Apogon imberbis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Apogon (Apogon imberbis), aussi appelé Castagnole rouge, Coq, Poisson-cardinal ou Roi des rougets est un poisson de la famille des Apogonidae.

Description[modifier | modifier le code]

Reconnaissable par sa coloration rouge orangée, par ses gros yeux noirs barrée de deux stries blanches, ce poisson habite sur les côtes méditerranéennes ainsi que sur les côtes de l'Atlantique est, du sud de la France jusqu'au golfe de guinée. Il habite aussi les côtes des iles des Açores, du Cap-Vert et des îles Canaries.

Comportement[modifier | modifier le code]

Craintif, ce poisson habite dans les anfractuosités rocheuses ainsi que dans les grottes et les cavités naturelles ou artificielles, comme l'intérieur des épaves. La nuit, il devient actif et cherche sa nourriture. Macrophage, zoophage et carnassier, il se nourrit de petits poissons et d'invertébrés.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Ce poisson connait une mode de reproduction peu commun : Le mâle, après une parade nuptiale, féconde les œufs de la femelle. Au moment de la ponte, les milliers d'œufs sont agglutinés entre eux. Le mâle récupère et façonne dans sa bouche ce conglomérat d’œufs. Il sculpte cette boule pour pouvoir bien la placer dans sa cavité buccale afin d'incuber les œufs. C’est l’incubation buccale.
Jusqu’à l’éclosion des œufs, environ une semaine, l'apogon va couver ses rejetons en les oxygénant abondamment. Il devra alors jeûner pendant toute cette période jusqu'à l’éclosion des œufs. Ce comportement pouvant se répéter dès la naissance des larves avec un nouveau jeûne, certains mâles mourront d'inanition[1]. L'été, il vit de 10 à 50 mètres de profondeur, le reste de l'année jusqu'à 200 mètres.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steven Weinberg, Découvrir la Méditerranée, [détail des éditions], p. 306