J.-Arthur Lemay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Arthur Lemay)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemay.
J.-Arthur Lemay
J.A.Lemay.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

J.-Arthur Lemay ou simplement Arthur Lemay est un caricaturiste, dessinateur et portraitiste québécois, né à Nicolet le et décédé à Montréal le [1].

J.A.Lemay.jpg

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur Lemay étudie d’abord au collège de Nicolet, alors tenu par les Frères des Écoles chrétiennes. Dès cette époque, il manifeste un grand talent pour le dessin. Au cours de ces années, il se lie d’amitié avec le peintre Rodolphe Duguay, également natif de Nicolet, qui appréciait beaucoup son coup de crayon[2].

Arthur Lemay entre au service du journal montréalais La Patrie le 23 août 1920[3]. Il travaille d’abord sous la direction d’Albert-Samuel Brodeur, un illustrateur renommé de l’époque[4]. On lui confie rapidement la bande dessinée Les aventures de Timothée, créée par Alberic Bourgeois dont Théophile Hyacinthe Busnel (1882-1908) avait plus tard pris la relève. Le jeune caricaturiste souhaitait toutefois compléter sa formation artistique à Paris. Le journal La Patrie lui permet de réaliser ce rêve en acceptant de lui accorder une aide financière. Le 9 août 1921, Arthur Lemay et sa femme embarquent sur le paquebot Corsican à destination de la France.

Pendant deux ans, Lemay étudie à l’école des beaux-arts de Paris et à l'Académie Julian. Au cours de son séjour, il fréquente les autres étudiants québécois à Paris, dont ses amis les peintres Rodolphe Duguay et Octave Bélanger[5]. Ces trois artistes resteront en contact à leur retour de Paris. Vers le début de 1926, ils participent tous les trois à une exposition organisée par la Société des arts, sciences et lettres de Québec.

À compter de la fin de 1923, la carrière de Arthur Lemay se poursuit au journal La Patrie, pour deux décennies. Certains de ses dessins ont parfois été repris par le journal Le Soleil de Québec ainsi que par certains journaux régionaux.

J.-A. Lemay s’est fait particulièrement remarquer par ses portraits et ses caricatures de politiciens, d’hommes d’affaires et d’artistes. Il a notamment effectué une série de croquis de groupes lors de banquets de notables. Au cours des années trente, La Patrie lui confie la page La Semaine illustrée. Cette page très populaire de son édition dominicale présente les grands événements mondiaux de l’époque au moyen de caricatures. Au cours du second conflit mondial, J.-A. Lemay publiera également un album de propagande pour le compte de la Commission de l’information de guerre.


Les auteurs de l’Histoire de la caricature au Québec, Robert Aird et Mira Falardeau, reprochent toutefois à Lemay son conservatisme[6] : 

« Dans ses caricatures plus éditoriales, Lemay se situe du côté du Capital, se préoccupant beaucoup plus du sort du payeur de taxes que de celui du chômeur. Il présente celui-ci sous les traits d’un parasite qui vide les coffres de l’État et les poches des contribuables. Et il ne croit pas aux tentatives de juguler la crise. »

J.-Arthur Lemay est décédé à l’Hôpital Royal Victoria à la suite de deux interventions chirurgicales, le 20 janvier 1944.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Arthur LeMay a regroupé ses portraits dans deux livres : Noir et Blanc : Le parlement de la province de Québec ; l’assemblée législative ainsi qu’un grand livre intitulé 1000 têtes[7]. Cet ouvrage regroupe des portraits de politiciens, d’hommes d’affaires et d’artistes de l’époque.

Quelques politiciens : 

  • Olivar Asselin, R.B. Bennett, Thomas Chapais, Maurice
  • Gabias, Sir Lomer Gouin, Camilien Houde, William Lyon-Mackenzie King, Athanase
  • David, Honoré Mercier, Arthur Sauvé, Louis-Alexandre Taschereau.

Quelques artistes, journalistes, éducateurs, etc. : 

Portrait du peintre Octave Bélanger par J.-Arthur LeMay
  • Octave Bélanger, Henri Bourassa, Jean Bruchési, Raoul
  • Dandurand, George Delfosse, Victor Doré, Henri et Adrien Hébert, Ozias Leduc,
  • Frère Marie Victorin, Édouard Montpetit, Alfred Laliberté, Lionel Groulx.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal La Patrie, 21 janvier 1944, page 3
  2. Rodolphe Duguay, Carnets intimes, ed. Boréale, 272 pages
  3. David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du nord, Musée de Québec, Presse de l'Université Laval, 1992, page 495
  4. David Karel, op. cit., page 132.
  5. Daniel Bordeleau, Octave Bélanger (1886-1972), un peintre, une époque, Montréal, Amazon, , 275 p. (ISBN 978-2-9818015-0-0), p. 40-47
  6. Robert Aird et Mira Falardeau, Histoire de la caricature au Québec, VLB, 2009, pages 101-103.
  7. Arthur Lemay, 1000 têtes, éditeur inconnu, France 1931, 152 pages de dessins, plus 6 pages non numérotées pour Table des matières, préface et avertissement de l'auteur.