Arsenio Rodriguez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arsenio Rodriguez
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Label
Genre artistique
Son montuno (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
International Latin Music Hall of Fame (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Discographie
Discographie d'Arsenio Rodríguez (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Arsenio Rodríguez (né le - mort le ) est un musicien, compositeur et chef d'orchestre cubain qui a inventé le son montuno, mélange de son cubain et du guaguanco. Ce compositeur prolifique a écrit presque deux cents chansons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ignacio de Loyola Rodríguez Scull est né à Güira de Macurijes dans la province de Matanzas[1],[2]dans une famille pauvre et nombreuse qui avait conservé la mémoire et, en partie, la langue d’un arrière-grand-père esclave Congo[3].

Enfant en bas âge, un cheval (ou mule) lui a donné un coup de pied dans la tête et il est devenu aveugle. Ceci lui vaudra plus tard le surnom de "ciego maravilloso" 'l'aveugle merveilleux[4].

Plus tard, il est devenu un des joueurs de tres (une guitare à 3 cordes doublées qui deviendra l'instrument phare du son) les plus renommés sur l'île. Les son montunos prennent une saveur particulière et conquièrent le public, principalement les afro-cubains qui se révèlent être particulièrement réceptifs à une musique collant aux racines africaines si bien entretenues dans la famille de Arsenio[5].

En 1936, il joue ses propres compositions avec le Sexteto Boston, dirigé par son cousin Jacinto Scull. Le groupe se dissout en 1937, et il rejoint le Septeto Bellamar du trompettiste José Interián (qui marqué de sa présence l'histoire du Son habanero) en 1938[6]. En 1939, il enregistre avec l'Orquesta Casino de la Playa[7],[8].

Arsenio Rodriguez, forme en 1940 à la Havane un groupe de “Son” qu’il façonne progressivement selon son intuition : il introduit d’abord la “tumbadora” pour enrichir la trame rythmique, ajoute une deuxième, puis une troisième trompette, et enfin un piano[3]. Selon l'historien de la musique cubain Fernando Ortiz, la première fois qu'une conga a été utilisée dans la musique cubaine, c'était en 1936, lorsque le flûtiste cubain Gilberto Valdéz a présenté Cecilia Valdéz dans un opéra folklorique afro-cubain. Arsenio a été crédité d'être le premier à introduire la conga à la musique de danse populaire de Cuba[9],[10].

Les enregistrements se poursuivent au début de 1941 avec "Corazón de hielo", "Todos seguimos la conga", "No hace na'la mujer" et "Yo tuve la culpa"[5]. En 1943, le conjunto obtient un contrat de Radio Mil Diez qui est une station de radio diffusée depuis La Havane proche des syndicats, du Parti Socialiste et défendant les travailleurs et les noirs[5]. Cette radio a diffusé pendant cinq ans, entre 1943-1948, et a joué un rôle important dans le façonnement de la musique cubaine contemporaine et a servi de rampe de lancement pour divers styles de musique[11].

S'ensuivent d'autres de ses compositions comme "Triste Lucha", "A buscar camarón", "Mi chinita me botó", "Oye mi consejo, "Yo no como corazón de chivo"[5].

Rodríguez a quitté Cuba au début des années 1950 pour se rendre aux États-Unis où il espérait être guéri de sa cécité, mais on lui a dit que ses nerfs optiques avaient été complètement détruits. Cette expérience le conduit à composer le boléro La Vida es un Sueño (La vie est un rêve)[7],[12]. Au milieu des années 1950, Arsenio vivait dans un appartement au cinquième étage du 23e East Building, sur la 110e Rue, entre Madison et la Cinquième Avenue. Un jour un incident s'est produit, de la fumée a envahi le couloir et personne n'a pu détecter l'endroit où se déroulait l'incendie. Quelqu'un a crié: "Il y a du feu au 23 110th Street ...Luis " Wito (vocaliste) a conduit Arsenio hors du bâtiment le mettant ainsi du danger, et c'est ici que sa célèbre chanson "Fuego en el 23." est née[13],[14],[15].

À la fin des années 1960, l'engouement pour le mambo s'est éteint et Rodríguez a continué à jouer dans son style typique, bien qu'il ait enregistré quelques numéros de boogaloo, sans grand succès. À mesure que les temps ont changé, la popularité de son groupe a décliné[7].

Il meurt d'une pneumonie dans un relatif oubli à Los Angeles en 1971[3].

Aujourd’hui, ses compositions sont reprises, à Cuba, dans tout le monde latino et même au-delà. Sa discographie est vaste et de grande qualité.

À partir de la fin des années 1990, le guitariste de jazz Marc Ribot a enregistré deux albums principalement de compositions ou de chansons de Rodríguez dans son répertoire : Marc Ribot y los Cubanos Postizos et Muy Divertido[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Dame un cachito pa huele/Cangrejo fue a… (RCA, 1946)
  • Semilla de caña brava (RCA, 1946)
  • Lo dicen todos: La vida es un sueño (RCA, 1947)
  • Serenede (SMC, 1947)
  • El cerro tiene la llave/No vuelvo a Morón (RCA, 1948)
  • Esa china tiene coimbre/A Belén le toca ahora (RCA, 1948)
  • Rumba palo cucuye/Tintoere ya llegó (SMC, 1948)
  • Yo no engaño a las nenas/Tecoloro (SMC, 1948)
  • Palo tiene curey/Él (RCA, 1949)
  • Anabacoa (RCA, 1950)
  • Caminante y labori/Mira que soy chambelón (RCA, 1951)
  • Pa que gocen/Jagüey (Tico, 1952)
  • Mambo en la cueva (RCA, 1956)
  • Buenavista en guaguancó/Carraguao alante (Puchito, 1957)
  • Tribilín cantore (Blue Note, 1958)
  • Son pachanga (SMC, 1962)
  • La pachanga (Tico, 1963)
  • Arsenio dice (Tico, 1968)
  • Primitivo (Tico)
  • Sabroso y caliente (Antilla, 1992)
  • Los barrios de La Habana (Orfeon, 2003)
  • Vol. 2 (Ansonia)

Albums dédiés en son hommage[modifier | modifier le code]

  • Orquesta Harlow: Tribute to Arsenio Rodríguez (Fania, 1971)
  • Marc Ribot y los Cubanos Postizos: The Prosthetic Cubans (Atlantic, 1998)
  • Marc Ribot y los Cubanos Postizos: ¡Muy divertido! (Very Entertaining!) (Atlantic, 2000)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Arsenio Rodríguez - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  2. « Güira de Macurijes (Pedro Betancourt) - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  3. a b et c « Congo-Caraïbes - Arsenio Rodriguez, l’héritier cubain du genre musical Kongo (Congo) », sur Congopage, (consulté le )
  4. RG, « Comment j’ai découvert Arsenio Rodríguez », sur Association Cuba Coopération France (consulté le )
  5. a b c et d L'Impartial-Notre Crédo, « Arsenio RODRÍGUEZ y su Conjunto », sur L'Impartial - Notre Credo, La Neutralité (consulté le )
  6. « intérian, josé », sur www.montunocubano.com (consulté le )
  7. a b c et d (en-US) « ARSENIO RODRÍGUEZ » (consulté le )
  8. Last Night in Orient- LNO ©, « Orquesta Casino de la Playa. Colección Perlas Cubanas », sur Last Night in Orient (consulté le )
  9. (es) Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, « El estudio del arte negro en Fernando Ortiz / Diana Iznaga Beira », sur Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes (consulté le )
  10. (es) « GILBERTO VALDÉS », sur Vintage Music (consulté le )
  11. (es) « Emisora Mil Diez - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  12. Last Night in Orient- LNO ©, « La Vida Es Un Sueño · Arsenio Rodríguez », sur Last Night in Orient (consulté le )
  13. « ¡Hay fuego en el 23! », sur www.radionacional.co (consulté le )
  14. (es) « Fuego en el 23: La historia que no conocías detrás de legendaria canción | Tendencias | Radio Panamericana », sur Panamericana Radio (consulté le )
  15. Last Night in Orient- LNO ©, « Fuego En El 23 · Arsenio Rodríguez », sur Last Night in Orient (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]