Azyz Amami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Azyz Amami
Azyz Amemi, Tunis 31 octobre 2011.jpg
Azyz Amami lors d'une manifestation en 2011
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (36 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Azyz Amami (arabe : عزيز عمامي), né le à Tunis[1], est un militant, cyber-activiste et blogueur tunisien, opposé au régime de Zine el-Abidine Ben Ali.

Engagements[modifier | modifier le code]

Il rejoint la communauté des bloggeurs en 2009[2].

Le 22 mai 2010, Azyz Amami est l'un des organisateurs de la manifestation contre la censure d'Internet en Tunisie, manifestation qui est avortée par la police après l'arrestation de ses compères Yassine Ayari et Slim Amamou.

Amami figure parmi les personnalités de la révolution de 2011[3],[4] qui renverse le régime de Zine el-Abidine Ben Ali : il participe notamment à l'organisation de plusieurs événements dont les plus notables sont les manifestations ayant lieu à Tunis les 25, 27 et 30 décembre 2010, sur la place Mohamed-Ali, en face des locaux de l'Union générale tunisienne du travail.

Le 6 janvier 2011, il est arrêté par les services de la sécurité nationale, avec plusieurs autres cyber-activistes, à la suite des attaques des Anonymous contre les sites officiels tunisiens. Il est libéré le 13 janvier 2011, à la suite du discours télévisé prononcé par Ben Ali.

Après la révolution, Azyz Amami reste une figure du milieu activiste. Il soutient à plusieurs reprises la cause des blessés de la révolution, ainsi que celle des jeunes révolutionnaires arrêtés et accusés des violences liées aux manifestations ayant conduit à la chute du régime ou s'opposant aux gouvernements successifs. Il est arrêté plusieurs fois et tabassé par la police[5],[6].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Le 13 mai 2014, il est arrêté par la police de La Goulette dans une voiture, en compagnie d'un ami[3]. Il est alors tabassé et accusé de consommation de cannabis[3]. Son arrestation provoque un tollé dans le pays[7]. Quelques jours auparavant, il avait lancé une campagne en soutien aux jeunes ayant été arrêtés et jugés pour avoir brûlé des postes de police pendant la révolution. Lors d'une émission télévisée, il avait ouvertement accusé les policiers de La Goulette d'avoir brûlé eux-mêmes leur poste dans le but d'éliminer ses archives.

Le 23 mai 2014, Azyz Amami, ainsi que son ami, sont libérés à la suite d'un non-lieu[6] prononcé en leur faveur. Le ministère public annonce le 26 mai faire appel de la décision[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fabien Durand, « Dans la famille du blogueur tunisien Amami, Khaled, le père », sur rue89.nouvelobs.com, (consulté le 26 janvier 2018)
  2. Anissa Ben Hassine, « Aziz Amami, l'inclassable », sur leaders.com.tn, (consulté le 25 janvier 2018)
  3. a b et c Élodie Auffray, « En Tunisie, arrestation fumeuse d'une figure de la révolution », sur liberation.fr, (consulté le 26 janvier 2018)
  4. Isabelle Mandraud, « Tunisie : l’arrestation d’une figure de la révolution relance le débat sur la « loi 52 » », sur lemonde.fr, (consulté le 26 janvier 2018)
  5. Afef Abrougui, « Tunisie : le blogueur Azyz Amami tabassé pour une plaisanterie », sur rue89.nouvelobs.com, (consulté le 26 janvier 2018)
  6. a et b « Tunisie : non-lieu pour un blogueur célèbre accusé de détention de cannabis », sur jeuneafrique.com, (consulté le 26 janvier 2018)
  7. « La Toile se mobilise pour le blogueur Azyz Amami, violemment arrêté à la Goulette », sur webdo.tn, (consulté le 26 janvier 2018)
  8. « Tunisie - Affaire Aziz Ammemi : le ministère public fait appel », sur tunisienumerique.com, (consulté le 26 janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]