André Béranger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

André Béranger
Fonctions
Député de la Nièvre
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Suresnes (Seine)
Date de décès (à 98 ans)
Lieu de décès Suresnes (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française

André Béranger, né le à Suresnes (Seine) et mort le à Suresnes (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ouvrier métallurgiste à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt, il est engagé dès les années 1920 dans le syndicalisme CFTC. Mobilisé en 1939, il participe après son retour à la vie civile à la résistance, ce qui le conduit à quitter la capitale pour la Nièvre.

Il adhère à la Libération au Mouvement Républicain Populaire. Tête de liste de ce parti pour l'élection de la première constituante en 1945, il obtient 25,7 % des voix et est élu, et réélu en juin 1946 avec 26,2 %. Son activité parlementaire pendant cette période est assez restreinte.

De nouveau candidat en novembre 1946, il perd une bonne partie de son électorat mais, avec 16,1 % des voix, retrouve tout de même son siège.

En 1951, cette désaffection de l'électorat se confirme. Sa liste n'obtient que 6,2 % des voix et Béranger perd son siège de député.

Il abandonne alors la vie politique. Il revient d'abord au syndicalisme, puis se consacre à sa carrière, étant devenu cadre dirigeant de Renault.

En 1958, cependant, il fait partie des rares soutiens à Georges Bidault dans la création d'un parti « Démocratie chrétienne », dont l'orientation principale est le soutien à l'Algérie Française.

En 1937, il avait épousé Jeanne Sauvegrain avec laquelle il a 4 enfants dont l'ainé François Béranger auteur, compositeur, interprète.

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]