Arthur Plantagenêt (1er vicomte Lisle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Arthur Plantagenet)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plantagenêt.
Arthur Plantagenêt
Arthur Plantagenêt lors d'une cérémonie de l'ordre de la Jarretière vers 1534.
Arthur Plantagenêt lors d'une cérémonie de l'ordre de la Jarretière vers 1534.
Fonctions
Gouverneur des Cinq-Ports
Prédécesseur Thomas Cheney
Successeur Thomas Seymour
Biographie
Lieu de naissance Calais (France)
Date de décès
Lieu de décès Londres (Angleterre)
Père Édouard IV
Mère Élisabeth Wayte
Conjoint Élisabeth Grey
Honor Grenville
Enfants Frances
Élisabeth
Bridget

Arthur Plantagenêt (1er vicomte Lisle)

Arthur Plantagenêt, 1er vicomte Lisle, né à Calais dans la seconde moitié du XVe siècle et mort le à la tour de Londres, est le fils illégitime du roi Édouard IV d'Angleterre et d'une de ses nombreuses maîtresses. Il est une figure importante à la cour d'Henri VIII et devient notamment gouverneur des Cinq-Ports et de Calais en 1533. Il laisse une importante correspondance – Lisle Papers – qui font de sa vie l'une des mieux documentée de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur Plantagenêt naît à Calais – alors possession anglaise – entre 1461 et 1475. L'identité de sa mère est incertaine, tant les maîtresses d'Édouard IV sont nombreuses. Il est fort probable qu'il s'agisse d'une « jeune fille aveugle » dénommée Élisabeth Wayte ; mais il n'est pas rare que certains historiens mentionnent Élisabeth Lucy ou encore Jane Shore[1]. Son parrain est Guillaume FitzAlan, 16e comte d'Arundel. Il est le demi-frère de la reine Élisabeth d'York et donc l'oncle du roi Henri VIII d'Angleterre[2].

Arthur passe son enfance à la cour de son père Édouard IV. La période qui suit la mort de son père en 1483 n'est pas connue. En 1501, il rejoint la maison de sa demi-sœur, la reine consort Élisabeth d'York. Après la mort de celle-ci en 1503, il rejoint la résidence du roi Henri VII d'Angleterre. Dès l'accession au trône de son neveu Henri VIII en 1509, il est désigné comme esquire des gardes du corps du roi. C'est un proche compagnon d'Henri VIII, malgré leur différence d'âge.

En 1514, il est nommé shérif du comté d'Hampshire. En 1519, sa femme Élisabeth Grey hérite des terres de son père, à la suite de la mort de sa nièce. En 1520, il accompagne le roi d'Angleterre à la rencontre diplomatique du camp du Drap d'Or[3].

Il est créé vicomte Lisle le et devient conseiller privé. En 1525, il est fait chevalier de la Jarretière et devient capitaine du Trinity Sovereign, faisant de lui le vice-amiral d'Angleterre. En 1533, il est nommé gouverneur des Cinq-Ports et de Calais. Le roi lui fait suffisamment confiance pour lui donner l'exécutif de la ville de Calais : il devient également lord-député.

En 1540, plusieurs membres de la famille Plantagenêt vivant à Calais sont soupçonnés de trahison et arrêtés. Henri VIII craint qu'il y ait des tractations pour livrer la ville aux Français. Arthur n'est pas épargné et est immédiatement rappelé en Angleterre et arrêté le et emprisonné à la tour de Londres. Les soi-disant conspirateurs sont exécutés, mais aucune preuve tangible à l'encontre d'Arthur n'est découverte. Néanmoins, il languit à la tour de Londres pendant deux ans jusqu'à ce que le roi décide finalement de le libérer. Quand il reçoit la nouvelle de sa libération, il fait une crise cardiaque et meurt deux jours plus tard, le [4].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Le , il épouse Élisabeth Grey, fille d'Édouard Grey, 1er vicomte Lisle et veuve d'Edmond Dudley. Ils ont trois filles :

  • Frances, qui épouse successivement Jean Basset et Thomas Monke ;
  • Élisabeth, qui épouse François Jobson ;
  • Bridget, qui épouse Guillaume Camden.

En 1529, il épouse en seconde noce Honor Grenville, fille de Thomas Grenville. Ils n'ont pas d'enfant.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chris Phillips, « Tudors: Note 2 », sur HtmlPedigree, (consulté le 23 juin 2015).
  2. Christophe-Guillaume Koch, Tables généalogiques des maisons souveraines de l'Europe, Strasbourg, Jean-Frédéric Stein, (lire en ligne), table 65.
  3. (en) Jorge H. Castelli, « Arthur Plantagenet », sur Tudor Place (consulté le 23 juin 2015).
  4. (en) « Arthur Plantagenet, viscount Lisle », sur Luminarium (consulté le 23 juin 2015).