau des autoroutes nationales[1].

La construction démarre en 1987 avec la percée d'un tunnel à travers le mont Terri. Le tronçon Delémont-Porrentruy est mis en service en 1998[1].

Les travaux[modifier | modifier le code]

Date des mises en service successives des différents tronçons de la Transjurane :

Le futur[modifier | modifier le code]

Mises en service prévues :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]