Artur Davis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davis.

Artur Davis
Illustration.
Portrait officiel de Davis au Congrès.
Fonctions
Représentant des États-Unis
Circonscription 7e district de l'Alabama
Prédécesseur Earl Hilliard (en)
Successeur Terri Sewell
Biographie
Nom de naissance Artur Genestre Davis
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Montgomery (Alabama, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Parti républicain (2012-15)
Diplômé de Université Harvard

Artur Genestre Davis est un homme politique américain né le à Montgomery (Alabama). Membre du Parti démocrate de l'Alabama, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis de 2003 à 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Davis grandit dans une famille pauvre de Montgomery en Alabama, élevé par sa mère enseignante et sa grand-mère[1]. Diplômé de la faculté de droit de Harvard en 1993, il devient avocat puis assistant du procureur des États-Unis dans le centre de l'Alabama (1994-1998)[2].

Représentant des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2000, il se présente à la Chambre des représentants des États-Unis dans le 7e district de l'Alabama mais il est largement distancé par le sortant Earl Hilliard (en) durant la primaire démocrate. Deux ans plus tard, Davis est à nouveau candidat face à Hilliard, accusé de manquements éthiques et critiqué pour ses positions anti-israéliennes. Davis attaque le sortant, estimant qu'il ne fait pas assez pour cette circonscription pauvre et noire du Sud des États-Unis, et sort vainqueur de la primaire. Il est élu sans opposant républicain en novembre 2002[1]. Il est réélu à trois reprises[2], en 2004, 2006 et 2008.

En 2008, il est l'un des premiers membres du Congrès à apporter son soutien au candidat Barack Obama[3]. Durant le mandat d'Obama, Davis se positionne cependant à la droite du Parti démocrate et vote par exemple contre l'Obamacare[3] ou les droits LGBT[4].

Après le Congrès[modifier | modifier le code]

Lors des élections de 2010, il se présente au poste de gouverneur de l'Alabama. Longtemps donné favori de la primaire démocrate[5], Davis est largement battu par le commissaire à l'Agriculture Ron Sparks (62 % contre 38 %)[4]. Alors que Davis aurait pu être le premier gouverneur afro-américain d'Alabama, une partie de la communauté noire lui préfère Sparks qui — bien que blanc — ne s'est pas opposé à la réforme de la santé d'Obama[4],[6].

Après sa défaite, Davis rejoint le Parti républicain et s'installe dans le nord de la Virginie, où il envisage de se présenter au Congrès[3]. Il fait campagne pour Mitt Romney pour l'élection présidentielle américaine de 2012[7]. En 2014, il retourne en Alabama et se présente sans étiquette à la mairie de Montgomery. Il est largement distancé par le maire sortant Todd Strange[3]. L'année suivante, il tente de se présenter aux primaires démocrates pour le conseil du comté de Montgomery mais le Parti démocrate refuse sa candidature[7].

En décembre 2016, Davis prend la direction de Legal Services Alabama, qui apporte une assistance juridique aux personnes défavorisées[8]. Il démissionne de son poste durant l'été 2017, en raison de désaccords sur la gestion de l'association[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Michael Wilson, « In Alabama Politics, How New Kid Won the Bloc », sur nytimes.com, (consulté le 20 février 2018).
  2. a et b (en) « DAVIS, Artur, (1967 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 20 février 2018).
  3. a, b, c et d (en) Vanessa Williams, « Why Artur Davis, the GOP’s star Obama defector, is a Democrat again », sur washingtonpost.com, (consulté le 20 février 2018).
  4. a, b et c (en) Ken Rudin, « Where Did Alabama's Artur Davis Go Wrong? Let Us Count The Ways », sur npr.org, (consulté le 20 février 2018).
  5. (en) Chris Cillizza, « Elections held in Alabama, Mississippi and New Mexico », sur washingtonpost.com, (consulté le 20 février 2018).
  6. (en) Wil Haygood, « Alabama Democrats seek new champion after Artur Davis's defeat », sur washingtonpost.com, (consulté le 20 février 2018).
  7. a et b (en) Erin Edgemon, « Artur Davis files lawsuit against Alabama Democrats », sur al.com, (consulté le 20 février 2018).
  8. (en) Mike Cason, « Former Alabama Congressman Artur Davis has new job », sur al.com, (consulté le 20 février 2018).
  9. (en) Josh Moon, « Artur Davis, LSA in legal standoff », sur alreporter.com, (consulté le 20 février 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]