Angelika Werthmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angelika Werthmann
Fonctions
Députée européenne

(4 ans 11 mois et 16 jours)
Élection 7 juin 2009
Législature 7e
Groupe politique NI (2009-2012)
ADLE (2012-2014)
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Schwarzach im Pongau
Drapeau de l'Autriche Autriche
Nationalité Autrichienne
Parti politique MARTIN (2009-2010)
BZÖ (2014- )

Angelika Werthmann, née le à Schwarzach im Pongau, est une femme politique autrichienne, élue au parlement européen de 2009 à 2014.

Elle a été membre de la commission des budgets et de la commission des pétitions. Elle a siégé parmi les Non-inscrits, puis au sein de l'ADLE, puis de nouveau parmi les Non-inscrits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait des études de philologie à l’université de Salzbourg et reçoit le titre « Mag. Phil. ». Dès 1989, elle est active dans l’enseignement et travaille, en outre, en tant qu'interprète dans plusieurs domaines spécialisés :l’économie, le domaine médical et le tourisme.

Lors des élections européennes 2009 en Autriche, Werthmann est placée en troisième rang de la liste « Dr. Martin ». Selon certains communiqués de presse, des autres membres de la liste lui auraient proposé la renonciation de la position en tant que députée européenne après la moitié de la période législative, mais elle aurait refusé.

En juin 2010, après des conflits avec Hans Peter Martin à la suite d'accusations pour manque de transparence quant aux finances, elle quitte la délégation de la liste « Dr. Martin ».

Le 5 juin 2012, elle est devenue membre du groupe libéral du parlement européen. Le groupe libéral de l’Autriche envisageait une candidature de Werthmann en tant que première de la liste lors des élections européennes 2014. Le 27 mars 2014, il est annoncé qu'elle envisageait une candidature indépendante avec l'Alliance pour l’avenir de l’Autriche. À la suite de cette annonce, elle est exclue du groupe libéral du parlement européen. En conséquence, Ulrike Haider-Quercia démissionne de sa position de première de la liste et par la suite, Werthmann devient première candidate de la liste « Mag. A. Werthmann ». Magré tout, l’Alliance pour l’avenir de l’Autriche n'obtient pas d'élus lors des élections européennes qui se déroulaient le 25 mai 2014.

Activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Au parlement européen, Werthmann est membre de la commission des budgets, de la commission des pétitions et de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres. Elle a rédigé deux rapports et prenait la fonction de rapporteur fictif pour neuf autres rapports. En plus, elle participe à la rédaction de 27 avis et 37 propositions de résolution.

En tant que membre de la commission du budget, les domaines d’intérêts d’Angelika Werthmann s’étendent sur l’économie, les investissements avec pour but la réduction du chômage, l’éducation et la mobilité, la formation continue, la santé et le fonds européen d’ajustement à la mondialisation.

Lors de son activité dans la commission des pétitions, elle se mobilise surtout pour la situation des droits de l’homme dans l’union européenne. Elle met l’accent sur le travail concernant les enfants et les adolescents, les personnes avec handicap visuel, les personnes qui souffrent sous « ley de costas » (Espagne) et la protection de l’environnement.

En tant que présidente du groupe de travail qui voyage en Espagne, Werthmann et les autres membres de la délégation ont la possibilité d’examiner à fond les circonstances en parlant avec les personnes concernées, les autorités espagnoles et les ONG. Le document de travail sur les délibérations du groupe de travail sur les droits de la propriété espagnols et la Ley de Costa de 1988, incluant une mission d'enquête en Espagne les 21 et 22 mars 2013 » [1] donne une illustration du développement de la pétition concernant « Ley de Costas ».

En juin 2013, Angelika Werthmann est présidente de la délégation à Copenhague, à la suite de laquelle le « document de travail sur une mission d'enquête au Danemark les 20 et 21 juin 2013 »[2] a été rédigé. Le but de la mission d’enquête était d’écouter les parties concernées ainsi que les pétitionnaires quant à leurs expériences avec les autorités administratives, politiques et policières qui étaient impliquées dans certains cas de garde d’enfants et cas d’enlèvements d’enfants par les autorités Danoises. Toutes les informations étaient communiquées à la commission des pétitions par les parties concernés et les violations des droits de l’homme, de l’enfant et de la femme sont liés au « Parental Responsibility Act ». Les personnes souffrant de telles violations de leurs droits sont à 90 pour cent de femmes et mères Danoises ainsi que 10 pour cent de femmes, mères et pères non-Danois souffrent. En février 2014, avant la fin de la période législative, les pétitionnaires communiquaient une fois de plus leurs expériences à la commission des pétitions[3].

Membre de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres, Werthmann se mobilise surtout pour une rémunération équitable pour hommes et femmes ainsi que pour l’égalité des genres à la place du travail. Aussi le « rapport sur les femmes handicapés » [4] est censé mettre en évidence la situation défavorable des femmes. Werthmann porte aussi son intérêt à la mutilation génitale féminine. Ce sujet était adressé le 18 avril 2014 à Londres, lors d’un événement organisé par l'« United Against Female Genital Mutilation » dans la mesure duquel Werthman, à côté d’autres politiciens, formulait son soutien quant au combat contre la mutilation génitale féminine.

Aussi les sujets des déclarations écrites s’étendent du domaine de la santé, au domaine des droits de l’homme, à l’égalité des genres et à la protection des enfants. La déclaration écrite concernant l’épilepsie[5] rédigée en coopération avec quatre autre députés européens, est une des déclarations plus réussies dans l’histoire du parlement européen.

Werthmann est aussi membre de la délégation de l’Asie du Sud[6]. Dans cette fonction elle a rencontré les participants d’un séjour informatif à Bruxelles, qui provenaient du Bhoutan, du Bangladesh, de l'Inde et du Pakistan pour un échange d’information quant à la situation socio-économique et la situation des droits de l’homme. Les sujets de l’égalité des genres et des droits des femmes étaient aussi thématisés. L’événement était organisé de la Fondation Friedrich Naumann.

De 2012 à 2014, Welle est membre de la délégation pour les relations avec la Suisse et la Norvège, à la commission parlementaire mixte UE-Islande et à la commission parlementaire mixte de l'Espace économique européen (EEE). Jusqu’en été 2012, elle était membre suppléante de la délégation à la commission parlementaire mixte UE-Croatie. En plus, elle était membre de la délégation pour les relations avec les États-Unis du 12 novembre 2013 jusqu’au 07 avril 2014.

De 2009 à 2014, Angelika Werthmann fait partie de la High-level contact group for Relations with the Turkish Cypriot Community in the Northern Part of the Island (CYTR) [7] et se mobilise surtout pour le travail du comité des personnes disparues, le respect des droits de l’homme divers comme la liberté de la religion à Chypre du Nord.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]