Antoni Baraniak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antoni Baraniak, né le à Sebastianowo, mort le à Poznań, fut secrétaire des primats de Pologne August Hlond (entre 1933 et 1948) et Stefan Wyszyński (entre 1949 et 1951), puis évêque auxiliaire de Gniezno de 1951 à 1957, enfin archevêque de Poznan de 1957 à 1977.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

De 1917 à 1920, il fit ses études secondaires chez les Salésiens à Oświęcim, où il fit sa première profession le .

Il étudia la philosophie à Cracovie de 1921 à 1924, puis enseigna notamment à Varsovie, après avoir fait ses vœux religieux perpétuels. Ses supérieurs l'envoyèrent de 1927 à 1931 étudier la théologie à l'Université pontificale grégorienne à Rome. Le , il fut ordonné prêtre dans l'église des carmes de Cracovie par l'archevêque Adam Stefan Sapieha.

Secrétaire des primats de Pologne[modifier | modifier le code]

Le , il fut nommé secrétaire et aumônier du cardinal Hlond. La Seconde Guerre mondiale obligea le cardinal et son secrétaire à partir pour Rome. Du à 1943, comme de nombreux Polonais, les ecclésiastiques trouvèrent refuge à Lourdes, dans la Zone libre ; après l'occupation de toute la France par les nazis, ils furent accueillis à l'abbaye d'Hautecombe en Savoie, où il demeura jusqu'en 1945 (en revanche, ses deux compatriotes, le cardinal Hlond et Boleslaw Filipiak furent arrêtés le )[1].

Après la guerre et la mort du cardinal Hlond, en 1945, il devint secrétaire et aumônier du cardinal Stefan Wyszyński, et le resta jusqu'au .

Évêque auxiliaire de Gniezno[modifier | modifier le code]

Il fut ordonné évêque par le cardinal Wyszynski le et travailla de 1951 à 1953 au greffe du primat de Pologne. Comme le cardinal Wyszyński, il fut arrêté par les autorités communistes et resta en prison jusqu'en 1956[2].

Archevêque de Poznań[modifier | modifier le code]

Il est nommé archevêque de Poznań par Pie XII le et est installé le 2 juillet de la même année. Il participe au Concile Vatican II ente 1962 et 1965. Les 16 et , avec tout l'épiscopat polonais, il participe aux cérémonies du millénaire du christianisme polonais. Il meurt le à Poznań et est enterré sous la cathédrale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Pierre Blet, Pie XII et la Seconde Guerre mondiale, Librairie académique Perrin, 1997, (ISBN 2-262-01324-1), 155 pages ; page 50.
  2. (en) « Thousand of Poles lament barring of Pope », Milwaukee Journal Sentinel, (consulté le 20 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :