Anne Ancelin Schützenberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ancelin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schutzenberger.
Anne Ancelin Schützenberger
Portrait de Anne Ancelin Schützenberger

Voir et modifier les données sur Wikidata

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession(s) Psychothérapeute (d), professeur d'université, psychologue et avocatVoir et modifier les données sur Wikidata

Anne Ancelin Schützenberger, née le à Moscou, est une psychologue française, également psychothérapeute et professeur émérite à l'université de Nice Sophia Antipolis, où elle a dirigé pendant une vingtaine d'années le laboratoire de psychologie sociale et clinique. Elle est surtout connue du grand public pour ses apports dans le champ de la psychogénéalogie, avec son ouvrage Aïe, mes aïeux ! publié en 1993[1] et en 2007 Psychogénéalogie : Guérir les blessures familiales et se retrouver soi (Paris, Payot).

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne Ancelin Schützenberger est née le à Moscou, mais ne souhaiterait révéler ni la date exacte ni le lieu de sa naissance par crainte des astrologues[2].

Elle grandit en France à Paris où elle suit ses études des petites classes à l'université : baccalauréat mathématiques et philosophie, math géné, début d'études scientifiques (suspendues en 1937) puis Licence en Droit, Doctorat en Psychologie et Doctorat ès Lettres.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle participe à la Résistance : sa maison est brûlée par les Allemands le dans le centre de la France, probablement par la division Das Reich.

De 1944 à 1946, elle est secrétaire régionale du M.L.N. pour le Languedoc-Roussillon à Montpellier.

En 1948, elle épouse Marcel-Paul Schützenberger à Londres et divorce en 1949.

En 1950, elle reçoit une bourse Fullbright pour se spécialiser en psychologie sociale et dynamique des groupes aux États-Unis pendant trois ans. De 1951 à 1952, elle participe à plusieurs stages à l'Institut Moreno (Beacon, New York). Elle obtient le diplôme américain "TEP" (Trainer Educator and Practitioner) et le diplôme Director of Moreno Institute.

Elle entreprend à Paris une psychanalyse classique de longue durée avec l'anthropologue Robert Gessain, puis avec Françoise Dolto et se forme :

  • au psychodrame avec Jacob Levy Moreno (Beacon, New York) et Jim Enneis au St. Elizabeth's Hospital (Washington DC), puis à Paris pendant une année entière, lorsque Moreno vient y enseigner, invité par Anne en collaboration avec le Pr Juliette Favez-Boutonier : travail avec les malades psychotiques et leurs familles (Clinique Femme de l'Hôpital Sainte-Anne, Paris);
  • à la communication non verbale avec Erwin Goffmann, Shefflen, Ray Birdwhistell et l'école de Pennsylvanie;
  • à la thérapie brève d'urgence avec Diana Everestine;
  • à la psychanalyse avec Françoise Dolto et Robert Gessain, aussi anthropologue et directeur du Musée de l'Homme à Paris;
  • à la group-analyse avec Sigmund Heinrich Foulkes (Londres et stages) et Eduardo Cortesão (Lisbonne);
  • à la dynamique des groupes par les élèves de Kurt Lewin : Leon Festinger, Ronald et Rosemary Lippitt, Dorwin Cartwright, Alvin Zander (Université du Michigan, Ann Arbor, 1950-1952);
  • au T-group (NTL de Bethel (Maine, E.-U., [Première européenne], 1951).

Elle travaille avec Carl Rogers, Margaret Mead et Gregory Bateson, et un peu avec le groupe de Palo Alto, Paul Watzlawicketc.

Elle participe comme stagiaire puis comme chercheur aux recherches du CERP (Centre d'Études et Recherches Psychotechniques) dépendant du Ministère du Travail (ANIFRMO) et du CNRS.

Elle crée avec Gérard Milhaud et quelques étudiants le Bulletin de Psychologie des Étudiants de l'Université de Paris (1947-48), qu'elle avait animé, et dont elle avait assumé les fonctions de rédacteur en chef avec André Kirschen, puis seule jusqu’à son départ en Amérique.

Elle participe à l'organisation du Council pour la création d'une association internationale de psychothérapie de groupe, depuis 1950, puis cofonde l'Association Internationale de Psychothérapie de groupe (IAGP). Première secrétaire générale, puis vice-présidente, et depuis 2003 "archiviste honoraire".

En 1964, elle organise le "Premier Congrès International de Psychodrame" à la Faculté de Médecine de Paris, avec comme président Paul Sivadon et comme président d'honneur Jacob Levy Moreno.

C'est en 1967 que le professeur Roger Mucchielli, titulaire de la chaire de psychologie de Nice lui permet d'intégrer l'Université Française. Après avoir été assistante, elle devient à la fois Professeur d'Université, group-analyste et thérapeute de groupe, et aussi consultant pour les Nations Unies.

Dans les années 1970, elle commence à s'intéresser aux méthodes complémentaires de soins aux malades atteints de cancer et d'aide psychologique aux malades et à leurs familles.

En 1985, elle publie Vouloir guérir et commence à aider des malades atteints de cancer en phase terminale, dont certains vivent encore. Elle participe à la "Consultation Nationale sur le cancer".

Professeur émérite de l'Université de Nice où elle dirigeait depuis 1967 les recherches du laboratoire de psychologie sociale et psychologie clinique, elle anime depuis des séminaires et des formations à travers le monde dans les cinq continents.

En 2002, elle participe au nouvel "Institut La Source" (Paris, Lausanne, Bruxelles, Sherbrooke au Québec) et elle y enseigne le psychodrame en groupe de longue durée, sous sa propre responsabilité comme formateur international TEP.

Par ailleurs, elle avait créé avec Armelle Thomas Benesse l'École Française de Psychodrame, (administrée par l'IFEP, Paris) Elle continue l'enseignement et le perfectionnement au psychodrame et aux méthodes de groupe.

En 2002, son livre Aïe mes aïeux ! devient un best-seller.

En 2004, elle enseigne le transgénérationnel en Australie, Argentine, Suède et Portugal. Elle publie deux nouveaux livres Le Psychodrame, et avec le Docteur Ghislain Devroede, Ces enfants malades de leurs parents.

En 2006, elle réduit ses voyages, cesse d'enseigner à l'Université. Elle étend sa formation sur la clarification des liens transgénérationnels, les secrets de famille, la loyauté familiale invisible et des deuils non faits de pertes diverses personnelles et familiales.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de l'Aide Alliée à la Résistance (1945)
  • Lauréate du 3 ° International Soroptimist Award (1946)
  • Bourse Fullbright (1950)

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Anne Ancelin Schützenberger [Thèse de doctorat d’État, Paris, Sorbonne, 1976, Université de Paris VII, Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille III. Paris, Diffusion Librairie Champion, 2 vol., 845 p., déposé dans 120 bibliothèques universitaires françaises].
  • Anne Ancelin Schützenberger, Contribution à l’étude de la communication non verbale, (épuisé), 1978.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Le Jeu de rôle, Paris, ESF, 1981, (5e éd., 1999).
  • Anne Ancelin Schützenberger, Vouloir guérir, l’aide au malade atteint d’un cancer, Paris, Desclée de Brouwer, 1985, 9e éd. augm., 2004.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Aïe, mes aïeux ! Liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d’anniversaire, transmission des traumatismes et pratique du génosociogramme Paris, Desclée de Brouwer, 1988. (16e édition revue et augmentée le 4 septembre 2007) [Traductions anglaise, allemande, russe, portugaise, espagnole-argentine, italienne].
  • Anne Ancelin Schützenberger, The Ancestor Syndrome, Londres & New York, Routledge, 1998.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Précis de psychodrame. Introduction aux aspects techniques. Paris, Éditions Universitaires, édition élargie 1972, 261 p. [Réédition revue et complétée, Le Psychodrame, Paris, Payot, 2003. [Traductions allemande, italienne, espagnol, suédoise, japonaise, turque (1980)].
  • Anne Ancelin Schützenberger, Le Psychodrame, Paris, Payot, 2003.
  • Anne Ancelin Schützenberger Les secrets de famille, les non dits, et le syndrome d'anniversaire in Transmissions, Joyce Ain, dir. Toulouse, Erès, 2003.
  • Anne Ancelin Schützenberger et Ghislain Devroede, Ces Enfants malades de leurs parents, Paris, Payot, 2003.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Sortir du deuil, surmonter son chagrin et réapprendre à vivre avec Evelyne Bissone Jeufroy, Paris, Payot, 2005.
  • Anne Ancelin Schützenberger et Ghislain Devroede, Suffering in Silence, the legacy of unresolved sexual abuse, 2005.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Contributions à une histoire de vie in Gauléjac Vincent, dir. et coll., 2003-2004.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Histoire de vie et choix théoriques - Femmes et Sciences Sociales - «Changement Social», Paris, L'Harmattan (diffusion).
  • Anne Ancelin Schützenberger, Le Genosociogramme. Introduction à la psychologie transgénérationnelle in "le Genogramme, n° spécial des "Cahiers Critiques de Thérapie familiale et pratique de réseaux" , Bruxelles, 2000, no 25, p. 61–83.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Psychogénéalogie. Guérir les blessures familiales et se retrouver soi, Paris, Payot, 2007.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Le Plaisir de vivre, Paris, Payot, 2009.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Exercices pratiques de psychogénéalogie, Paris, Payot, 2011.
  • Anne Ancelin Schützenberger, Ici et maintenant. Vivons pleinement, Paris, Payot, 2013.
  • Anne Ancelin Schützenberger, La Langue secrète du corps, Paris, Payot, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Psychogénéalogie : tombé par terre, la faute à grand-père », sur Rue89 (consulté le 18 février 2014)
  2. Sonia Zoran, émission Comme un soleil du 13 septembre 2009, 13h, RSR La Première écouter en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]