Aréole (anatomie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'aréole est la zone de peau circulaire pigmentée située sur la face antérieure du thorax autour du mamelon. Elle est présente chez les hommes et les femmes.

Développement embryonnaire[modifier | modifier le code]

Le développement du complexe aréole-mamelon débute dans les 12e à 16e semaines de gestation, avec la différenciation des cellules mésenchymateuses dans les composants des muscles lisses. La différenciation du parenchyme mammaire et le développement et la pigmentation du complexe mamelon-aréole commencent vers la 32e semaine de gestation et se poursuivent jusqu'à la 40e semaine[1]. Ce processus de développement est le même pour les deux sexes.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Le mamelon et l’aréole forment une unité appelée plaque aréolo-mamelonnaire (PAM)[2].

De taille variable selon les individus, l'aréole atteint en général un diamètre de 2 à 3 cm mais peut recouvrir entièrement la surface du sein ou être à peine visible[3]. Sa surface pigmentée, sans délimitation nette, peut présenter une variété de couleurs du brun foncé au rose clair. La pigmentation de l’aréole se renforce pendant la grossesse[4].

La peau, épaisse en périphérie, s’amincit au voisinage de l’aréole. Il n'y a pas de tissu graisseux pré-mammaire à ce niveau, la peau de cette zone étant directement fixée au réseau fibro-conjonctif constituant les ligaments suspenseurs du sein.

Trois différentes formes d'aréole sur peau claire.

Sa surface est parsemée d'un vingtaine d'éminences formées par des glandes sébacées particulières, les glandes aréolaires ou tubercules de Montgomery. Ces glandes sécrètent une substance huileuse qui agit comme un lubrifiant pour l'aréole et le mamelon et les protègent contre les infections et le dessèchement.

Elle est séparée de la glande par le muscle aréolaire constitué essentiellement de fibres circulaires. Sous l’influence de divers stimuli (froid, succion, excitation sexuelle...), la contraction de ce muscle réduit la surface aréolaire et érige le mamelon, c’est ce que l’on appelle le thélotisme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Brandi T. Nicholson, Jennifer A. Harvey, Michael A. Cohen, « Nipple-Areolar Complex: Normal Anatomy and Benign and Malignant Processes », Department of Radiology, University of Virginia,‎ (lire en ligne)
  2. « II.1.1.2. Anatomie de la glande mammaire adulte - Jury président : Monsieur Gérard campistron 1er Assesseur : Madame... », sur h.20-bal.com (consulté le 9 mai 2020)
  3. « Sein : anatomie, examens et maladies », sur sante.journaldesfemmes.fr (consulté le 9 mai 2020)
  4. Dr. I. LORAS - DUCLAUX, « Anatomie - Physiologie », sur Université-lyon1.fr


Sur les autres projets Wikimedia :