Anolis marmoratus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anolis marmoratus
Description de l'image LezardVert Anoli 0321b.jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Dactyloidae
Genre Anolis

Espèce

Anolis marmoratus
Duméril & Bibron, 1837

Synonymes

  • Ctenonotus marmoratus (Duméril & Bibron, 1837)
  • Anolis alliaceus Cope, 1864
  • Anolis speciosus Garman, 1887
  • Ctenonotus marmoratus alliaceus (Cope, 1864)
  • Ctenonotus marmoratus caryae (Lazell, 1964)
  • Ctenonotus marmoratus girafus (Lazell, 1964)
  • Ctenonotus marmoratus inornatus (Lazell, 1964)
  • Ctenonotus marmoratus setosus (Lazell, 1964)
  • Ctenonotus marmoratus speciosus (Garman, 1887)
  • Anolis caryae Lazell, 1964

Anolis marmoratus, ou Ctenonotus marmoratus, est une espèce de sauriens de la famille des Dactyloidae[1].

Dénominations[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les mâles mesurent jusqu'à 82 mm et les femelles jusqu'à 56 mm[2].

Cette espèce, à l'instar des caméléons, peut changer de couleur en fonction de divers paramètres tels que l'humeur, les conditions externes, la période, bien que de façon moins spectaculaire que la plupart des caméléons.

Les mâles sont dotés d'un fanon gulaire, qu'ils déploient pour impressionner les autres mâles (ce sont des animaux territoriaux) et pour séduire les femelles.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Reproduction[modifier | modifier le code]

Prédation[modifier | modifier le code]

Anolis marmoratus fait occasionnellement partie du régime alimentaire du Pic de Guadeloupe qui le donne à consommer à ses oisillons en période de nidification[3].

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce est originellement endémique de Guadeloupe[1].

Elle a été introduite en Guyane.

Classification[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Anolis marmoratus (♀)

Les sous-espèces Anolis marmoratus ferreus, Anolis marmoratus terraealtae, Anolis marmoratus chrysops, Anolis marmoratus desiradei et Anolis marmoratus kahouannensis ont été élevées au rang d'espèce.

Anolis marmoratus caryae est considérée comme une espèce à part entière par Roughgarden[4] et Breuil[5].

Dans les zones où les populations se recouvrent de nombreuses sous-espèces se reproduisent entre elles.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

La classification la plus actualisée, répartit la population en sept sous-espèces[6]. Selon Reptarium Reptile Database (19 décembre 2013)[7] :

Sous-espèce Photo Description[8] Répartition
Anolis marmoratus alliaceus
Cope,
1864
Mâle: vert pomme avec une dizaine de taches noires sur le tronc. Forêt pluviale de Basse-Terre
Anolis marmoratus caryae
Lazell,
1964
Terre-de-Bas
Anolis marmoratus girafus
Lazell,
1964
Anolis marmoratus girafus Mâle: tronc réticulé jaune et vert, gorge jaune. Côte-Ouest de Basse-Terre
Anolis marmoratus inornatus
Lazell,
1964
Anolis marmoratus inornatus Mâle: vert pâle, zone orbitale brun doré. Nord de Grande-Terre
Anolis marmoratus marmoratus
Duméril & Bibron,
1837
Anolis marmoratus marmoratus Mâle: vert-pomme, avec des reflets bleus sur la queue tête et épaules marbrés jaune et vert. Sud-Ouest de Basse-Terre jusqu'à Capesterre.
Anolis marmoratus setosus
Lazell,
1964
Anolis marmoratus setosus Mâle: gris jaunâtre, bleuté sur la queue. Côte nord-ouest de Basse-Terre
Anolis marmoratus speciosus
Garman,
1887
Ara rubrogenys Mâle: vert, tête et queue bleuâtre. Sud-ouest de Grande-Terre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Schwartz & Henderson, 1991 : Amphibians and Reptiles of the West Indies: Descriptions, Distributions, and Natural History. University Press of Florida, p. 1-736.
  3. (en) Pascal Villard et Claudie Pavis, Diet of Nestling Guadeloupe Woodpeckers, Journal of Field Ornithology, vol. 69, no 3, 1998, pp. 415-418.
  4. Roughgarden, 1995 : Anolis Lizards of the Caribbean: Ecology, Evolution, and Plate Tectonics. Oxford University Press, p. 1-200.
  5. Breuil, 2002 : Histoire Naturelle des Amphibiens et Reptiles de l’Archipel Guadeloupéen: Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Patrimoines naturels, no 54, p. 1-339.
  6. Pierre Legreneur, « Répartition des anoles sur la Basse-Terre et la Grande-Terre de Guadeloupe », Parc national de Guadeloupe - Université de Lyon,‎ , p. 58 (lire en ligne)
  7. Reptarium Reptile Database, consulté le 19 décembre 2013
  8. « The Anoles Of Guadeloupe », Anole Annals

Annexes[modifier | modifier le code]

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Duméril & Bibron, 1837 : Erpétologie Générale ou Histoire Naturelle Complète des Reptiles. Librairie. Encyclopédique Roret, Paris, vol. 4, pp. 1-570 (texte intégral).
  • Cope, 1864 : Contributions to the herpetology of tropical America. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 16, p. 166-181 (texte intégral).
  • Garman, 1887 : On West Indian reptiles. Scincidae. Bulletin of the Essex Institute, vol. 19, pp. 51-53 (texte intégral).
  • Lazell, 1964 : The anoles (Sauria: Iguanidae) of the Guadeloupéen archipelago. Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, no 131, p. 359-401 (texte intégral)..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :