Anne Delvaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delvaux.
Anne Delvaux
Fonctions
Députée européenne
Élection 7 juin 2009
Législature 7e
Groupe politique PPE
Sénatrice de Belgique
Élection 10 juin 2007
Législature 52e
Successeur Vanessa Matz
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Liège (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique cdH
Diplômé de Université catholique de Louvain
Profession Journaliste

Anne Delvaux, née à Liège le , est une personnalité politique belge, membre du Centre démocrate humaniste (cdH) et ancienne journaliste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie journalistique[modifier | modifier le code]

Elle est licenciée en communication, diplômée de l’université catholique de Louvain (UCL) et candidate en sciences économiques et sociales de l’UCL.

Elle a présenté durant plusieurs années le journal télévisé de la RTBF le vendredi soir et les samedi et dimanche à 13 h et 19 h 30.

Aventure politique[modifier | modifier le code]

Le 12 avril 2007, Anne Delvaux a annoncé qu'elle quittait la RTBF pour se consacrer à la politique au sein du cdH. À ce titre, elle se présente à ses premières élections le 10 juin 2007 sur la liste du Sénat. Elle obtient 115 729 voix et est élue directement sénatrice. Le 7 juin 2009, elle est élue député européen.

En 2014, Anne Delvaux est évincée de la liste européenne du CDH au profit du syndicaliste Claude Rolin. Elle prétend avoir fait l'objet d'un lynchage par les barons et les huiles du parti[1] et que son éviction s'est faite sans ménagement[2],[3].

Scandale Publifin[modifier | modifier le code]

En décembre 2016, son nom est cité dans le cadre du scandale Publifin, où la presse nationale mentionne qu'elle aurait touché la somme de 22 785 euros en siégeant au comité de secteur de l'intercommunale Publifin entre octobre 2013 et juin 2016, et ce sans ne jamais avoir participé à une seule réunion. Elle déclare cependant que les informations diffusées par la presse sont inexactes, expliquant avoir démissionné en octobre 2014 et touché moins que la somme annoncée[4].

Après la divulgation de ces revenus, dont elle conteste le montant, elle dénonce ce système et déclare que « C'est une pelote de laine qui est tenue par la particratie », bien qu'elle en aurait été bénéficiaire[5]. Elle annonce également reverser l'argent perçu à une œuvre caritative[6].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

  • 2007-2009 : sénatrice élue directement par le collège électoral français
  • 2009-2014 : membre du Parlement européen
  • 13 février 2014 : annonce au Journal télévisé de la RTBF de 13 h que la politique ne sera plus son métier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Selon ses dires : le C.D.H. n'est pas humaniste et n'est même pas humain
  3. [2]
  4. « Découvrez les pactoles touchés par les mandataires qui ont siégé dans des comités de secteurs Publifin », La DH,‎ (lire en ligne)
  5. « Publifin: après en avoir bénéficié, Anne Delvaux dénonce des rémunérations "opaques" », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  6. « Publifin: Anne Delvaux reverse ses rémunérations à Viva for Life », RTBF Info,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]