Jacob Levy Moreno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moreno.
Jacob Levy Moreno
J L Moreno Pleven TB.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
BeaconVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activité
Conjoint
Zerka T. Moreno (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacob Levy Moreno, né le 18 mai 1889 à Bucarest, et mort le 14 mai 1974 à Beacon (États-Unis), est un médecin américain d'origine roumaine. Il est l'un des pionniers de la psychothérapie de groupe (1932).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Bucarest en Roumanie, il est élevé à Vienne, dans l'Empire austro-hongrois. Devenu médecin à Vienne en 1917, il s'occupe pendant Première Guerre mondiale de 1914-1918 du camp de réfugiés sud-tyroliens de Mittendorf an der Fischa (Gramatneusiedl, en Basse-Autriche), où il va tester ses idées de regroupement des réfugiés par affinités, ce qui les aidera à mieux survivre, jetant les bases de la sociométrie.

Après la guerre, il devient médecin du travail pour la municipalité de Vienne, ainsi que dans une usine de textiles, la Kammgarnfabrik. Il soigne gratuitement les patients à Bad Vöslau de 1918 à 1924. Il fréquente aussi assidûment les cafés de Vienne et crée en même temps la revue Daimon (1918-1922), à laquelle vont collaborer notamment Max Brod,Martin Buber, Arthur Schnitzler, Franz Werfel,Oskar Kokoschka, Alfred Adler.

En 1925, il émigre aux États-Unis. En 1934, il publie Who Shall Survive? où il étudie les affinités entre élèves de classes de divers degrés, représentées sous la forme de sociogrammes, posant les bases de la sociométrie :

En 1936, il travaille comme médecin à New York puis à Beacon, à l'hôpital, puis en libéral. Il crée une clinique psychiatrique privée en 1936 avec un théâtre thérapeutique, avec l'aide de Gertrude Franchot Tone et il travaille avec la sociologue Helen Jennings sur les regroupements de prisonniers par affinités. Il crée un institut et une maison d'édition, Beacon House, et publie des articles sur la théorie des rôles et de la spontanéité créatrice. Il assure des enseignements à l'université de New-York et donne des allocution et des conférences. Le psychodrame humaniste de Moreno se développe.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, à la suite du 2e Congrès international de criminologie de Paris qui se tient en octobre 1950 en même temps que le Congrès international de psychiatrie, Moreno vient à Paris, invité par Juliette Favez-Boutonier, responsable de la section de psychothérapie de ce congrès de psychiatrie. Il prend des contacts, surtout avec des psychanalystes, fin 1950 et avril 1951, en vue de regrouper ceux qui s'intéressent aux méthodes de groupe.

Il fonde le « Conseil international de psychothérapie de groupe » et organise des rencontres entre praticiens de ces nouvelles sciences, ainsi qu'avec les sociologues Georges Gurvitch, Jean Stoetzel... Pendant plus de vingt ans, il participera à de multiples congrès (psychothérapie de groupe, psychodrame, sociométrie...).

En 1967, la clinique de Moreno, à Beacon, ferme ses portes mais les séminaires de formation continuent durant plusieurs années. En 1973, il fonde l'« Association internationale de psychothérapie de groupe » (IAGP). Moreno était l'époux de Zerka T. Moreno (1917-2016), également psychothérapeute, avec laquelle il a longtemps travaillé.

Il meurt en 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sociogrammes strictement basés sur Moreno (1934), Who Shall Survive? Source: Grandjean, Martin (2015) Social network analysis and visualization: Moreno’s Sociograms revisited

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Psychothérapie de groupe et psychodrame, Paris, PUF, 1965; édition poche, coll. Quadrige, Paris, PUF, 1987, ISBN 2-13-055905-0
  • Théâtre de la spontanéité, Paris, DDB, 1986, ISBN 2-220-02486-5
  • Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 2e édition, 1970.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Marineau, J. L. Moreno et la troisième révolution psychiatrique, Paris, Métailié.
  • Jean Fanchette, Psychodrame et théâtre moderne, préface de J. L. Moreno, Paris, Buchet/Chastel.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]