Ani couni chaouani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ani couni chaouani (en arapaho : Ani’qu ne’chawu’nani’) est une prière traditionnelle amérindienne.

Description[modifier | modifier le code]

Bien que la plupart des autochtones s'approprient la prière, on croyait que celle-ci venait de la nation iroquoise[1]. Mais, un chercheur associé à Radio-Canada a annoncé en 2017 que la chanson venait du centre des États-Unis[2], c'est-à-dire des Arapahos.

Bien que cette mélodie soit souvent considérée comme une berceuse, c’est en fait un chant de lamentation venant d’une cérémonie de Danse des Esprits[3].Elle était chantée sur une tonalité plaintive, parfois avec des larmes sur les joues des danseurs, pensant à leur condition de dépendance[1].

Paroles[modifier | modifier le code]

Original Phonétique Traduction[1]

Ani’qu ne’chawu’nani’,
Ani’qu ne’chawu’nani’;

Awa’wa biqāna’kaye’na,
Awa’wa biqāna’kaye’na;

Iyahu’h ni’bithi’ti,
Iyahu’h ni’bithi’ti.

Ani couni chaounani,
Ani couni chaounani;

Awawa bikana caïna,
Awawa bikana caïna;

éiaouni bissinni,
éiaouni bissinni.

Père, aie pitié de moi,
Père, aie pitié de moi ;

Car je meurs de soif,
Car je meurs de soif ;

Tout a disparu - je n'ai rien à manger,
Tout a disparu - je n'ai rien à manger.

Musique[modifier | modifier le code]

Dans Fourteenth annual report of the Bureau of ethnology to the secretary of the Smithsonian institution (1896), la musique est retranscrite comme suit[1] :

Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Interprètes et reprises[modifier | modifier le code]

Cette chanson a notamment été interprétée par la chanteuse québécoise Madeleine Chartrand en 1973[4].

La mélodie a été reprise pour la chanson Ani Kuni chantée par Rika Zaraï, parue en 1973 en face B de son 45 tours C'est ça la France[5].

La mélodie et une partie des paroles ont été reprises par le groupe Polo & Pan dans leur titre Ani Kuni paru en 2021[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. W. Powel, Fourteenth annual report of the Bureau of ethnology to the secretary of the Smithsonian institution, t. 2, Washington, Government printing office, (lire en ligne), p. 977

Articles connexes[modifier | modifier le code]