Alvin Lucier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alvin Lucier
Description de cette image, également commentée ci-après
Alvin Lucier sur Music On A Long Thin Wire en 1980.
Nom de naissance Alvin Augustus Lucier
Naissance
Nashua (New Hampshire)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 90 ans)
Middletown (Connecticut)
Activité principale Compositeur
Style Musique contemporaine, expérimentale et électronique

Alvin Lucier[1], né le à Nashua (New Hampshire) et mort le à Middletown (Connecticut)[2], est un compositeur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alvin Lucier a étudié à l'université Yale et à l'université Brandeis. En 1966, il crée l'ensemble de musique électronique Sonic Art Union avec ses collègues Robert Ashley, David Behrman et Gordon Mumma. Lucier a collaboré avec de nombreux autres musiciens, danseurs et artistes interdisciplinaires, notamment John Cage, Pauline Oliveros, Mary Lucier et Merce Cunningham. Ses œuvres sont régulièrement interprétées par des ensembles de musique contemporaine à travers le monde. L'influence de la musique d'Alvin Lucier est également importante parmi les compositeurs de rock et de musique électronique. Il est souvent cité comme une influence importante pour de nombreux artistes, notamment pour Sonic Youth, Pan Sonic, Alexandre Saint-Onge, Éric Létourneau et Nurse With Wound. Il fait partie des compositeurs cités dans la célèbre Nurse with Wound list.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Alvin Lucier est considéré comme l'un des compositeurs de musique contemporaine les plus influents de sa génération[citation nécessaire]. Ses œuvres font appel à la mise en situation de phénomènes naturels liés à des principes de physique acoustique ou de psychoacoustique. Durant les années 1970, Lucier crée plusieurs compositions faisant appel à des dispositifs rarement utilisés en musique et habituellement utilisés pour la recherche scientifique. De cette manière, Lucier pousse le développement sur langage musical traditionnel tout en prônant une méthode d'écoute nouvelle pour l'auditeur, qui doit se concentrer sur l'observation de phénomènes acoustiques extrêmement subtils. Parmi ses compositions les plus célèbres on compte I Am Sitting in a Room (pour deux magnétophones enregistreurs et deux systèmes d'amplification), North American Time Capsule (pour narrateurs et système de Vocoder), Music for a Long Thin Wire (pour cordes de piano tendues qui oscillent de manière sympathique par l'induction d'ondes sinusoïdales), Vespers (pour modules d'écholocation) et Music for a Solo Performer (pour ensemble de percussion joués en temps réel par l'activation de modules électromécaniques reliés au modulations des activités cérébrales de l'interprète). Depuis les années 1980, les œuvres de Lucier se construisent souvent autour de principes liés à la microtonalité et font interagir en direct les phénomènes créés par les interférences entre des instrumentistes acoustiques et des oscillateurs électroniques.

Discographie[modifier | modifier le code]

La discographie d'Alvin Lucier comporte une vingtaine de titres dont la plupart[précision nécessaire] sont parus chez Lovely Music à New York.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Reflections: Interviews, Scores, Writings (Cologne : MusikTexte, 1995).
  • Origins of a Form: Acoustic Exploration, Science, and Incessancy, Leonardo Music Journal 8 (1998) : 5–11.

Films[modifier | modifier le code]

  • 1976 - (en-US) Music With Roots in the Aether: Opera for Television. Tape 3: Alvin Lucier, produit et dirigé par Robert Ashley, New York, Lovely Music
  • 2012 - (en) No Ideas but in Things, de Hauke Harder et Viola Rusche, 97 min.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF13831910)
  2. (en-US) Allan Kozinn, « Alvin Lucier, Probing Composer of Soundscapes, Is Dead at 90 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]