Béatrice Hibou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hibou (homonymie).
Béatrice Hibou
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Jean Coussy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Béatrice Hibou est une politologue rattachée au Centre d'études et de recherches internationales (CERI), un laboratoire de recherche du CNRS.

Ayant obtenu un doctorat en économie à l'EHESS en 1995[1], elle est intégrée aux programmes de recherche du CERI, contribue à ses publications dont Les Cahiers du CERI, Critique internationale et à la revue Politique africaine.

Son principal domaine de recherche concerne l'État qu'elle étudie à travers les problématiques de sa transformation appliqué aux cas des pays arabes, africains et sud-européens.

De par sa formation, elle privilégie les liens entre politique et économie dans une optique épistémologique influencée par le philosophe Michel Foucault et le sociologue Max Weber.

Son travail de terrain sur la Tunisie entre 1997 et 2005 a débouché sur un livre tunisien La force de l'obéissance : économie politique de la répression en Tunisie où elle analyse le fonctionnement du régime politique tunisien.

Ses recherches définissent la bureaucratie néolibérale comme un mode de fonctionnement qui repose sur un usage systématique de normes, de règles, de procédures, de codes ou de catégorisations principalement issues du monde du marché et de l'entreprise ayant un impact sur la vie quotidienne. En postulant la supériorité managériale du privé sur le public, la bureaucratie néolibérale s’étend alors à des domaines qui lui sont historiquement étrangers (éducation, etc.)[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale, Cahiers libres, 2012.
  • La Tunisie d’après le et son économie politique et sociale, Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme, 2011.
  • Anatomie politique de la domination, éditions La Découverte, Paris, 2011.
  • La force de l'obéissance : économie politique de la répression en Tunisie, éditions La Découverte, Paris, 2006.
  • La privatisation des États (dir), Karthala, Paris, 1999 (ISBN 978-2-865-37948-4).
  • La criminalisation de l'État en Afrique (coécrit avec Jean-François Bayart et Stephen Ellis), éditions Complexe/CERI, Paris, 1997[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SUDOC 041568044
  2. « La vie quotidienne est de plus en plus envahie par l’ordre néolibéral », sur humanite.fr
  3. Jean-François Bayart, Stephen Ellis, Béatrice Hibou, « La criminalisation de l’État en Afrique [compte-rendu] », Politique étrangère, vol. 62, no 2,‎ , p. 408 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]