Antoine Le Tonnelier de Breteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Tonnelier de Breteuil.
Antoine Le Tonnelier de Breteuil
Surnom « Chevalier de Breteuil »
Naissance
probablement à Paris
Décès 1696 (à ~56 ans)
en Avignon
Mort au combat
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Chef d'escadre des galères
Années de service -1696
Conflits Guerre de Candie
Guerre de Hollande
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Faits d'armes Siège de Candie
Bombardement de Gênes
Famille Maison Le Tonnelier de Breteuil

Antoine Le Tonnelier de Breteuil dit le « Chevalier de Breteuil », né au mois de probablement à Paris et mort en 1696 à Avignon, est un officier de marine et aristocrate français du XVIIe siècle. Chef d'escadre des galères de France, sous le règne de Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Antoine Le Tonnelier de Breteuil descend de la Maison Le Tonnelier de Breteuil, une famille noble française originaire du Beauvaisis, anoblie en 1572. Il est le deuxième fils de Louis Le Tonnelier de Breteuil (1609-1685) et de sa femme Chrétienne Le Court (1618-1707). De ce mariage naissent dix enfants. Son frère ainé, François Le Tonnelier de Breteuil, marquis de Breteuil (1638-1705), est conseiller d'État et Intendant des finances du roi ; alors qu'un de ses frères cadets, Louis Nicolas (1648-1728) est officier de la maison du roi.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le chevalier de Breteuil commande la galère La Force[1], dans l'expédition de secours envoyée à la ville de Candie, assiégée par les Turcs depuis 1648. Cette expédition commandée par le duc de Beaufort, part de France le . La flotte devait rallier en route la petite flotte de Rome et de Naples, placée sous les ordres du bailli de Rospigliosi, cardinal-neveu du pape Clément IX.

Après la jonction des flottes combinées, le bailli se fait présenter les officiers français par le général des galères. Lorsque arrive le tour du marquis de Martel :

« Mon aile droite, dit Vivonne, se compose du Courtisan, de soixante-douze, vice-amiral, commandé par M. le marquis de Martel, et remorqué par la Force, capitaine M. le chevalier de Breteuil. »

Pendant la guerre de Hollande, il sert en qualité de capitaine de galère à la bataille de Palerme remportée par le 2 juin par le duc de Vivonne sur la flotte combinée d'Espagne et de Hollande, en 1676. Promu chef d'escadre des galères, il est au bombardement de Gênes en mai 1684 et commande en cette qualité six des vingts galères de l'expédition, destinées à soutenir et remorquer les galiotes à bombes[2].

Chef d'escadre des galères du Roi, il meurt en Avignon, en 1696, à l'âge de 56 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La galère La Force était montée par 95 soldats et 340 chiourme (Sue 1836, p. 82)
  2. Sue 1836, p. 193

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé de Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jerusalem …, vol. 3, Rollin, (lire en ligne)
  • Eugène Sue, Histoire de la marine française : XVIIe siècle - Jean Bart, t. 2, F. Bonnaire, (lire en ligne), p. 82 & 158,
  • Eugène Sue, Histoire de la marine française : XVIIe siècle - Jean Bart, t. 4, F. Bonnaire, (lire en ligne), p. 193

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]