Alphonse Fleuriot de Langle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alphonse Fleuriot de Langle
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Plouigneau (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Jean-Charles Fleuriot de Langle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Distinction

Alphonse Jean René Fleuriot de Langle, né le à Plouigneau (Finistère) et mort le à Paris, est un officier de marine français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Paul Fleuriot de Langle, qui meurt lors de l'expédition de La Pérouse où il commande l'Astrolabe.

Il devient officier de marine le 7 octobre 1827, à 18 ans, comme aspirant. Il participe à l'expédition d'Alger, est aux Antilles en 1830, prend part au blocus d'Anvers en 1833 puis à des expéditions scientifiques en Norvège.

Il devient commandant en 1840, sur la Malouine, puis la Caraïbe en Afrique occidentale. Il participe à la guerre de Crimée entre 1854 et 1856, sur le Turenne.

En 1858, capitaine de vaisseau, il arme le La Cordelière à Lorient, et part commander la station navale des Côtes orientales d'Afrique, basée à La Réunion. C'est à ce titre qu'il enquête sur la mort d'Henri Lambert dans le golfe de Tadjoura en 1862.

Il devient contre-amiral le 9 mai 1863, puis vice-amiral le 23 janvier 1871. Il est préfet maritime du 2e arrondissement maritime de Brest de juin 1873 à mai 1874. Il décède à Paris le 27 juillet 1881.

Il est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur en mars 1868.

Il épouse Suzanne Armande de la Monneraye le 29 juin 1836 à Morlaix [1], sans doute une de ses cousines[réf. nécessaire] car elle porte le même nom que son arrière-grand-mère.

Références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Joint Daguenet, Aux origines de l’implantation française en mer Rouge, chapitre 15, L’Harmattan, Paris, 1992, 347 p.,

Liens externes[modifier | modifier le code]