Ambraser Hofjagdspiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roi de Faucon

L’Ambraser Hofjagdspiel (traduisible depuis l'allemand par « Jeu de cartes de chasse de la Cour d'Ambras » — également appelé « jeu de cartes du fauconnier d'Ambras[1] »), est un jeu de cartes peint vers 1440-1445 et dont la paternité est attribuée à Konrad Witz et à son atelier à Bâle.

Datation et paternité[modifier | modifier le code]

L’Ambraser Hofjagdspiel a probablement été peint vers 1440-1445 par Konrad Witz et son atelier situé à Bâle, en Suisse[2].

Il tire son nom de l'endroit où il a été découvert, au XVIe siècle : tout comme le Hofämterspiel, il fut trouvé dans une grande collection d'art de l'archiduc Ferdinand-Charles d'Autriche au château d'Ambras[N 1], dans le Tyrol autrichien[2],[3]. Les deux jeux se trouvent au Musée d'histoire de l'art de Vienne[3],[4],[5].

Constitution[modifier | modifier le code]

Le jeu est à l'origine constitué de 56 cartes[N 2] desquelles 54 ont survécu. Le jeu est divisé en 4 ensembles : faucon, leurre, chien de chasse et héron, portant sur la thématique de la chasse au héron[2]. Chaque ensemble contient dix cartes à numéros (qui ne sont en fait pas numérotées : il y a autant de symboles que le numéro auquel la carte correspond, sauf la no 10 qui est représentée par une bannière, comme dans beaucoup des vieilles cartes allemandes ou des modernes Jeu de cartes suisse) et a quatre figures non numérotées et non titrées par ensemble : le Unter (valet inférieur), le Ober (valet supérieur), la reine et le roi ; tous montent un cheval et portent une coiffe exotique plutôt que des attributs liés à leurs fonctions[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Les cartes mesurent 9,5 × 15,6 cm et sont peintes en rouge au verso. Le recto est peint à l'aquarelle par-dessus des dessins à l'encre noire sur papier[N 3], le tout à la main[2].

La thématique de la chasse indique que ce jeu était destiné à la noblesse, les activités cynégétiques étant l'un des passe-temps favoris de cette classe. Par ailleurs, les animaux sont parfois représentés dans une attitude moins formelle, ce qui exclut une fonction éducative des cartes. Le prix d'un jeu produit par l'atelier de Konrad Witz confirme lui aussi que le jeu est plutôt destiné aux gens de la Cour[2].

Konrad Witz et ses apprentis étaient innovateurs en ceci qu'il dépeignaient les figures humaines et animales dans un environnement réaliste, avec un ciel et un paysage crédibilisés par des effets d'ombres et de lumières[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Voir .
  2. C'est-à-dire que le jeu est similaire au tarot italien sans les atouts[2].
  3. Pour que les cartes soient suffisamment épaisses, plusieurs couches de papier ont été collées ensemble[2].
Références
  1. En anglais : « Ambras falconer cards » dans (en) Michael J. Hurst, « Collected Fragments of Tarot History », The Arcane Archive,‎ (lire en ligne, consulté le 4 août 2015).
  2. a b c d e f g h et i (en) « The Ambras Court Hunting pack, c. 1445 », sur wopc.co.uk (consulté le 4 août 2015).
  3. a et b « Rétro héraldique : les jeux de cartes armoriées -- le Hofämterspiel - 2nde partie », sur herald-dick-magazine.blogspot.fr, (consulté le 30 juillet 2015).
  4. (de) « Collection « Ausgesuchte Meisterwerke » où l'on peut voir que 54 Spielkarten des "Ambraser Hofjagdspieles" y sont conservées (sous-section « Varia ») », sur Musée d'histoire de l'art de Vienne (consulté le 3 août 2015).
  5. (es) Jan Bialostocki, El Arte Del Siglo XV : De Parler a Durero, Ediciones AKAL, , 205 p. (ISBN 847-090-347-0, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Herwarth Röttgen, « Das Ambraser Hofjagdspiel », Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen in Wien, Kunsthistorische Sammlungen des Allerhöchsten Kaiserhauses, no 57,‎ , p. 39-68 (ISSN 0075-2312, OCLC 888500171)
  • (de) Andreas Fingernagel et Eva Irblich, Natur und Kunst : Handschriften und Alben aus der Ambraser Sammlung Erzherzog Ferdinands II. (1529-1595) : Ausstellung des Kunsthistorischen Museums und der Österreichischen Nationalbibliothek, Schloss Ambras, Innsbruck, 23. Juni-24. September 1995, Vienne, Kunsthistorisches Museum Wien, , 125 p. (ISBN 9783900325473, OCLC 35673729)
  • (en) Herwarth Röttgen, Das Ambraser Hofjagdspiel : The pack of princely hunting cards of Ambras, Leipzig, Edition Leipzig VEB, , 51 p. (OCLC 11122950)
    Contient les illustrations de 55 cartes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]